Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Irlandaise - Page 3

  • La rivière de l'exil - Colum Mc Cann

    2714436528_08_LZZZZZZZ.jpgIl est rare dans un recueil de nouvelles que quasiment toutes emportent l'adhésion du lecteur, tel est pourtant le cas ici. Ces nouvelles tournent toutes autour de l'exil, de l'éloignement de soi, de sa terre, de ses proches. Ces histoires d'irlandais à l'étranger ou d'étrangers en irlande ont quelque chose de fort. C'est un parfum de nostalgie, de tristesse, de désarroi qui est entêtant jusqu'à nous enivrer. On est très vite atteint au coeur par les histoires. Tout est dans les voix des personnages, l'auteur se glisse en eux pour secouer la matière des êtres brisés, des perdus, des losers, de ceux qui ont dupartir, s'éloigner. Le climat de solitude du livre est très fort. Il s'empare du lecteur qui découvre des êtres cabossés et livrés aux sentiments les plus rudes. Tout le recueil est dans cette espèce de faillite permanente des personnages. Fort et touchant.

  • Despérados - Joseph O'Connor

    desperados.jpgC’est un roman d’aventures un peu fou qui parle du Nicaragua du milieu des années quatre-vingt durant la guerre opposant les sandinistes et les contras. On y suit Franck et Eléanor Little, couple irlandais divorcé, venu reconnaître le cadavre de leur fils, rocker rebelle, cultivateur de café dans une coopérative révolutionnaire. Dans un décor pittoresque et misérable, leur vie va être bouleversée et tout va s’emballer lorsqu’ils s’apercevront que le cadavre présenté n’est pas celui de leur fils et que ce dernier est peut-être vivant. La suite est un long voyage avec les amis iconoclastes et hippies du fils, à travers ce pays pauvre, en proie à une guerre entre révolutionnaires.

    A partir de là, on ne lâche plus ce roman pullulant de péripéties, et on s’attache vite aux personnages que l’on découvre à travers les nombreux dialogues savoureux, pleins d’humour, où affleurent l’intime de ces hommes et femmes perdus dans un ailleurs un peu effrayant. Cette aventure qui laisse poindre le tragique des histoires personnelles, de la guerre du Nicaragua, sous le flot des rebondissements, est un petit joyau d’émotions et d’aventures. Joseph O'Connor sait nous parler d’amitié, de nostalgie, de pauvreté, et surtout en filigrane, d’une histoire d’amour triste, douloureusement défaite, celle de Franck et d’Eleanor qui se retrouvent pour chercher leur fils.

    Très bon.