Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Théâtre - Page 4

  • Le respect des morts - Amadou Koné

    Primée au concours Théâtral Inter africain, Le respect des morts est une pièce brève qui met en scène un petit village bouleversé par la mise en place d'un barrage dans la région par les autorités. Il faut déménager, mais alors et les ancêtres, leur terre ? Le chef du village - en accord avec les notables - est contre le projet alors que son propre fils est pour, conscient des bienfaits du barrage, ignorant des malédictions des ancêtres, des coutumes ? Toujours est-il que le sorcier du village réclame le sacrifice d'un petit enfant au nom des ancêtres pour que s'effondre le barrage. Mais peut-on en venir à bout de la marche inéluctable de la modernité et de ses bienfaits et ses méfaits ? Quel est le prix à payer pour avancer dans la modernité ? Prix collectif, prix individuel ? Eternel débat dans lequel l'Afrique se perd encore et qui est plutôt bien mis en scène dans cette pièce, même si tout ça est vraiment, vraiment très rapide.

  • La mort de Chaka - Seydou Badian

    book_cover_la_mort_de_chaka_226_250_400.jpgLa mort de Chaka est une pièce de théâtre qui met en scène la fin du légendaire despote et conquérant Zulu. Les généraux de Chaka n’en peuvent plus de la soif expansionniste et sanguinaire de leur chef. S’ils craignent d’être massacrés en s’opposant aux désirs de leur chef, ils ne sont pas assez téméraires pour aller jusqu’au bout de leurs idées et mener le complot jusqu’à son terme, c'est-à-dire l’exécution de Chaka. Ayant eu vent de la défection de ces généraux qui n’ont plus soif de victoires, Chaka est freiné dans son désir de les mettre à mort par un de ses fidèles lieutenants. La conséquence directe sera sa mort. Peu importe, à la fin, il aura remporté sa dernière grande bataille qui avait poussé justement les généraux à bout. Et surtout, avant de mourir, il annonce l’arrivée de l’homme blanc et de toutes les misères pour ceux qui l’ont tué.

    Cette pièce est assez brève et me laisse sur ma faim. Le contexte historique n’est pas assez mis en valeur et les personnages sont assez peu recherchés, la situation est simple et assez peu fouillée. Les thèmes ne sont pas particulièrement développés, de la trahison e politique, jusqu’à la satiété de l’ambition, la mort de Chaka ne semble valoir que pour ses derniers instants et la prophétie de Chaka. Bof.

     

  • Huis clos - Jean Paul Sartre

    huis clos.jpgTrois personnages enfermés dans un salon second empire, un homme, deux femmes. Garcin, Inès, Estelle. Morts, ils sont en enfer. Inventivité cruelle, le châtiment est la promiscuité avec autrui. Sartre joue avec économie et brièveté autour de cette idée géniale.

    Cette pièce est puissante de thèmes inépuisables, le désir triangulaire et mimétique, le miroir et le regard, le public et le privé. Sartre crée un enfer original avec quelques traits de génie comme l’absence de repos et de battements de paupières, l’écoulement différent du temps, les visions de l’au-delà.

    L'enfer c'est les autres ?

    Puissant.