Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un juif pour l’exemple – Jacques Chessex

jacques-chessex-un-juif-pour-l-exemple.jpgL’histoire que raconte Jacques Chessex se déroule en 1942 à Payerne, dans le canton de Vaud, en Suisse. C’est un fait divers qui l’a marqué alors qu’il était enfant. On a tué un juif pour l’exemple. En effet, Arthur Bloch, commerçant en bestiaux, a été la victime d’un crime atroce, qui est l’écho de l’horreur nazie et de la deuxième guerre mondiale dans la faussement neutre et paisible Suisse.

Après le vampire de Ropraz, Jacques Chessex continue de ferrailler avec la mémoire de son canton pour en exhumer des histoires terribles. Comme s’il avait envie de troubler l’image paisible qu’on peut naïvement en avoir ou en donner. Peut-être pour tendre à ses concitoyens et à tous un miroir qui en dit finalement long sur l'infini de la bêtise humaine, en général.

Le style est épuré, les phrases acérées et tranchantes. Jacques Chessex débarrasse également son récit de toutes fioritures. Il en fait une mécanique percutante, simple et directe qui donne un côté implacable au crime. Il y a une violence qui sourdre d’une langue et d’un texte pourtant économes en effets. A chaque fois, il suffit de quelques mots pour dire l’essentiel. L’écrivain Suisse vise juste.

Il plante d’abord le décor. A l’intérieur, un contexte économique dégradé, le chômage etc. A l’extérieur, le IIIe Reich et son idéologie nauséabonde, en branle pour sa marche triomphante. Ensuite, viennent les protagonistes. Rien que du typique malheureusement. Un pasteur dévoyé représentant de la légation nazie, caution intellectuelle et morale, et de pauvres hères rongés par la frustration qui sert d’alibi à la haine pluriséculaire du juif.

Voici Fernand Ischi, le garagiste Gauleiter et sa clique qui conçoivent et mettent à exécution leur horrible péché sous nos yeux. Un juif pour l’exemple, donc. Plongée dans les méandres du mal en gestation, puis à l’œuvre. Et toutes les questions que l’on ne peut éviter de se poser, assénées par Jacques Chessex. Noir lyrisme par moments. Où était Dieu ? Pourquoi ? Regrets ? Culpabilité ? Rédemption ? Un livre simple, taillé dans le dur. Petite réussite. 

Les commentaires sont fermés.