Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La chambre de Giovanni - James Baldwin

 

amour,passion,homosexualité,parisDavid, un jeune américain venu se chercher dans le Paris des années 50, tombe amoureux de Giovanni, un jeune barman italien. Le temps d’un été, il se laisse aller à une passion dévorante dont le cadre étroit est la chambre de bonne de Giovanni et le milieu interlope homosexuel parisien un peu caricatural, peuplé de vieux beaux, de truands, de jeunes éphèbes, de folles, tous à la recherche du plaisir et d’un peu d’affection. Problème, David n’assume pas complètement son homosexualité et est même en couple avec une jeune américaine en escapade en Espagne pour laquelle il n’est pas sûr de ses sentiments mais qu’il a quand même demandé en mariage…

Nous sommes dans les années 50 et il faut un certain courage pour un romancier noir comme James Baldwin pour aborder aussi frontalement le sujet de l’amour homosexuel.  Loin de la veine du roman afro-américain et de la question raciale, qui est ici absente, l’écrivain américain affirme son talent en livrant un grand roman sur l’amour et sur la quête de l’identité sexuelle. Comment vivre pleinement sa passion dans une société qui condamne l’homosexualité ? Comment arriver à s’assumer et à s’épanouir face à la pression et au contrôle social ? Tel est le dilemme de David qui n‘arrive pas à pleinement profiter de l’instant présent et essaie d’échapper à ses sentiments, à ses désirs face à un Giovanni plus sûr de lui et de ses envies.

La chambre de Giovanni est un livre magnifique qui traite de la confusion des sentiments, de la violence de la passion et du poids de la norme sociale amoureuse et sexuelle. C’est avec une grande dignité, une certaine fraîcheur, voire de la naïveté que James Baldwin évoque ces questions. La chambre de Giovanni n’en est que plus plaisant parce qu’il arrive à faire ressentir avec acuité les tourments d’un personnage principal parfois triste et mélancolique, seul au final. L’écriture sensuelle, vive et intense de James Baldwin porte un récit qui est touchant et saisissant, à la fois plein de grâce et de grisaille, jusqu'à son final tragique.   

Beau, émouvant, fort.

A lire.

Écrire un commentaire

Optionnel