Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amitié - Page 4

  • A la vitesse de la lumière – Javier Cercas

    A-la-vitesse-de-la-lumiere.jpgApprenti écrivain, le narrateur espagnol d’A la vitesse de la lumière a l’opportunité d’aller aux Etats-Unis en tant qu’assistant au département de littérature espagnole de la petite ville d’Urbana. C’est à cette occasion qu’il fait la connaissance de Rodney Falk, un ancien de la guerre du Vietnam à la personnalité trouble qui partage son bureau et devient son ami.

    Le livre de Javier Cercas débute sur un rythme assez lent qui sera le sien pendant plus de la moitié du livre. C’est d’abord le récit de la naissance d’une histoire d’amitié. Le narrateur est assez rapidement fasciné par l’aura mystérieuse de Rodney Falk. Leur amitié est progressivement scellée autour de la littérature, des livres, de l’ambition d’écrivain du narrateur. Il est aisé de se laisser porter par cette première partie du livre alors que Javier Cercas pose les bases d’une histoire fascinante qui prend vraiment corps lorsque Rodney disparaît.

    A ce moment là, le Vietnam entre en scène et noyaute l'ouvrage jusqu’à la fin. Et c’est sans doute le meilleur du livre. Rodney Falk a été transformé puis broyé par cette guerre. Ce qu’il y a vécu, ce qu’il y a fait, c’est le mystère après lequel court le narrateur espagnol pour comprendre son ami. Il lui faudra plus que la confession du père de Rodney, plus que les lettres du Vietnam de Rodney que ce dernier lui confie, plus que la confession même de Rodney pour y arriver. Le thème de la guerre n’est pas seulement traité du point de vue de l’horreur mais de la culpabilité, d’une certaine impossibilité de la résilience.

    Lorsque le narrateur saisit entièrement ce qu’a vécu Rodney, ce qu’il a été, c’est lorsqu’il est lui-même victime d’une tragédie personnelle. Le thème de la culpabilité trouve dans l’histoire du narrateur un écho singulier. C’est la partie la moins convaincante du roman. Le narrateur espagnol raconte comment un succès foudroyant finit par s’abattre sur lui et son œuvre, bouleversant son existence et sa personne. Javier Cercas s’embarque à ce moment là sur une réflexion sur le succès - notamment littéraire -, l’échec,  et leurs conséquences.

    Seulement le rythme du livre s’est accéléré et l’enchaînement des évènements qui bouleversent la vie du narrateur espagnol paraît un peu brusque. Bien que le thème du succès/échec ait été présent en filigrane dès le début du livre, cette partie sur le succès du narrateur pâtit de la force, de la complexité et de la lente montée en puissance de l’histoire de Rodney. De telle sorte que son principal intérêt reste dans le traitement du thème de la culpabilité en résonance par rapport à Rodney. C’est un peu dommage vis-à-vis de la descente aux enfers du narrateur qui pouvait mériter mieux.

    Il est tout de même intéressant de pointer donc la construction romanesque du roman qui s’appuie sur une sorte de gémellité de destin entre Rodney et le narrateur. Javier Cercas fait preuve d’une maîtrise narrative qui lui permet de faire osciller le lecteur entre ces deux destinées en mettant en évidence un jeu de similitudes, de miroirs entre leurs trajectoires, leurs histoires.

    Si quelques longueurs alourdissent la fin du récit, A la vitesse de la lumière n’en est pas moins un roman intéressant avec beaucoup de matière, qui s’efforce de traiter de la culpabilité, de la guerre, du succès, de l’échec, de l’amitié à travers deux destins fascinants.  

  • D’autres vies que la mienne – Emmanuel Carrère

    d'autres vies.jpgEn décembre 2004, un tsunami ravage le sud-est de l’Asie. Emmanuel Carrère est  au Sri Lanka à ce moment là et est  indirectement confronté à une de ses plus grandes peurs : la perte d’un enfant. Ce malheur, ce n’est pas à lui qu’il arrive mais à Delphine et Jérôme, un couple rencontré lors de ces vacances. D’autres vies que la mienne, un roman sur le deuil, la disparition d’un être cher ? Oui car Emmanuel Carrère raconte aussi la mort de Juliette, la sœur de sa femme, atteinte d’un cancer, qui survient peu de temps après son retour. Elle laisse derrière elle, un mari, Patrice, et 3 petites filles. Comment appréhender cette perte, comment survivre, que reste t-il de ceux qui sont partis ?

