Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Science-Fiction - Page 7

  • Darwinia – Robert Charles Wilson

    darwinia.jpg1912 : cataclysme : l'Europe a disparu. A sa place, un continent dont les contours géographiques sont similaires, se dresse. Avec une faune et une flore venue d'ailleurs. Quid de ce mystère ? Pour le savoir il faut suivre Guilford Law, photographe, membre d'une des 1ères expéditions américaines parties à la découverte du continent inconnu.

    Le talent de Robert Charles Wilson tient à la réelle originalité de ses approches romanesques. Le point de départ de ses livres que j'ai lus est toujours une formidable idée. Les chronolites qui émergent de nulle part pour annoncer l'avènement d'un conquérant du futur, le vaisseau des extraterrestres qui occupe soudainement l'horizon de l'humanité, le Spin qui se dresse comme une barrière qui protège cette dernière de la mort du soleil.

    Le problème est que pour l'instant, souvent à la suite de ces formidables incipits, les romans de l'auteur canadien finissent par se perdre dans un galimatias qui érode le formidable crédit tiré des géniales intuitions de départ. Il en est ainsi de Darwinia. Très bon roman d'aventures à l'ancienne, traité sur le mode « exploration d'une terre étrange», le livre mue logiquement vers une uchronie un peu décevante. En effet Robert Charles Wilson est un peu léger sur les développements de son monde qui dérape vers une autre trajectoire après 1912 et l'irruption de Darwinia.

    La réelle déception est cependant la transformation finale du livre en une sorte de Matrix 2 et 3. Pour en venir à bout de sa trouvaille, Darwinia, et l'expliquer, Robert Charles Wilson se lance malheureusement dans un charabia mystico, spatio, temporalo, technologique qui est gonflant. Il ne s'agit ni plus ni moins qu'une histoire de bataille d'un système très complexe et élaboré contre un virus, une saloperie auto immune à sa façon, qui le gangrène. Le tout est donc précipité vers une apocalypse convenue qui rivalise d'effets un peu clinquants et grossiers.

    C'est d'autant plus dommage que Robert Charles Wilson a un sens certain de la narration. Il sait entretenir le suspens, développer des intrigues, emporter le lecteur avec lui jusqu'à sa dernière ligne - ou presque. Outre son originalité, il a un certain talent pour créer des personnages denses, complexes et finalement attachants. Encore que cette dernière assertion doit être tempérée. Les personnages de Darwinia sont certes plus épais que bien d'autres de science-fiction, mais restent moins aboutis et réussis que ceux d'ouvrages plus tardifs de l'auteur comme Spin ou le vaisseau des voyageurs. Il faut signaler que certains ont un rôle parfaitement inutile dans l'œuvre et que certaines interactions, relations sont brossées rapidement.

    Finalement, Darwinia est une grosse déception étant donné le potentiel que comporte l'ouvrage. Il se montre insuffisant sur de nombreux plans, porteur des faiblesses présentes dans les œuvres ultérieures de Robert Charles Wilson sans totalement en posséder les forces. Je conclus sur une note plus générale sur cet auteur qui ne me semble pas complètement à la hauteur de sa réputation désormais plus qu'assise. Les fulgurances et les intuitions dont il fait preuve ne peuvent suffirent à éclipser beaucoup de ratés, d'inaboutissements dans son œuvre. Dommage.

  • Spin – Robert Charles Wilson

    wilson_spin.jpgC'est arrivé brutalement, un soir, alors que les jumeaux Lawton, Diane et Jason, accompagnés de leur ami Tyler Dupree, observaient le ciel : les étoiles ont disparu. Ainsi commence l'aventure formidable du Spin, une membrane qui recouvre la terre et la pousse vers une eschatologie originale. Le temps hors du Spin s'écoule à une vitesse incroyable qui fait de la mort du soleil et donc l'extinction de la race humaine une affaire de décennies. Qu'est ce que le Spin ? Quelle est son origine ? Comment échapper à la fin qui semble inéluctable ? Quelles possibilités restent-ils aux hommes ?

    La base SF de ce roman de Rober Charles Wilson me paraît plus développée encore que dans les précédents opus de lui que j'ai lus. Le Spin est une surprenante énigme qui permet à l'auteur de développer un champ étendu d'idées qui touchent à une incroyable variété de thèmes, sujets chers à la science fiction. Pour répondre aux multiples interrogations et défis engendrés par le Spin, Robert Charles Wilson aborde effectivement l'isolation de la terre, la terraformation de mars, l'existence de formes de vie extra terrestre de différentes sortes et les situations de contact, les exo planètes, l'allongement de la durée de la vie humaine, les voyages interstellaires, la création d'organismes biologiques originaux par le génie génétique etc.

