Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Une parfaite journée parfaite – Martin Page

    mp.jpgLa citation du groupe Pulp en exergue de ce livre peut résumer la vie du personnage principal : « I must have died a thousand times, the next day I was still alive ». Pour être plus exact quelques instants suffisent à cet homme pour revenir à la vie alors que tout au long des pages, il s’évertue à mettre fin à ses jours, avec un magnum 357, un rasoir, un cocktail d’anxiolytiques etc. Essayer de mourir à tout prix, mais pourquoi ? Parce qu’il ne le peut sans doute, mais surtout parce qu’il semble complètement inadapté à la vie moderne et en complet décalage avec un environnement somme toute banal dans lequel chacun pourrait voir quelque chose du sien.

    Ceux qui ont déjà lu quelques livres de Martin Page, notamment Comment j’ai failli devenir stupide, reconnaîtront l’inventivité et la loufoquerie de cet écrivain singulier. C’est un univers dans lequel la bizarrerie a toute sa place et qui séduit par sa douce et mélancolique folie. Il ne faut pas s’étonner de rencontrer une marmotte géante, de découvrir des toilettes hantées directement connectées avec celles du président des Etats-Unis, de savoir qu’un grand requin blanc se promène dans le corps d’un adulte ou encore qu’un quator de mariachis mexicains apparaisse de manière irrégulière pour entonner des chansons pops de grands groupes avec un accent épouvantable. Et que dire de cette géniale analogie entre les sentiments et les insectes ?

    C’est ça le meilleur de Martin Page, un univers original qui est au service du décalage, de la mélancolie d’un personnage principal quelque part entre la douleur d’exister et l’appréciation des petits plaisirs du quotidien. C’est un jeu d’adaptation permanent, à la recherche des accommodements les plus raisonnables possibles pour s’en sortir et arriver à vivre. Personne ne le dit mieux que Martin Page lui-même dans sa postface : « c’est un roman sur le désespoir mais aussi sur les mécanismes compensatoires à mettre en œuvre pour ne pas sombrer ». Un désespoir qui suinte du livre et qui touche le lecteur sans pour autant l’enfoncer dans la déprime en raison d’une légèreté, d’une dose subtile d’humour et de petites trouvailles.

    Autant d’éléments qui s’associent à une critique subtile du monde du travail et de notre société contemporaine. Un aspect que Martin Page minore dans la postface déjà citée mais qui ne me semble pas superficiel. Si l’inadaptation du personnage principal peut se passer de ce contexte et avoir une réalité indépendante, sa résonance avec le monde moderne mérite d’être soulignée. Quelque chose d’essentiel est dit de manière subtile sur la solitude et la violence contenue du monde moderne, sur la banalité et le conformisme ambiants, sur le vide existentiel qui menace de s’ouvrir à tous moments sous nos pieds.

    Inventif, subtil, léger et mélancolique.

    Du bon Martin Page.