Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le général de l’armée morte - Ismail Kadaré

kadaré.jpgUn général part récupérer les ossements des soldats de sa patrie morts durant la guerre contre l’Albanie deux décennies plus tôt. C’est une manière originale et distanciée de traiter de l’histoire de l’Albanie, de la guerre, de la résistance et des caractéristiques de ce peuple. De la défaite, de l’humiliation et de l’arrogance des adversaires tout autant. Il y a quelque chose de pathétique dans la quête de cette armée de morts par ce général déprimé, quelque chose d’ironique, surtout dans son envie de vengeance, de refaire le passé. Le livre propose quelques pics d’émotion avec les files d’attente des familles de disparus qui cherchent à voir le général avant le début de sa mission, le journal du soldat déserteur, l’histoire de la maison close ou encore les noces et la vieille nice. Cependant le livre n’est pas le chef d’œuvre qu’il aurait du être parce qu’il suit un faux rythme qui l’empêche de totalement happer son lecteur, notamment sur la longueur. Sans doute le revers du choix de cette intrigue originale. La faute en incombe aussi en partie au duo du général et du prêtre qui ne fonctionne pas pleinement, reste en partie inexploité. Le livre n’en demeure pas moins intéressant.

Les commentaires sont fermés.