Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Sud Africaine - Page 3

  • L'apartheid - Nelson Mandela

    9782707305497.jpgLe vingtième siècle est sombre, criblé de ces trous de l’histoire, ces périodes durant lesquelles Dieu nous a tourné le dos, la folie s’est emparée des hommes pour enfanter de l’horreur, de l’inhumain. Parmi ces béances dans la dignité de notre espèce, l’apartheid. Pendant près d’un demi-siècle, en Afrique du Sud, un régime politique a formalisé à son extrême, gravé dans le marbre, un régime de ségrégation de la pire espèce qui est devenu un des symboles de ces épreuves insoutenables que l’Afrique a du endurer depuis le début des ères de la colonisation.

    Ce livre paru aux éditions de minuit apparaît comme une bonne introduction à de futures lectures d’approfondissement sur l'apartheid. Il s’agit ici de la retranscription de la défense de Nelson Mandela, lors des deux procès qui l’ont finalement conduit à la détention à la perpétuité et ont fait de lui le symbole vivant de la résistance à l’oppression et au racisme en Afrique du Sud, puis progressivement dans le monde entier. Ces deux plaidoyers permettent de saisir le caractère juste du combat de cet homme. A travers eux percent non seulement la nature inique et insupportable du régime de l’apartheid ainsi que toutes ses dérives, ses vicissitudes mais aussi l’histoire du combat pacifique et obstiné des sud-africains pour l’égalité, la dignité, l’avenir, notamment par le biais du Congrès National Africain.

    C’est une bonne façon de débuter l’exploration de l’apartheid parce qu’il ouvre des portes sur le régime mis en place, sa genèse, sa logique, la résistance, son organisation, son fonctionnement, les hommes de l’époque, leurs valeurs, leurs combats et notamment la figure de proue : Nelson Mandela. Ces deux plaidoiries sont bien cadrées par une introduction qui installe le décor, par des notes qui peuvent aider le lecteur et par une préface – une lettre à l’épouse de Nelson Mandela, Winnie – qui nous immerge dans cette réalité par la porte de l’émotion. Après la lecture de ce livre, commence vraiment le chemin pour ceux qui veulent en savoir plus sur Nelson Mandela très âgé et au sortir d’une vie de combat et de réconciliation, sur le régime de l’apartheid – et ses exactions - tombé il y a seulement une douzaine d’années, sur les résistants, sur l’indifférence et la passivité du monde occidental mais aussi des autres, etc. 

  • Ceux de July - Nadine Gordimer

    ceux de july.jpgNadine Gordimer inverse les rôles en Afrique du sud. Les noirs prennent le pouvoir et les blancs sont obligés de se cacher ou de fuir. Les Smales, une famille blanche et bourgeoise de cette Afrique du Sud imaginaire, se réfugient dans le village de July, leur fidèle domestique, en attendant que les choses se calment ou reviennent à la normale. Commence alors pour eux, un apprentissage difficile de la différence, de la pauvreté, de la dépendance, de la peur et de la soumission.

    Que signifient leurs idées progressistes devant cette réalité amère, loin de leur luxueux passé ? Il n'est plus suffisant de se rassurer en se disant qu'on a bien traité July. Il n'y a plus vraiment de place pour la condescendance et il faut redéfinir les liens établis avec July mais plus généralement avec les noirs. Comment se conduire désormais face à ce servant - et les autres - qui est leur bouée de sauvetage et qui les tient en son pouvoir ? Comment rester eux-mêmes quand leur monde est renversé ? Comment accepter de changer ?

    Nadine Gordimer n'est pas tendre avec ses personnages et avec l'Afrique du Sud. Elle les déshabille progressivement jusqu’à la nudité totale. Et ce n'est pas forcément beau à voir...Les Smales ne peuvent plus échapper à une lucidité difficilement supportable sur leur passé, l’apartheid, leurs idées progressistes, leurs relations avec leur domestique, ou avec les autres noirs. Plus de mauvaise foi, de bonne conscience ou de facilité. Nadine Gordimer explore avec une intelligence rare l’ambiguïté des rapports entre les noirs, les blancs, le riche et le pauvre, le domestique et le maître. Le livre est d’une puissance toute en subtilité. L'atmosphère est oppressante. On ressent la tension de cette situation au final désespérant. Une telle maîtrise était nécessaire pour une fois de plus fouiller par ce postulat artificiel, l’Afrique du sud et ses démons.

    Excellent.