Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Sud Africaine - Page 2

  • Un docteur irréprochable - Damon Galgut

    9782879294117.gifLe docteur Frank est un blanc perdu dans un homeland dans la vaste Afrique du sud. Il est l’un des médecins en charge d’un hôpital de campagne qui s’avère finalement peu utile au regard de la proximité d’un plus grand hôpital dans la ville voisine et de l’indifférence de la population locale. Normalement, le docteur Frank était venu remplacer le docteur Nguéma, qui devait partir rapidement pour un poste de plus grande envergure. Mais voilà des années qu’il s’englue dans la réalité ennuyeuse de cet hôpital quasiment désaffecté et de ce bourg perdu et arriéré en attendant le départ effectif de son supérieur. En fait, la mutation du docteur Frank a coïncidé avec une chute personnelle. Son mariage brisé, ses perspectives de carrière amenuisées, ses vies sociale et familiale aux abonnées absentes, il s’enferme dans une indifférence, dans un immobilisme et dans un stoïcisme que va briser le jeune Laurence. Pour un an de service social, ce jeune médecin a demandé à être muté dans ce trou perdu.

    Un docteur irréprochable n’est pas seulement le portrait formidable d’un homme abattu, brisé, qui accepte de se ranger aux marges de l’existence – loin de ce qui pouvait lui être acquis. Plus qu’une histoire de stagnation, c’est la rencontre de deux personnages que tout oppose et qui finalement se lient par la force des évènements. Le contraste est frappant entre l’idéalisme et l’activisme forcené du jeune Laurence, sa naïveté, et la personnalité du docteur Frank ainsi que celle des autres personnages du roman. Laurence est la dynamite qui va venir secouer ce petit monde englué dans une torpeur dont il s’est accommodé. Une étrange histoire d’amitié sert de porte sur la mise en scène de la faillite de deux destins emportés par l’idéalisme pour l'un et le désenchantement pour l'autre. En toile de fond de cette histoire très touchante, de ces portraits justes, Damon Galgut présente une autre Afrique du Sud. Le débat entre l’idéalisme et le caractère brutal et têtu du réel, des faits peut aussi être appliqué à la nouvelle nation issue de la fin de l’apartheid. Il est tout aussi bien question de destins individuels que de celui de cette nation dont le lourd héritage est porté par l’ensemble des personnages dans leur passé, leur aspiration, leur quotidien.

    Un docteur irréprochable est un livre qui séduit aussi par un côté brutal et direct dans les descriptions et les mises en scène de situations difficiles. Une œuvre puissante qui s’appuie sur des personnages et des destins riches, réussis, pour interpeller sur les différences – dans le contexte sud africain en particulier – et sur la difficulté à échapper au réel et au désenchantement.

    Dur, simple et beau à sa manière.

  • Michael K, sa vie, son temps - J.M. Coetzee

    michael k.jpgC’est un livre étrange, sur un personnage qui ne l'est pas moins : Michael K. C’est un homme de peu, un simple d’esprit qui décide de raccompgner sa mère malade sur ses terres d’origine. Au-delà de cette intrigue sommaire, il y a Michael K., c’est à dire une longue errance privée de sens qui semble résumer même une existence. En fait, le personnage éponyme est plongé sans le savoir dans une quête identitaire, existentielle qui s’affirme par une conquête lente et âpre du dénuement extrême. Michael K est une ode à la simplicité, à la nature, à la contemplation, à la marge d’une société technologique, scientifique, rationnelle, guerrière et raciste.

    Le livre propose comme toile de fond, une Afrique du sud sans repères chronologiques en proie à une guérilla que l’on devine menée par les noirs contre les blancs et l’apartheid. Ce contexte sert de cadre de péripéties au héros, mais aussi permet de réfléchir et de critiquer un système, une société . Il fait ressortir aussi l’originalité et la philosophie inconsciente de Michael K, tout comme le personnage de l’infirmier qui sert de miroir pour mieux voir Michael K mais aussi le contexte et l’opposition entre les deux.

    Enfin, le fait que Michael K ne se distingue pas nommément par sa couleur (jamais spécifiée) mais par son originalité, sa simplicité d’esprit, et son physique ingrat permet à l’œuvre de dépasser le cadre de l’Afrique du sud et de prétendre à un message contre toutes les intolérances.

  • Le conservateur - Nadine Gordimer

    le conservateur.jpgCe roman est une grande déception au regard des autres œuvres de cet auteur. C’est le portrait de Mehring, riche industriel de l’Afrique du Sud, repu d’une bonne conscience que n’arrivent pas à altérer son amante et son fils. Il a acheté une ferme dans laquelle il va errer durant tout le roman. Les lecteurs errent aussi. Certes il y a les paysages très bien décrits, mais à part çà ? Des faits posés ci et là pour meubler, pour rebondir, un mort, une fête. Le personnage est dans une grande solitude qui va le mener à la folie, tant il ressasse le passé. Quelques images l’obsèdent mais elles ne suscitent pas vraiment grand chose. Cette amante et son fils qui le rejettent en fait restent à la marge du livre. Même l’Afrique du sud et ses tensions raciales si chères à l’auteur en ressortent pâles, n’arrivent pas à donner chair et fièvre à ce roman. La faute à la façon dont le sujet est traité peut-être, c’est à dire à travers la lutte – pas si farouche – pour la bonne conscience de Mehring. Tout ceci est dilué, sans force, très long et on suit le néant de Mehring sans y être vraiment, en attente d’un je ne sais quoi qui ne viendra pas, frustrés.