Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les belles choses que porte le ciel - Dinaw Mengestu

mengetsu.jpgMr Stephanos est un immigré éthiopien qui tient une petite épicerie dans un quartier déclassé de Washington. Sa vie est bornée par son commerce qui ne tourne pas beaucoup, ses deux amis Kenneth et Joe, eux aussi immigrés africains, et ses souvenirs. Elle va être bouleversée par la spéculation immobilière à la hausse dans le quartier, mais aussi par l’arrivée dans son voisinage de Judith, une femme blanche aisée et de sa petite fille métis Naomi.

C’est une histoire d’exil et d’éloignement de sa terre. Dinaw Mengestu déploie avec simplicité et justesse, les problématiques et les réalités d’une question centrale de notre époque : l’émigration forcée et les difficultés de l’exil. Loin de chez soi, loin des siens, loin de sa culture. Mr Stephanos et ses deux amis sont des visages et des trajectoires très connues de l’exil contemporain. Ils ont fui leurs pays  parce qu’il ne leur était plus possible d’y vivre et essaient de se frayer une voie en Amérique. Ils représentent différents types de réaction dans cette situation difficile, entre résignation, combat, adaptation, indifférence. Ces personnages arrivent à faire passer la grande solitude, le terrible sentiment de nostalgie, la lassitude mais aussi le combat de ces hommes loin de chez eux qui luttent autant contre des problèmes bien réels et prosaiques que contre des fantômes et un mal être très difficile à définir et expliciter. Ces personnages et surtout cette tonalité acidulée, la voix touchante sans être larmoyante, triste et empreinte de dignité, proche et à la fois distante, arrivent à donner puissance et vérité aux thèmes du livre.

Une des grandes réussites de ce livre tient à cette histoire d’amour embryonnaire, maladroite et hésitante qui n’arrive pas à éclore entre Mr Stephanos et Judith. Elle sonne parfaitement juste comme chaque élément de ce livre et se trouve doublée d’une histoire d’amitié touchante entre la fille de Judith et Mr Stephanos. L’intensité des thèmes du livre en est renforcée. Cette histoire entre l’épicier éthiopien et cette femme et sa fille est un accélérateur d’émotions toutes en retenue, intenses, irriguant le personnage et ses tourments, sa tristesse, sa réflexion. Il est aussi remarquable que l’auteur arrive à mêler ses idées à la description de la métamorphose du quartier.

Simple, calibré, juste. Accessible bonheur de lecture en eaux pas si claires.

Les commentaires sont fermés.