    Si la capacité de l'auteur à intégrer tous ces thèmes dans son histoire, autour du Spin et le développement poussé de ces idées peut susciter une certaine admiration, voire un enthousiasme chez les lecteurs, je dois avouer ne pas m'être laissé impressionner par cet aspect du livre. Peut-être que le livre de Robert Charles Wilson aurait gagné à aborder moins de thèmes, comme dans ces précédents ouvrages. Le développement de la piste martienne depuis la terraformation m'a par exemple semblé peu profitable au livre. Je trouve également que les idées à la conclusion du livre ne sont pas à la hauteur du Spin et de sa problématique en termes d'originalité notamment.

    Ceci n'empêchera pas les lecteurs d'apprécier le point fort du livre, l'aspect purement terrestre et humain relatif au Spin. C'est selon moi la vraie force de ce livre. Là où Robert Charles Wilson est brillant, c'est lorsqu'il saisit et développe les implications induites par le Spin en matière d'économie, de politique, de religion. Inutile de s'attendre à d'interminables pages de chaos, le livre est plus subtil que cela. Il s'agit ici de comprendre comment certaines industries vont émerger au détriment d'autres en raison du défi qui consiste à sauver l'espèce humaine et à survivre dans un monde sans satellites, de voir le fanatisme et le sentiment religieux devenir incandescents et d'inquiétantes portes de salut pour les masses confrontées à l'Extinction, tout comme le nihilisme, d'appréhender les enjeux de pouvoir à différentes échelles etc. La question démographique et celle des ressources de la planète, nichée au cœur de l'énigme du Spin, est cruciale à l'heure des interrogations écologiques.

    Comme à son habitude, Robert Charles Wilson fait de ces problématiques et de la SF, un contexte difficile pour faire évoluer des personnages riches et denses. Dans Spin, les méandres de la famille Lawton sont fouillés. Jason est le fils prodige d'E.D Lawton un industriel pour qui le Spin est une aubaine. Ce pur génie est intégré aux recherches sur le Spin quand sa jumelle Diane rejoint le rang des convertis aux religions. Famille écartelée, déchirée, avec ses secrets enfouis, ses drames. E.D est un tyran obnubilé par la réussite et déterminé à façonner son fils, alors que la mère, Carol, est une alcoolique, que Diane se révolte comme elle peut, délaissée. Et au milieu de tout ça Tyler Dupree, fils de la gouvernante, ancienne épouse d'un ami-associé d'E.D, qui vit une relation étrange avec cette famille. Il me semble néanmoins que les personnages sont moins forts, moins vrais, par moments, parfois dilués dans tout ce qui à trait au Spin mais ils n'en demeurent pas moins, épais, dotés d'une réelle profondeur.

    Spin n'est pas le chef d'œuvre annoncé, et j'avoue une certaine déception, même s'il reste en dépit de ses défauts, un livre de science-fiction divertissant et intéressant. S'il est parfois dépassé ou essoufflé par son ambition, la variété de ses sujets, l'intrigue est menée de manière efficace et bénéficie d'uneprofondeur liée à l'épaisseur des personnages et au développement des idées.

    Aurait pu être génial...

     

     

    Pour ceux qui veulent aller plus loin avec Robert Charles Wilson, un lien vers une interview fleuve sur son oeuvre:

    http://blog.belial.fr/post/2009/09/11/L-homme-qui-apprenait-lentement-un-entretien-avec-Robert-Charles-Wilson

  • La route – Cormac Mc Carthy

    the-road-cormac-mccarthy1.jpg

    L’apocalypse a eu lieu. D’elle, on ne saura pas grand-chose jusqu’à la fin du livre. Juste le sentiment de quelque chose de terrible, de violent, d’énorme et de radical qui a emporté tout sur son passage. Le monde tel que nous le connaissons n’est plus. Et c’est seulement ce qui compte. En quelques pages, on a compris. Voilà ce qui reste de ce à quoi nous sommes tant attachés : des cendres. 

