Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Son excellence – Naguib Mahfouz

Excellence Mahfouz.jpgSon excellence est une fable sur l’attente et sur l’ambition en même temps qu’un regard sur la tradition bureaucratique de l’Egypte. Elle raconte l’histoire d’Othmân Bayyoumi, un homme d’origine modeste qui s’extraie de son milieu et se fraie un chemin jusqu’aux plus hautes fonctions de l’administration à force d’ascèse et de travail acharné, ce quasiment au détriment de toute existence privée.

Rien ne compte au final dans l’existence du personnage principal, à par cet objectif ultime vers lequel il est entièrement tendu, celui de devenir directeur général. Toute sa vie est ordonnée et en fait totalement rongée par le travail et par les exigences du monde bureaucratique égyptien. Le prix à payer pour cette ambition se révèle évidemment bien trop élevé pour un Othmân Bayyoumi qui finit par se confondre avec sa trajectoire professionnelle.

« Un trop long sacrifice change le cœur en pierre » (W.B. Yeats) et Othmân Bayyoumi se déshumanise complètement au fur et à mesure qu’il évolue vers son objectif. Celui-ci étant par ailleurs plus une source de frustration que de satisfaction ou d’épanouissement. Naguib Mahfouz en profite pour faire un portrait acide de la bureaucratie égyptienne. C’est un univers légèrement kafkaïen, archaïque, gangrené par le népotisme, une sclérose, une certaine incompétence et capable de se transformer en désert des tartares (Dino Buzzati). Il distille un climat oppressant de désuétude, de lourdeur, de componction qui atteint aussi bien Othmân Bayyoumi que le lecteur…

Simple, plutôt agréable à lire et efficace, doté d’un personnage principal plutôt fascinant et d’un certain regard distancié et ironique sur ce morceau spécifique de l’Égypte que constitue son administration publique, Son excellence est Un Mahfouz en mode mineur.

OK.

Les commentaires sont fermés.