Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

adolescence - Page 5

  • Bonjour tristesse - Françoise Sagan

    bonjour%20tristesse.jpgJe me suis enfin décidé à lire bonjour tristesse après moult tergiversations et je comprends désormais le succès jamais démenti de ce livre. Il y a quelque chose de frais, de jeune dans la façon dont l'auteur écrit, quelque chose qui nous dit immédiatement l'adolescence, la vitalité, la légèreté. Surtout, il y a le charmant petit monstre derrière le livre et dans le personnage principal - selon la formule consacrée de François Mauriac.

    Cécile, la jeune héroïne restitue parfaitement cette période de l'adolescence pleine de doutes, ce moment où l'on prend conscience de soi, de la vie. Sauf qu'elle y ajoute encore plus d'évanescence, d'égoïsme et une cruauté presqu'involontaire due au fait qu'elle voit menacé d'effondrement, un univers qui lui apparait comme sa seule bouée de sauvetage dans cette période folle de l'existence. En effet, elle vit avec son père une relation fusionnelle et festive que vient modifier une dame qu'elle admire par ailleurs. Cette amie de la famille représente un modèle de personnalité bourgeoise de cette époque que Cécile veut exploser par peur. Elle veut échapper à toute contrainte et mener une vie insouciante, folle, légère - propre à rendre fous les personnages de François Mauriac...Toute cette rage de vivre, de se libérer va culminer dans un évènement tragique, laissant derrière elle, des volutes de mélancolie, de nostalgie.

    Le temps qui passe, la tempête qui s'éteint dans le cœur, l'âge adulte qui pointe. Françoise Sagan dynamite les mœurs dominantes de son époque - années cinquante - et sa morale bourgeoise du labeur, de la vie tranquille et maritale, de l'éducation sévère et tout un toutim déjà en sursis avec dans son horizon proche, le cataclysme de mai 68. Le souffle de l'auteur et de son personnage apportent aussi un peu du vent, de l'ambiance et du décor estivaux pour parachever un ouvrage sympathique.

    Facile et plaisant.

  • Auprès de moi toujours - Kazuo Ishiguro

    auprès de moi toujours.jpgA la pension Hailsham, des enfants sont élevés en autarcie dans un étrange système éducatif qui va faire d’eux des années plus tard, des donneurs et des accompagnateurs. De quoi il s’agit exactement, Kazuo Ishiguro ne le précise pas au début même si le lecteur peut avoir rapidement de justes présomptions. Kathy H., la narratrice est une de ces jeunes pensionnaires. Elle raconte lentement, par petites touches, ses souvenirs d’enfance et d’adolescence avec Ruth et Tommy à Hailsham. Ce sont des moments de vie qui forment un roman d’apprentissage original en raison du contexte. Kathy en apprend un tout petit peu chaque jour sur ses amis, sur son existence, sur Hailsham et sur son destin.

    Il y a une grande mélancolie qui se dégage des histoires qu’elle raconte, une atmosphère de paradis perdu avant la mort de l’innocence et la brutalité du réel qui interviennent après. Quelque chose de fort, de beau et d’intense se dégage progressivement des personnages, du livre et des histoires de Kathy. Il y est question d’amour, de jalousie, d’amitié, de liens, d’ambitions, de recherche de soi, de fuites en avant, de pertes, de manière très sensible et très juste. Kathy, Ruth, Tommy se blessent, se cherchent, se rapprochent, s’éloignent, s’aiment, changent, apprennent et essaient de comprendre ce qu’ils sont et ce qu’ils ont vécu. Ils sont vivants dans l’esprit du lecteur. Tout cela est d’une humanité touchante et profonde, tout en sensibilité et en finesse. Seulement voilà, est ce que Kathy et ses amis sont vraiment humains ?

    Plus le lecteur apprend et comprend l’entreprise qu’a été Hailsham, un îlot d’expérimentation pour une autre approche des clones à visée thérapeutique, plus les souvenirs de Kathy s’éclairent sous un jour nouveau et acquièrent plus de force et de valeur. En filigrane de ces expériences de vie, de construction de soi qui vont s’écraser sur un destin tout écrit, Kazuo Ishiguro pose des questions sur ce qu’être humain signifie, sur l’accumulation de nos expériences qui font de nous ce que nous sommes, sur les possibilités offertes par le clonage. Il faut accepter l'extrême lenteur du livre qui se déploie à son rythme, mais aussi l’écriture de Kazuo Ishiguro qui est dans la nuance, la subtilité, le non dit, l’invisible. Et alors on peut apprécier à sa juste valeur Auprès de moi toujours qui est un roman empreint d’une profonde mélancolie, d’une beauté éthérée et d’une intelligence raffinée.