Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

adultère - Page 3

  • Un cœur de trop - Brina Svit

    svit.jpgUn coeur de trop est-il une simple histoire d’adultère comme les autres ainsi que le pourrait laisser deviner le titre ? Non. Un cœur de trop est un récit un peu plus fort qu'une banale bluette ou une autofiction fadasse à l'eau de rose, loin des platitudes incolores germanopratines.

    Lorsque le père de Lila Server meurt, il lui lègue une maison près du lac de Bled en Slovénie, son pays d'origine et un manuscrit: un coeur de trop. Alors qu'elle n'est censée effectuer qu'un bref voyage de funérailles, Lila va rester plus longtemps que prévu en Slovénie car s’y cache une histoire plus forte qui va l’attirer de nouveau vers son pays, vers son passé. Dans le legs de son père se trouve effectivement une vérité difficile mais en même temps un souffle de vie plus fort. Elle redécouvre son père et réveille en elle l'élan de la passion qui avec énergie et force l'éloigne de la vie parisienne rangée qui l'attend auprès de Pierre son mari et de ses enfants.

    Avec intelligence, Brina Svit établit un parallèle entre l'histoire du manuscrit du père de Lila et la vie de cette dernière. Elle évoque le mystère des aventures, le désir de vivre, de ressentir l’inconnu, à travers un récit plein d’allant, de rythme et de complicité avec le lecteur. Elle parle d'amour et d'amitié en creusant l'histoire entre Lila et son mari Pierre, qu'elle a arraché à une de ses amies vingt ans plus tôt.

    Un coeur de trop est également un récit sur le rapport à l’exil, à la double culture et au recul qui en résulte. Lila Server s'est détachée d'une culture qu'elle retrouve finalement dans des circonstances particulières. Partir, rester, à quoi s'accrocher, renouer, recommencer. Le questionnement sur sa relation à son pays, la Slovénie, est présent. Le style vivant, direct, ne cesse d’interpeller le lecteur. Un coeur de trop est une lecture simple et rythmée qui tire son épingle du jeu grâce à un certain exotisme et à la profondeur du personnage principal, sans oublier qu'un dénouement surprenant lui confère un intérêt supplémentaire.

     

  • Sa femme - Emmanuelle Bernheim

    sa femme.jpgCe livre a obtenu le prix médicis en 93, cela me laisse sceptique. Qu'est ce qui a bien pu convaincre le jury au point de délaisser une sélection que j'imagine forcément riche de meilleurs livres ? Sa femme est une histoire d'amour déguisée en histoire d'aldutère - ou vice versa ou les deux à la fois, peu importe - qui mise beaucoup sur son dénouement pour épater le lecteur et prendre une autre dimension.

    Le livre est en fait le portrait d'un type de femme symbolisé par le personnage principal, Claire. Le genre de femmes peu satisfaites de situations de couples ordinaires, qui recherchent autre chose et qui peut-être se leurrent sur leurs propres sentiments. Je n'en dirais pas plus, mais l'histoire est étirée - longueurs, longueurs alors que le livre est si mince...- en attendant cette fin qui révèle vraiment Claire. Détails, détails, on s'y baigne sans passion, accrochés par la facilité des chapitres courts - heureusement - et la simplicité de la lecture, de l'écriture d'Emmanuel Bernheim.

    Tout ceci est banal, un peu artificiel et parfois peu crédible tout bonnement. Si on arrive au bout par exemple, on ne peut que se demander entre autres pourquoi Claire ne demande pas à Thomas, la raison de son mensonge ? Ce n'est quand même pas un détail! Ennuyeux, décevant et quelconque.

  • Pollen - Oscar Van Den Boogaard

    pollen.jpgJulie est une sorte de Madame Bovary moderne perdue dans l'arrière pays flamand en Belgique. Elle s'ennuie du rêve de simplicité et de ruralité de son mari Maurice plus âgé qu'elle. Les joies de la maternité, de la femme au foyer ou des gens de la campagne ne suffisent pas à la combler. Elle a envie d'un plus qu'elle va essayer de trouver dans l'adultère auprès du voisin, le vieux paysan Omer, puis moyennant finances auprès d'une jeune créature lors d'un voyage au Brésil. Inutile de préciser que tout ceci se révèle vain contre le sentiment qui la gangrène.

    Au début, l'écriture et la structure narrative assez mystérieuses intriguent. Elles essaient de dire  sans dévoiler, de livrer en évitant. Et puis progressivement, on se lasse, on s'ennuie de cette histoire somme toute banale, de ces trous dans l'histoire que nous sommes censés remplir nous-mêmes. On en attend plus des personnages sans que cela ne vienne jamais. Au mieux, il y a quelques petites touches par ci par là, juste de quoi être encore plus frustré. Très décevant.