    Rarement livre a porté si loin un univers aussi sombre et triste, une immense désolation, une ambiance post apocalyptique qui hante le lecteur même une fois les pages fermées. Le ciel est livré pour l’éternité à la grisaille alors que la saison ressemble aux prémisses d’un impitoyable hiver nucléaire. Pluie, neige, cendres et aux alentours, des forêts qui brûlent, des arbres qui chutent, des infrastructures qui ne sont plus, des campagnes abandonnées, des villes détruites, vides, fantômatiques, en totale déliquescence. 

    Putréfaction des choses, des objets, des corps, de l’univers entier qui tombe en lambeaux. Cette ambiance est pesante, angoissante, irriguée d’une tension permanente, de peurs protéïformes. Cette prégnante atmosphère de fin du monde est une réussite. Les règles ont changé et le monde n’est plus que menace et survie. Les hommes ? Des ombres qui rôdent, des bêtes qui traquent, des silhouettes qui font peur. Il n’en reste plus tant que ça et ils sont livrés à la violence, à la barbarie, à des instincts bas et indicibles. L’humanité est morte, l’animal social aussi. Ces êtres que l’on rencontre sur la route n’en sont plus. Prédateurs ou proies, quelque chose de l’idée que nous nous faisons de l’espèce semble être parti en fumée. 

    Peut-être est-ce ce quelque chose que les héros anonymes du livre appellent le feu. L’homme et le petit que nous suivons semblent les derniers vestiges de la dignité humaine. Dans un road trip (à pied et avec un caddie) désespéré vers le sud et la côte, ils luttent pour préserver quelque chose qui semble handicapant et voué à disparaître en ces temps obscurs. Ils ne veulent pas sombrer dans la bestialité. S’adapter, survivre, d’accord mais en conservant une certaine éthique, une idée de ce que l’homme doit être, mais qu’il n’est plus. Ils ne tiennent que par cette idée, être les gentils comme dit le petit, malgré la fin du monde, malgré le danger, pour mémoire, pour ne pas sombrer comme les autres, pour que quelque chose en reste, de ce monde qui n'est plus. 

    Il y a quelque chose de profondément tragique dans leur cheminement, l’espoir vain chevillé aux entrailles, les principes soumis à rude épreuve à chaque instant par un univers d’une extrême hostilité. L’homme et le petit ne peuvent pas rester sur place, trop dangereux, alors ils marchent. La route est leur destin et une sorte de fin en soi, un exil hors du temps et du monde, dans la lutte pour vivre et résister. Un chemin dangereux sur lequel rôdeurs, vandales, menacent, alors que la faim, le froid, la maladie les gangrènent. C’est d’une noirceur, d’une violence, d’un désespoir qui sont concentrés dans des scènes mémorables, des situations critiques qui ébranlent chaque fois un peu plus l’homme, le petit et le lecteur. Certains passages sont gravés dans le dur de notre mémoire avec une force visuelle et une charge émotionnelle intenses. 

    Pour le reste Cormac Mc Carthy laisse les émotions et les questions heurter brutalement le lecteur à travers des dialogues qui disent tout en peu de mots. L’essentiel est peut-être dans ces échanges ténus mais tellement denses et profonds entre l’homme et son fils. Ces phrases qui portent tout, disent ce qu’il faut faire, ce qu’il faut combattre, ce qu’il faut espérer, ce qui est mort, ce qui survit, ce qu’il reste et bien plus encore (le passé, leur futur, la mort, le bien, le mal, etc. L’homme ne tient que pour son fils, combien de temps ? Le petit ne tient que par la conviction inébranlable de ce qui est juste, une idée, un pressentiment niché au fond de son cœur et de son cerveau par ce même père. Parce qu’il en faut encore des hommes et des valeurs, même après l’apocalypse. Il y a toujours de la vie qui reste même après que le diable soit passé. Tierno Monénembo, in l’aîné des orphelins. 

    La route est un roman, juste, froid, dur et en même temps touchant dans cette relation exceptionnelle entre le père et le fils dans une situation hors normes. C’est un grand roman catastrophe dont l’ambiance est unique et, à la fois un roman d’apprentissage qui se penche sur ce qu’être un homme veut dire. L’écriture de Cormac Mc Carthy est sèche, tendue et acérée, au plus près de la chute du genre humain, sans pathos, sans grandiloquence. Quand un livre est aussi marquant à la lecture et qu’à la fin, des images, des mots, des situations vous hantent encore, un seul mot : chef d’œuvre.