Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un bébé pour Rosemary - Ira Lévin

rosemary.jpgRosemary emménage avec son ami Guy dans un vieil immeuble New-yorkais dans les années 60. Ils font fi de la mauvaise réputation du lieu qui aurait abrité entre autres des rites de magie noire. Ce qui s'avère être un bon choix puisque Guy commence enfin à percer dans le cinéma en tant qu'acteur, que les voisins sont chaleureux, très attentionnés et surtout que Rosemary tombe rapidement enceinte.

Rosemary's baby est un livre très lent qui a un atout majeur pour lui: son atmosphère. Très vite, le lecteur ressent quelque chose de malsain autour de ce couple. Il y a comme une ombre qui rôde autour d'eux. Quelque chose cloche et dérange le lecteur qui arrive rarement à échapper à une sensation d'inconfort et de mauvais pressentiment. Le talent d'Ira Lévin est de ménager son suspens et de faire mariner son lecteur dans cette atmosphère progressivement plus oppressante.

Dans Rosemary's Baby, on est très loin de l’exubérance rédhibitoire ou de l’imaginaire foisonnant qui sont souvent accolés au fantastique.  Le socle ici est bien réel et la narration de facture classique. Seulement voilà, le lecteur ne peut s'empêcher de se demander qui sont ces voisins trop attentionnés, voire envahissants ? Que veulent-ils vraiment, quelles sont leurs intentions ? Les soupçons sont omniprésents et l'inquiétude gagne concernant le couple. Qu'arrive t-il à Guy ? Et à Rosemary ? Et à leur bébé ?

Il est vraiment dommage que le livre s'étire sur la fin et que le dénouement soit plutôt raté, peu convaincant. Cela met un grand bémol à ce qui est néanmoins une petite réussite dans le genre du fantastique.

Commentaires

  • Ce n'est pas facile de donner un avis sur un tel classique, en particulier lorsqu'il a été porté à l'écran par Polansky. Ce livre du registre fantastique m'a toutefois plu.
    La relation à la maternité est complexe toute les trois pages on espère qu'elle va le perdre tout en souhaitant qu'elle le garde, une des forces de ce livre et de nous faire partarger l'ambiguité que vit le personnage principal. Il y a également la question des voisins qui sont presque aussi envahissants que les personnages de "dans la peau de John malkovitch", C'est vrai que dans la vie quand les gens semblent trop prévenant il est rare qu'ils n'aient pas une idée derrière la tête. Rosemary's babie est un bon livre, dont l'étude psychologie contrebalance bien le manque d'action.

    http://sfsarthe.blog.free.fr

Les commentaires sont fermés.