Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 31 du mois d’août - Laurence Cossé

31 du mois d'août.jpgLa princesse de Galles, Lady Diana est morte un 31 août à Paris, sa voiture est allée s’écraser contre l’un des piliers du pont de l’Alma. Depuis, de nombreuses pistes ont été explorées pour avoir le fin mot de l’histoire, Laurence Cossé a décidé d’utiliser l’une d’entre elles pour son dernier roman. La voiture de la princesse chérie des médias a heurté une fiat uno blanche avant de finir contre un pilier du pont de l’alma. On ne sait toujours pas qui était dans cette voiture et pourquoi cette personne n’a pas donné signe de vie depuis.

Laurence Cossé imagine donc Louise Origan, dit Lou, la femme au volant de cette voiture. Paniquée par cet accident, Lou ne s’arrête pas. Elle se laisse emporter par une paranoïa qui l’empêche d’avoir la réaction appropriée, surtout lorsqu’elle découvre qui était dans la voiture qui l’a heurtée. Au lieu de simplement aller à la police exposer les faits, elle s’enfonce dans une logique de culpabilité et d’angoisse qui va bouleverser son existence. Non assistance à personne en danger, intrusion du public et des paparazzi dans sa vie, culpabilité, son instinct de survie s’emballe et elle se lance dans le mensonge, dans la dissimulation vis-à-vis de son compagnon Yvon, de son employeuse Angela. Elle essaie de réparer en douce sa voiture et finalement est entraînée contre son gré dans un périple à l’issue duquel elle deviendra quelqu’un d’autre.

Laurence Cossé livre une œuvre assez quelconque sur l’obsession et le changement d’identité. Elle prend appui sur un évènement public et une bonne idée de départ, mais s’enlise ensuite. Ses enchaînements sont assez improbables, ses surprises ou retournements de situation bâclés, les réactions de son personnage assez excessives. Il y a un défaut de crédibilité qui nuit réellement au livre. Il est difficile de ne pas être déçu quant au traitement des thèmes de l’identité, de la vie publique et privée, de la fuite loin de soi. Laurence Cossé ne les creuse pas vraiment, s’appuyant uniquement sur la fuite en avant dans la peur et l’obsession de son personnage. Logique ennuyeuse et épuisante par ailleurs pour le lecteur dans le mode du monologue intérieur.

Très décevant de la part de l’auteur du coin du voile. 

Les commentaires sont fermés.