Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cotton Point – Pete Dexter

cotton_point.jpgEtre « bon pour Cotton Point », c’est une expression qui voulait dire être bon pour l’asile. Il faut croire que l’expression n’a pas perdu tout son sens lorsque Paris Trout, l’usurier de la ville qui prête même aux noirs, décide de jouer du gros calibre sur une petite famille noire pour une histoire de sous. Ce pur moment de folie, c’est le début de la dégringolade pour celui qui est la figure centrale du livre de Pete Dexter.

Paris Trout représente en quelque sorte une dégénérescence, une putréfaction de l’homme blanc tout puissant placé au cœur du système ségrégationniste et des valeurs du Sud profond de l’Amérique. Raciste, misogyne, borné, engoncé dans une idéologie et des valeurs dépassées, il met à l’épreuve toute la ville de Cotton Point, et pas uniquement à travers son procès. C’est comme s’il sommait chacun de choisir son camp, symbolisant à lui seul la fracture au sein de l’Amérique des années 50.

On ne peut pas vraiment parler de polar au sujet de Cotton point. Il n’y a pas tant de suspens que ça dans le livre et les intrigues ne sont pas si passionnantes, captivantes ou recherchées. Le livre de Pete Dexter tient surtout par ses personnages et par son ambiance. Il y a tous ces êtres qui sont passés au révélateur Paris Trout : sa femme Hanna, son avocat Seagraves, principalement, la petite Rosie. Ils sont fouillés, intenses, présents grâce à la voix que leur prête Pete Dexter. Il ne leur fait pas vraiment de cadeaux, dessinant des univers plutôt tristes, monotones, sur le point d’éclater, de s’effondrer de l’intérieur. Il y a quelque chose de crépusculaire dans les situations dans lesquelles ils se retrouvent.

Il y a en effet une ambiance formidable qui est installée par Pete Dexter. Cotton Point est un livre dur, rocailleux qui est rempli de poussière et de tension qui sont palpables. L’ordre de Cotton Point brisé par Paris Trout n’est qu’une façade. La ville est un lieu qu’on habite en quelques lignes, plongés dans une atmosphère chaude, moite, suffocante, propice à l’immobilité comme aux brusques explosions qui l’ébranlent.

Sans se révéler exceptionnel, Cotton Point est un livre qui vaut le détour pour son ambiance, ses personnages et son questionnement de l’Amérique profonde et de son passé à travers le personnage de Paris Trout.

National Book Award.

Les commentaires sont fermés.