Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cannibale – Didier Daeninckx

Daeninckx-Didier---Cannibale.jpgCannibale a pour contexte l’exposition coloniale de 1931 à Paris. Cet évènement est désormais en partie tristement célèbre dans la mémoire collective pour la mise en scène de son village de sauvages : des Kanaks transportés de Nouvelle-Calédonie pour jouer des rôles de composition, diffusant des préjugés et une idéologie raciste. Apparemment inspiré d’un fait authentique, le livre de Didier Daeninckx conte l’histoire de Gocéné, un de ces Kanaks. Ce dernier s’évade de l’exposition et part à la recherche de sa promise Minoé qui fait partie d’un ahurissant échange provisoire avec un cirque allemand : quelques Kanaks contre des crocodiles – ceux de l’exposition ayant rendu l’âme.

C’est le contexte historique du livre, brièvement résumé en quatrième de couverture, qui fait l’intérêt de Cannibale. Surtout pour ceux qui découvrent les zoos humains et l’idéologie raciste qui marque l’époque de l’entre-deux guerres. Pour les autres, le livre souffre de bien de défauts. D’abord, le contexte s’évapore rapidement au profit d’une double course poursuite assez convenue et peu intéressante. Gocéné et son compagnon Badimoin courent après Minoé et les autres Kanak et doivent en même temps échapper à leurs propres poursuivants. Le fond du livre est sacrifié au profit du rythme. Ensuite, l’émotion occupe une place considérable qui concourt également à effacer l’intérêt du livre, dans la mesure où Didier Daeninckx privilégie l’histoire d’amour et les sentiments de Gocéné.

En fait, le plus gênant dans Cannibale est surtout que le point de vue interne de Gocéné paraît souvent peu convaincant. Dans ses réactions, ses préoccupations, ses pensées, Gocéné n’apparaît pas forcément – au moins par intermittences – comme un Kanak enlevé de Nouvelle-Calédonie au début des années 30 et confronté à un contexte très différent, très dur et forcément perturbant, à Paris. Peut-être manquons-nous simplement d’éléments apportés par Didier Daeninckx pour le croire. C'est en tout cas bien embêtant.

Cannibale est un livre qui n’arrive pas à tirer pleinement parti de son matériau – contexte historique et intrigue. Il est finalement assez décevant, parfois simpliste et victime de quelques écueils. Vite lu, il peut néanmoins permettre à certains – aux plus jeunes – d’ouvrir des pages sombres de l’histoire de France.

Bof.  

Commentaires

  • Bonjour j'ai un devoir en francais a rendre et je ne sais pas du tout comment Didier Daeninckx a procédé pour écrire le livre "Cannibale" pouvez vous m'aider

Les commentaires sont fermés.