Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les agneaux du seigneur - Yasmina Khadra

agneaux du seigneur.jpgL'Histoire donne parfois l'opportunité à la littérature de dépasser le cadre du divertissement et même de l'art pour atteindre une forte dimension politique et humaine. J'ai été plus que convaincu par ce livre de Yasmina Khadra, ne serait-ce que par le caractère indépassable de son témoignage qui se réapproprie l'histoire récente de l'Algérie: la folle période du fanatisme et du terrorisme religieux dans les années 90.

 

Le village de Ghalchimat est symbolique de ce que l'auteur a pu observer en Algérie quand il n'était encore que Mohamed Moulessehoul, officier de l'armée algérienne. Il y a une justesse remarquable dans l'analyse de la mécanique aliénée et aliénante du fanatisme. On voit avec horreur comment au quotidien, les petites misères, les envies, les désirs, la frustration servent de terreau à la montée des convictions idéologiques intégristes. Comment la pente est savonnée pour q'un village glisse sous la coupe des fondamentalistes.

Le livre garde une présence forte à l'esprit du lecteur, car il traduit avec intensité une montée des extrêmes dans les esprits puis dans les actes. Dans un climat de plus en plus oppressant, poisseux, insupportable. Les personnages, abandonnés à de vils instincts - le cynique et terrible nain Zane -, humains, trop humains, rendent d'autant plus cruelle, plus effrayante, l'implantation destructrice de l'intégrisme musulman dans le village. Il y avait quelque chose de pourri à Ghalchimat. 

Très Fort. 

Commentaires

  • ce livre et tres impretionnant

Les commentaires sont fermés.