Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Allemande - Page 3

  • Tonio Kröger – Thomas Mann

    artiste,différence,génie,écriture,normalitéDescendant de la bourgeoisie du nord de l’Allemagne, Tonio Kröger est un adolescent en proie au mal être. Dès les premières lignes du livre de Thomas Mann, on comprend qu’il n’est pas de ceux qui bénéficient de la paix des âmes et du sommeil du juste. Tonio Kröger est différent. Est-ce de par ses racines latines, don de sa mère Consuelo, qui ont fait de lui un brun au pays des blonds ? Le trouble est plus profond et la différence plus subtile, bien que Tonio Kröger lui-même s’attache à ces détails physiques.

    Ce jeune homme, que l’on pourrait traiter facilement de romantique, est tout simplement un artiste, sans doute de génie. Et il n’y a pas de fardeau plus difficile à porter et à assumer pour un adolescent, un homme que celui-ci. Bien plus qu’une vocation, une raison d’être ronge le jeune homme de l’intérieur, l’inclinant à une lucidité, à une empathie qui l’ébranlent. « Etre trop conscient, c’est être malade » dit Dostoievski dans mémoires écrits dans un souterrain.

    Etat difficile que celui de Tonio Kröger qui envie la légèreté, de Hans Hansen, son ami, archétype du garçon populaire du lycée ou d’Inge Ingeborg, celle pour qui bat son cœur adolescent, le symbole de la jolie poupée. Le drame de Tonio Kröger est d’avoir conscience de sa condition d’artiste et de vouloir être comme les autres, de ne plus être un douloureux roseau pensant empêtré dans son monde intérieur. On l’entend presque dire comme Victor Hugo « je serai Châteaubriand ou rien ». La tentation délicieuse de l’abîme, du rien, résonnant plus fort que l’appel à enfiler les habits de l’auteur du génie du christianisme.

    Je crois qu’il faut dépasser une lecture biographique, certes intéressante, de l’œuvre de Thomas Mann. Il y a en effet bien des similitudes entre Tonio Kröger et le prix nobel de littérature 1929. Se focaliser sur le désir que ressent Tonio Kröger pour deux personnes de sexes différents (Inge et Hansen) nous éloigne aussi un peu de l’essence du livre. La problématique essentielle posée par Thomas Mann dans Tonio Kröger est la souffrance née de la distance et d’une certaine forme d’inadéquation entre l’artiste et le monde. Souffrance vécue dans la chair, tourment qui lui permet de créer et de dire quelque chose de fondamental à et sur la société des hommes. Cette problématique peut-être élargie à celle de la différence et de l’étranger, particulièrement dans un univers (artistique ou non) contemporain pressé par les forces du conformisme – accompagnant celles du marché.

    Tonio Kröger devenu écrivain des années plus tard, retourne sur les lieux de son enfance et éprouve une nostalgie, une fêlure, difficiles à décrire. C’est l’abîme au-dessus desquels marchent plus ou moins facilement les plus grands. Une béance qui se retrouve amplifiée lorsque se matérialisent comme par magie sur son lieu de résidence, lors d’un voyage au Danemark, ceux qui ont été au cœur de la prise de conscience de sa différence, de son dilemme : Inge et Hans, les symboles de la normalité éclatante, bienheureuse et triomphante. Je ne peux m’empêcher de citer l’excipit du livre qui vaut toutes les explications :

    « Ce que j’ai fait jusqu’ici n’est rien. Je produirai des œuvres meilleures, Lisateva – ceci est une promesse. Tandis que j’écris, le bruissement de la mer monte vers moi et je ferme les yeux. Je plonge mes regards dans un monde à naître, un monde à l’état d’ébauche, qui demande à être organisé et à prendre forme ; je vois une foule mouvante d’ombres humaines qui me font signe de venir les chercher et les délivrer ; des ombres tragiques et des ombres ridicules et d’autres qui sont l’un et l’autre à la fois – celles là je les aime particulièrement. Mais mon amour le plus profond et le plus secret appartient à ceux qui ont des cheveux blonds et des yeux bleus, aux êtres clairs et vivants, aux heureux, aux aimables aux, habituels ».

