Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Anglaise - Page 10

  • Mrs Dalloway - Virginia Woolf

    mrs dalloway.jpgUne petite révolution dans la littérature. Pourtant rien de bouleversant dans le contenu de prime abord. Le livre raconte la journée de Mrs Dalloway qui file vers la réception qu’elle organise. Alors pourquoi a t-on peur de Virginia Woolf ? Parce que la forme est unique. Un mode de narration inédit, intéressant, mais très difficile à décrire et à appréhender. C’est un flux sensible de pensées et de sensations qui passe de manière ininterrompue, fluide, d’une conscience à une autre. On avance ainsi dans un magma de personnages qui dégagent leurs pensées, leurs visions, leurs impressions du monde, des autres, dans une ambiance poétique, aigre-douce. Le lecteur est au cœur des pensées, des réflexions, des envies, des doutes ou des souvenirs des personnages que croise Mrs Dalloway. Le livre traite donc ainsi de l’âge, de la société, de la modernité, de la guerre, de la mort, de la folie, et expose les mois  avec finesse, nuance grâce à une langue sensible. Et puis, il y a ce portrait de femme, Mrs Dalloway. A lire.

  • L’enfant volé - Ian Mc Ewan

    enfant volé.jpgLa vie de Stephen, auteur à succès de livres pour la jeunesse, bascule le jour où Kate sa petite fille est enlevée au supermarché. C’est le premier pas de la chute pour cet auteur d’ouvrages à succès pour la jeunesse. Cet évènement va briser le couple harmonieux qu’il forme avec Julie. Il va le plonger dans une longue catatonie, apathique, incapable de trouver goût et sens à ses activités, à son existence, s’enfonçant progressivement dans l’alcoolisme et l’abandon de soi, le désoeuvrement.

    Ian Mc Ewan décrit sans pathos, avec justesse et précision la fêlure des êtres. Il montre comment le chagrin, la douleur, les regrets, les remords viennent tourmenter Stephen, comment le couple est mis à l’épreuve par cette catastrophe. Il détaille avec minutie la faillite intérieure de son personnage principal et tisse une histoire touchante et difficile sur le deuil, le pardon et la résilience. Il expose la fragilité des vies et des relations que nous construisons, qui peuvent basculer à tout instant d’un côté comme de l’autre.

    L’enfant volé est un roman avec des variations sur l’enfance ou l’innocence perdue. Le drame que vit Stephen est une porte ouverte vers sa propre enfance et l’histoire de ses parents. Son drame personnel le pousse à réexplorer son enfance, son histoire personnelle et à déchirer définitivement le rideau des prémisses de son existence. L’histoire de son ami et ancien éditeur, Charles, un politicien brillant dont les clés  de vie sont contenues dans son enfance, vient compléter ce tableau. Il est néanmoins dommage que quelques longueurs et une fin un peu facile, assez fleur bleue et convenue, viennent amoindrir la force d’une œuvre remarquable par la finesse de l’analyse psychologique et la densité des personnages.

  • Les enfants d'Icare - Arthur C. Clarke

    Enfants_d_icare.jpgUne deception dans mon periple à travers la science-fiction. A l'instar de Demain les chiens de Clifford D. Simak, ce livre est souvent cité dans les palmarès ou les panthéons des lecteurs. Pour quelle raison ? Mystère. Pour ma part, je me serais bien passé de sa lecture.  Le livre démarre pourtant bien avec l'irruption des extra-terrestres à bord de leurs vaisseaux gigantesques placés au-dessus des métropoles les plus importantes de la planète - independance day s'en est donc inspiré. Que veulent ces mystérieux bienfaiteurs qui apportent paix, bonheur, prospérité mais refusent de se montrer ? A partir de là, on dérape et le livre tombe dans les pires écueils de la science-fiction. On fonctionne simplement au suspens et aux coups de theatre, pure mécanique de distraction qui lasse rapidement surtout que les surprises sont à vrai dire grotesques, tout comme les explications aux multiples mystères. L'apparence des extra-terrestres et la fin encensés par les lecteurs sont d'un pathétique et relèvent même de l'effet de manche sans intérêt. Mauvais.