Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Péplum - Amélie Nothomb

peplum.jpgUn scientifique du vingt sixième siècle enlève la jeune romancière A.N de son vingtième siècle pour la simple raison qu'elle a l'intuition d'un fait incroyable: il est à l'origine de l'éruption volcanique qui a enseveli Pompéi. Voilà pour le semblant de trame dont je passe sur le ridicule évident. Ce n'est qu'un prétexte pour un dialogue entre les deux protagonistes.

Amélie Nothomb s'enfonce dans le ridicule, elle qui semble pourtant parfois - très rarement - une dialoguiste douée. C'est pathétique, ennuyeux, risible. Le futur qu'elle décrit est pauvre, incohérent et inintéressant. Comment ne pas céder au bout de quelques pages seulement de ce verbiage insignifiant ? Ce grand n'importe quoi est un abîme de médiocrité déguisé en loufoquerie. Le caractère désolant de cette entreprise a eu raison de toute ma retenue critique.

Il n'y a pas de réflexion, pas de plaisir, d'amusement - pour le lecteur en tout cas. Que de l'esbrouffe, le vide, le néant. C'est atterant.

Au pilon.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.