    Tonio Kröger est un chef d’œuvre qui, en peu de pages, a le mérite de dire grand avec le génie du verbe de Thomas Mann.  

  • Quel bonheur ! - Gila Lustiger

    quel bonheur.jpgC'est le portrait terrible d'une femme au foyer de la classe bourgeoise, que l'ennui ronge jusqu'à la crise de nerfs, à l'inevitable explosion. Elle a tout pour être heureuse, cette privilégiée: une femme de ménage qui la dispense de travail domestique, un mari qui subvient à tous ses besoins matériels, qui ne rechigne pas à jouer aux amoureux, une petite fille un peu gâtée, censée la combler avec l'amour maternel et la nécessaire activité d'éducation. Quel bonheur n est ce pas ?

    Sauf que A. est quelque part prisonnière de ce cadre doré qui lui est mortifère. Elle essaie de calmer par le shopping, la critique de la femme de menage, le regime, l'écriture, etc ses pulsions violentes générées par l'ennui. Rien n'y fait. Elle va glisser subrepticement vers des abîmes et même l'adultère n'y changera rien. Il y a un vide, une superficialité chez cette femme qui risque de l'engloutir chaque fois qu'elle se laisse aller à l'introspection. Et ce ne sont pas les préjugés, le mépris, la fausse intelligence qui vont la sauver.

    Gila lustiger est cruelle avec ce personnage, elle critique avec violence un modèle bourgeois proche de la caricature, obsédé par l'argent, l'apparence, grignoté par le néant et le ridicule. Tous les personnages qui gravitent autour d'A, du mari, affreux capitaliste conservateur à l'enfant gâté en passant par les parents très traditionnels subissent le trait moqueur et et rageur de Gila Lustiger. Elle en veut visiblement à ce modèle qui a fait l'Allemagne moderne, qui a determiné ces couples qu'elle fustige dans ce livre, avec un certain succès parce qu'on a une véritable aversion et de la pitié pour les personnages, pour A.

    La forme des chapitres, courts, permet de tasser un sentiment de longueur même si parfois on ne peut s'empecher d'être gagné par la vacuité du personnage - qui contamine le roman - et de se demander si cela meritait tant de temps et de talent. Surtout que le personnage de A, peu original, a déja été traité un certain nombre de fois sous ce même angle. Notons aussi que cet archétype sur lequel gila lustiger tape n'est plus le modèle dominant ou en tout cas est menacé de declin. En conclusion, que de férocité pour décrire une femme finalement perdue dans un modèle dont la prédominance et la pertinence sont remises en question à notre époque. Moyen.

  • L’honneur perdu de Katharina Blum - Heinrich Böll

    blum.jpgKatharina Blum, femme de ménage discrète, honnête et droite, appréciée dans les milieux bourgeois se rend au commissariat de police et avoue le meurtre de Tötges un journaliste. Quelle mécanique infernale a pu mener cette fille solitaire à ce crime ? Böll remonte le fil de l’histoire. C’est le coup de foudre de Katharina pour Götten, un criminel, après une seule soirée qui est le point de départ de cette tragédie. En l’aidant à fuir le lendemain de leur rencontre, elle ne sait pas dans quel engrenage elle met le doigt. Elle va être la proie des journaux à sensations qui vont lui gâcher la vie et la conduire à l’impensable. C’est une charge féroce de l’auteur allemand contre cette forme de journalisme extrême et sans scrupules, sans déontologie. Il dénonce à travers les affres subies par son héroïne, les mensonges, les méthodes peu scrupuleuses, les faux témoignages, les détournements de propos et surtout le cannibalisme impudique de cette presse. Malheureusement, Böll a voulu donner à son récit une forme d’objectivité et d’originalité en le livrant comme un rapport impersonnel et distancié des évènements. Le récit pâtit de ce choix. Il faut donc faire avec une certaine lourdeur, une relative désincarnation du récit, un peu moins percutant, plaisant qu’il n’aurait pu l’être.