Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte – Thierry Jonquet

    Ils-sont-votre-epouvante-et-vous-etes-leur-crainte_2.jpgAutomne 2005, la France découvre ébahie devant sa télé d’incroyables scènes de violences urbaines qui dégénèrent en émeutes, dans les banlieues parisiennes d’abord puis dans celles d’autres grandes villes de la métropole ensuite.  Le couvercle de la cocotte minute a brusquement sauté, révélant aux yeux du reste de l’Europe et même du monde, les territoires perdus de la république. D’un coup, c’est comme si tous réalisaient qu’il y avait un autre monde derrière les périphériques des centres villes, une autre réalité. Celle que décrit Thierry Jonquet dans son livre, celle qui a été le terreau de ces évènements. Le roi est nu : voitures, écoles, bibliothèques brûlées, agressions, dégradations, combats contre les forces de police, contre toute représentation de l’autorité légale.

    Que se passe t-il dans nos banlieues ? La réponse est dans ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte. Thierry Jonquet imagine Certigny, ville fictive qui figure l’une de ces banlieues qui ont explosé. Pour ceux qui n’aiment pas les cocktails, accrochez vous car le mélange est détonant. 3 zones de cette ville sont livrées à une criminalité différente, les putes pour Boubakar le magnifique, un gars d’origine africaine qui s’est acoquiné avec des anciens de la guerre de Yougoslavie, le hasch pour les frères Lakdaoui, d’origine maghrébine et l’héroïne pour Ceccati, un gars bien de chez nous. Au milieu, une population globalement d’origine immigrée et souvent déclassée, qui s’accroche comme elle peut pour s’en sortir. Et la police et le substitut du procureur qui ne peuvent pas grand-chose, malgré leurs tentatives, sinon se satisfaire de cet équilibre de la terreur  en attendant que tout ça saute.

    Polar ? Non, bien plus que ça : chronique sociale, récit d’une explosion annoncée. Les histoires de crime, de police ne sont pas l’essentiel, elles racontent juste ce qu’est devenu parfois l’univers de la banlieue que Thierry Jonquet décrit avec talent. Oubliez le thriller, même si l’auteur sait y faire en matière de narration prenante, d’affaires policières et même si on lâche difficilement le livre. Le décor est planté avec beaucoup de justesse pour que s’épanouissent des histoires humaines de la banlieue. C’est ça la force du roman et de Thierry Jonquet. Voici donc Anna Doblinsky, la jeune prof qui débarque dans le collège Pierre de Ronsard de Certigny, toute fraîche, à peine sortie de l’IUFM, peu de temps avant les émeutes.

    On est aux racines du mal, l’école. Posée au milieu de l’univers en déliquescence de Certigny, elle n’a plus rien de l’idéal qu’on s’en fait. Place à la dure réalité, violence, sexisme, communautarisme, ignorance, inculture, délinquance, trafics etc. Le mammouth déconne sévère et Thierry Jonquet est sans concession dans son portrait. Le collège Pierre de Ronsard ne peut se départir de Certigny et de tout ce qui s’y passe. C’est dommage pour Lakdar, Djamel, Moussa, ces gosses que l’on suit dans le sillage d’Anna Doblinsky. Leur monde qui ne leur épargne rien, c’est Certigny. Petit à petit, les mécanismes d’exclusion, de dérive sont actionnés par Thierry Jonquet jusqu’à écrire des destinées tragiques. Sans pitié, sans misérabilisme, sans sentimentalisme. Requiem pour l’angélisme.

    Le ton est noir, l’ambiance délétère et à chaque page, on sent qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de Certigny. L’actualité s’invite donc avec les émeutes, mais plus largement aussi avec l’islamisme qui rampe le long des barres HLM. C’est le vecteur de l’explosion. Il est là. Il fait sauter l’équilibre du crime à Certigny et joue sa partition aux moments des émeutes. C’est aussi la clé qui enclenche dans les histoires personnelles, la mécanique infernale, celle qui mène Lakdar et Djamel dans une impasse.

    Il est possible à certains moments de se dire que Thierry Jonquet va trop loin, qu’il est quelque peu injuste dans sa vision de la banlieue, qu’il ne laisse aucune chance à ces personnages, qu’il donne du grain à moudre à des partis situés aux extrêmes de l’échiquier politique. C’est vraiment lui faire un mauvais procès et montrer une méconnaissance de l’état de certaines de nos banlieues, même s’il ne faut pas généraliser et ne pas non plus oublier le caractère fictionnel de cette œuvre. Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte est surtout une œuvre forte avec un souffle entraînant, une ambiance prégnante, des personnages fouillés, intéressants et qui dresse avec beaucoup de maîtrise narrative un constat impitoyable sur nos banlieues, sur ce qui s’y trame. A tous ceux qui ne s’aventurent pas au-delà du périphérique - et même aux autres-, lisez ce livre. En gardant à l’esprit le poème de Victor Hugo dont est extrait le titre du livre : 

    Étant les ignorants, ils sont les incléments ;

    Hélas ! combien de temps faudra-t-il vous redire

    Á vous tous, que c'était à vous de les conduire,

    Qu'il fallait leur donner leur part de la cité,

    Que votre aveuglement produit leur cécité ;

    D'une tutelle avare on recueille les suites,

    Et le mal qu'ils vous font, c'est vous qui le leur fîtes.

    Vous les avez guidés, pris par la main,

    Et renseignés sur l'ombre et sur le vrai chemin ;

    Vous les avez laissés en proie au labyrinthe.

    Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte ;

    C'est qu'ils n'ont pas senti votre fraternité.

    Ils errent ; l'instinct bon se nourrit de clarté (...)

