Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Conversation après un enterrement - Yasmina Reza

    9782226192493g.jpgTout est dit dans le titre. Alex, Edith et Nathan viennent de dire adieu à leur père et se retrouvent à converser de tout sauf du défunt. Ils étalent en fait leurs fragilités et les histoires qui les rongent, dessinant des lignes de fractures entre frères et sœurs. Le nœud des tensions, c’est Elisa, l’ancienne compagne d’Alex qui s’est jetée dans les bras de Nathan le frère aîné. Sa présence à l’enterrement est un choc pour Alex qui s’enfonce dans une humeur ténébreuse et ruminant sa frustration face à ce frère traître, si maître de lui-même, qu’il admire secrètement pour une vie supposément plus réussie ou aboutie. Entre ses frères, Edith ne peut que prendre des coups perdus tout en déplorant une ambiance délétère que parviennent difficilement à rendre comique un oncle et son ingénue d’épouse, également présents dans la maison familiale.
    Conversation après enterrement est une pièce d’un intérêt plutôt limité. Il y a effectivement dans cette pièce, un minimalisme exacerbé qui lui nuit profondément. Les personnages sont plutôt monolithiques, avec une psychologie à peine dessinée. Ils se résument à une esquisse plutôt brouillonne autour de cette histoire de femme partagée entre deux frères. L’enterrement qui est censé être le cadre permettant à ces conversations d’advenir paraît plutôt artificiel, éloigné. La mayonnaise ne prend que par intermittences car l’ensemble est souvent banal. Les répliques ne font pas toujours mouche, flottant parfois dans un vide que Yasmina Reza a créé.
    Conversation après un enterrement n'exploite pas assez son potentiel pour pleinement exister et convaincre même si son matériau de départ peut paraître intéressant, même s’il arrive à générer quelques fugaces moments d’émotion, même si l’effet de comique autour du personnage de l’oncle prend parfois. Le potentiel que recèle conversation après un enterrement n'est finalement pas si bien exploité et la pièce peine à marquer le lecteur.

    Moyen.