  • Parle leur de batailles, de rois et d'éléphants - Mathias Enard

    batailles,rois.jpgQue vient faire le célèbre artiste Michelangelo Buonarotti à Constantinople en 1506 ? S’éloigner de son Italie natale, de Rome et de l’influent pape Jules II, son mécène avec qui il entretient des relations tendues et surtout construire un pont par dessus la corne d’or pour le sultan Bayezid. Réussir, là où Léonard de Vinci a échoué. C’est ce que nous raconte en tout cas Mathias Enard dans Parle leur de batailles, de rois et d’éléphants.

    Entendons nous bien, ce n’est pas vraiment un roman historique même s’il a le mérite d’être bien documenté. Ce n’est pas non plus un monument d’érudition, ce qui peut soulager à juste titre, ceux qui ont déjà été aux prises avec les œuvres d’Umberto Eco. Je tiens à faire ces précisions pour m’affranchir des critiques que j’ai pu lire à ce sujet sur le livre de Mathias Enard. Il est néanmoins assez riche et détaillé à mon goût pour que son contexte se déploie sans être tape à l’œil – peut-être aussi sans génie – et accueille le récit d’une folie artistique mais aussi amoureuse. Tel est le vrai propos de parle leur de batailles, de rois et d’éléphants.

    A l’aide de chapitres courts, d’un récit plutôt enlevé, Mathias Enard réussit à captiver son lecteur. Son Michelangelo se déplace dans une Constantinople mythifiée dans l’intention de créer une œuvre d’art absolue et se trouve pris dans un double tourbillon amoureux. Il y a le désir révélé des charmes de l’envoutante danseuse andalouse qui ne dit sa vérité que dans la pénombre de la chambre à coucher et celui caché du fidèle et ami poète Mesihi qui l’accompagne aux yeux de tous.

    Mathias Enard ouvre – parfois de manière superficielle – d’autres cornes d’or sous les pieds de Michelangelo. S’il y a pont(s) à édifier, c’est peut-être celui qui fondra les contradictions ouvertes entre orient et occident à cette période de la renaissance, entre homosexualité et hétérosexualité, entre la vie ascétique, la piété et la débauche, entre l’art et la nécessité pécuniaire, entre la lumière et l’ombre dans ce roman aux ambiances marquées.

    Lent au démarrage, parle leur de rois, de batailles et d’éléphants offre par à coups des passages d’une réelle poésie. De la beauté, de la mélancolie avec une grande intensité qui peut toutefois s’évanouir assez rapidement. Il n’en demeure pas moins que la référence au poème de Rudyard Kipling dans le titre – bien trouvé - du livre dit quelque chose, de la volonté littéraire de Mathias Enard et de son Michelangelo : l’importance de raconter, de créer, d’inventer, de lier, de faire monde, sens et histoire. Quelque chose d’essentiel aux hommes et peut-être encore plus aux artistes, aux écrivains.

    Goncourt des lycéens 2010.

    Un livre plaisant. 

     

  • La musique d’une vie – Andrei Makine

    musique d'une vie.jpeg

    Il y a quelque chose de Stefan Zweig dans ce petit livre d’Andrei Makine. Il suffit pour s’en persuader de revenir sur l’introduction de la musique d’une vie. Bloqué par une nuit glaciale dans une gare perdue en Sibérie, attendant son train comme des dizaines d’autres personnes, le narrateur surprend un vieil homme qui joue du piano avec un mélange de mystère et de honte. C’est l’histoire de cet homme, Alexeï Berg, que raconte la musique d’une vie. Ainsi que le relève avec une certaine maîtrise l’incipit déroulé autour de l’homo soviéticus et de l’âme slave, l’histoire de cet homme se confond quelque part avec celle de la Russie depuis l’avènement de Staline.

    Ainsi Alexeï Berg est d’une manière ou d’une autre confronté aux purges effectuées par Staline dans les années 30, à la famine qui sévit en Ukraine à la même époque, à l’entrée en guerre contre l’Allemagne nazie, aux affres de la politique de la terre brûlée, à la victoire et à l’âge d’or du petit père des peuples, au goulag et même à la déstalinisation jusqu’à la période récente. Une succession de péripéties s’enchaînent, plongeant le héros dans la grande histoire qui est le contexte déterminant une sorte de fatalité qui oblige le héros à des choix difficiles pour avancer, survivre, rouler comme une petite pomme. Il n’est pas ici question de s’extasier devant la profondeur historique du livre d’Andrei Makine. Le bruit et la fureur de l’Histoire ne servent qu’à éclairer un destin finalement symbolique de la Russie et malheureusement pas si extraordinaire que cela en ces contrées.

    La vie d’Alexeï Berg s’appuie sur la problématique de l’identité et son usurpation pour confronter le lecteur aux thèmes plus classiques de la passion amoureuse ou artistique entravée, de la fatalité du destin, de la place de l’individu dans l’histoire par exemple. J’en reviens à Stefan Zweig. Comme lui, avec certes moins d’intensité, Andrei Makine dessine dans la musique d’une vie, la violence d’un être rongé par une passion et embarqué dans une course inéluctable.

    Il y a aussi un art délicat de la narration qui fait mouche. Reconnaissons-le, Andrei Makine sait raconter son histoire et la musique d’une vie est un véritable plaisir de lecture dont la musique est douce. La langue de l’écrivain russe est souple et rythmée. Elle fait éclater les sentiments, l’âme du personnage principal, l’essence des évènements qui jalonnent son parcours. Quelque chose de profondément humain émerge avec une certaine retenue, une élégance sans jamais céder à l’exubérance, à un lyrisme excessif ou au bavardage.

    Bien.