  • Les extrêmes – Christopher Priest

    Les-extrêmes-de-Christopher-Priest-chez-Folio-SF.jpgTeresa Simmons, agent du FBI, a perdu son mari Andy, lui aussi agent du bureau, lors d’une tuerie de masse durant laquelle un forcené a assassiné plusieurs personnes dans une ville du Texas. Il se trouve que ce même jour-là, un 3 juin, de l’autre côté de l’Atlantique, dans la petite ville de Bulverton au Royaume-Uni, une autre tuerie de masse a eu lieu. Coïncidence improbable ? Peut-être. Toujours est-il que c’est une Teresa endeuillée mais également intriguée qui se met en congé de son poste pour aller enquêter sur la tuerie de Bulverton.
    Cette enquête pourrait-être relativement banale, confrontant Teresa à sa propre perte, à son propre traumatisme, la montrant qui se heurte à la réticence globale des témoins de Bulverton et à leur volonté de dépasser ou d’oublier la tragédie. C’était sans compter les ExEx, cette technologie nouvelle, réalité virtuelle extrêmement réaliste et puissante qui permet notamment de reconstituer ces tueries de masse à partir des souvenirs du plus grand nombre possible de témoins.
    Multipliant les séances pour tout comprendre et atteindre un maximum de connaissances sur la tuerie de Bulverton, Teresa se rend progressivement compte de certaines incohérences et plus encore de coïncidences entre cette dernière et celle qui a emporté son mari. Plus Teresa s’enfonce dans les ExEx, plus elle croit avancer dans son enquête et plus la réalité semble s’effriter lentement. Ni Teresa, ni le lecteur ne savent finalement ce qui relève de la réalité virtuelle ou du réel, ni dans quel mesure le virtuel n’est pas en train d’affecter le réel. Même le présent et le passé semblent finalement s’emmêler au point qu’on se demande si ce n’est pas la conscience de Teresa qui est en train de s’effondrer et si cette dernière n’est pas finalement perdue dans les ExEx. A moins que ce ne soit le lecteur qui perde le fil au bout du compte…
    Christopher Priest prend vraiment le temps d’installer son histoire pourtant il n’y a pas vraiment de longueurs dans ce livre. L’auteur anglais donne de la chair à son personnage principal, au drame qui la touche et à l’enquête qu’elle mène. Il met un point d’honneur à donner du relief à toutes ces histoires qui se croisent autour de la tuerie de Bulverton et à recréer l’atmosphère d’une ville et de personnes traumatisées, meurtries. C’est profond et très humain avec une immersion lente mais totale. Le lecteur est au plus près de Teresa et de la banale réalité de Bulverton.
    Le temps est aussi pris pour bien installer les ExEx. Au fur et à mesure que le roman progresse, cette réalité virtuelle prend de l’importance. Son développement semble s’accroître et dépasser le simple usage professionnel fait par la police. Sa présence est aussi narrativement plus grande avec une Teresa qui s’y enfonce de plus en plus. Les multiples séances qu’elle a effectuées sont racontées, répétées, sous des jours différents, pour faire saisir l’effet de répétition sans pour autant lasser le lecteur. Au contraire, il y a quelque chose de captivant dans ces séances ExEx car Christopher Priest arrive à rendre cette réalité virtuelle simple, accessible, mais aussi inquiétante et cela sans jargonner.
    Ecrit avant les années 2000, le livre traite de la question des armes à feu, des tueries de masse, de leur origine, de leur impact sur les individus et leurs existences, mais aussi de leur exploitation par les médias. Il parle aussi de la réalité virtuelle, élément central de science-fiction du livre. Captivant, il nous interroge sur la perception de la réalité, un des thèmes fétiches de Chritopher Priest – exploité entre autres dans le monde inverti ou encore dans la séparation. Cette interrogation majeure est particulièrement déroutante pour le lecteur qui est plongé avec Teresa dans des abîmes sans plus savoir où est-ce qu’il est, ce qui est vrai ou faux, ce qu’il est vraiment possible de faire avec ou dans les ExEx. On retrouve également dans ce livre un autre des thèmes favoris de Christopher Priest, la dualité. Un thème qui part de la coïncidence des deux tueries du Texas et de Bulverton pour prendre toute son ampleur dans la confusion entre la réalité et la virtualité, dans la naissance de ce territoire indéfini dans lequel les doubles peuvent se confronter, s'échanger voire fusionner...
    Les extrêmes aurait pu être un chef d’œuvre si Christopher Priest avait mieux maîtrisé la fin du livre. La chute libre de Teresa Simmons est en effet malgré tout un peu brouillonne et surtout Christopher Priest laisse le lecteur en plan en n’apportant pas la réponse à plusieurs questions soulevées tout au long du roman. Comme si à la fin, il était aussi perdu - essouflé un peu aussi - que Teresa et le lecteur. On l’a connu un peu plus inspiré et maîtrisé avec le final de la séparation notamment. Ce bémol n’est néanmoins pas rédhibitoire même s’il laisse un léger goût d’inachevé. Il n’enlève tout de même pas beaucoup de choses à un roman puissant et intéressant.

    Original et captivant.

  • L’homme du hasard - Yasmina Reza

    L'homme du hasard.jpgParis-Francfort, un homme et une femme se retrouvent seuls dans un compartiment de train. Chacun est perdu dans ses pensées. Deux monologues à priori déconnectés mais qui se révèlent rapidement reliés. La femme est en train de lire l’homme du hasard, le dernier ouvrage de l’écrivain renommé Paul Parsky qui n’est personne d’autre que l’homme en face d’elle, qu’elle a reconnu.
    Cette pièce de théâtre joue sur plusieurs ressorts évidents : une mise en abyme potentielle avec son titre qui est celui du livre que la femme a entre les mains, un autre jeu autour du titre au sujet du hasard qui amène de manière improbable l’écrivain à se retrouver face à une femme en pleine lecture de son dernier ouvrage, une tension ou un suspens sur ce dont peu accoucher une telle mise en situation de ces deux personnages.
    Malheureusement aucun de ces ressorts ne fonctionne pleinement et il est difficile de dépasser une sensation de vacuité et d’inabouti à la lecture de cette pièce. Il y a un aspect artificiel dans ces procédés qui est encore plus criant en raison du minimalisme de la pièce.
    Restent maintenant les deux monologues qui constituent pour chacun des personnages des regards en arrière – contraste facile avec le train qui avance etc. Ces derniers sont plutôt banals avec cet écrivain un peu misanthrope, doutant quelque peu de la valeur de certains de ses ouvrages, et cette femme qui hésite sentimentalement. Une épaisseur proche du néant et un ton froid n’aide pas à donner de la chair à ces personnages de papier.


    Une première rencontre très décevante avec Yasmina Reza.
    Déjà oublié.