    Si Emmanuel Carrère part du deuil, de la mort d’une enfant et d’une femme, il dépasse ces sujets en racontant des vies, des histoires, avec tout ce qu’elles ont de banal, mais aussi d’extraordinaire. Il nous parle d’amitié en racontant celle de Juliette avec son collègue et mentor, le juge Etienne. Deux vies marquées par le handicap et le cancer qui ont une place conséquente dans le livre. Deux existences professionnelles tournées vers un combat judiciaire en faveur des personnes victimes de surendettement et des sociétés de crédit facile. Il nous parle aussi d’amour, celui de Jérôme pour Delphine, celui de Patrice pour Juliette. C’est fort, intense sans sombrer dans le pathos ou dans le simple témoignage.

    Ce qu’il y a de formidable dans ce livre, c’est la façon dont Emmanuel Carrère arrive à rendre les vies et les trajectoires de ces personnes. Ce ne sont pas des personnages, ils sont vivants, avec nous. C’est une prouesse de pouvoir capter avec autant d’intelligence et d’humanité, la réalité et l’essence de ces êtres. Au fil des pages, la vraie vie est là, et comme à chaque fois avec Emmanuel Carrère, on est dans le dur, au cœur des choses. S’il y a tant de profondeur dans ses portraits, dans ce qu’il raconte de ces personnes et de leurs vies, c’est parce qu’il est sans concession, qu’il déchire le voile mis sur le réel et les choses. Il a une acuité psychologique qui met à nu la trame de son existence et celle de ces vies.

    Ces vies justement, sont d’autres que la sienne, parce qu’elles se révèlent dépourvues ou libérées des démons de l’auteur. C’est peut-être ce qui a attiré Emmanuel Carrère. A la marge du livre, il est présent, se racontant en train d’écrire ce livre, mais aussi en train de vivre sa vie et de poursuivre son œuvre d’écrivain, d’essayer de guérir de ses fêlures intimes. Mais on est loin d’un roman russe. Il s’agit ici plus de mettre en rapport ces vies avec la sienne, comme des miroirs. D’autres vies que la mienne permet aussi d’apprécier la trajectoire d’Emmanuel Carrère et a une valeur singulière pour ceux qui sont familiers de son œuvre.

    D’autres vies que la mienne est un roman dur, vrai, bouleversant, dans le nu de la vie. Il témoigne des exceptionnelles qualités d’écrivain d’Emmanuel Carrère. Très bon. 

  • Tortilla Flat - John Steinbeck

    tortilla%20flatsmall.jpgA Monterrey, en Californie, durant l’entre-deux guerres, une grande histoire d’amitié, simple et touchante. Celle de Danny et de ses comparses Pilon, Pablo, Big Joe, le pirate et compagnie. Cette gentille bande de hères sans attaches mène une vie faite de vagabondages, totalement libre, rythmée par la quête perpétuelle d’un peu d’argent pour pouvoir s’offrir de quoi boire du vin et profiter un peu de la vie. Seulement quand Danny hérite par un heureux hasard de deux maisons, assez rapidement, s’organise une espèce de vie en communauté autour d’un idéal simple d’hospitalité, de convivialité, de fraternité, d’oisiveté et d’un peu de roublardise. Les aventures comico-tragiques liées à ce nouveau statut, à cette nouvelle vie, s’enchaînent, essentiellement liées aux questions matérielles. Comment avoir assez d'argent pour pouvoir se payer un festin et un peu de vin, ou passer la nuit sous un toit, etc.

    Tortilla Flat n’est pas le chef d’œuvre de John Steinbeck, mais un livre qui peut-être agréable à lire en raison des personnages attachants, de l’accumulation d’anecdotes plus ou moins drôles ou du ton moqueur et malicieux, des vrais moments de bonheur et de tristesse qui l'émaillent. La réelle valeur du livre tient pourtant dans la question que pose indirectement l’auteur à travers l’histoire de cette bande d’amis : dans quelle mesure les idéaux purs peuvent-ils résister aux questions matérielles ? Ce qui est en jeu dans Tortilla Flat, c’est une amitié indéfectible, un amour simple de la vie, des autres, un idéal de liberté et d’existence qui unissent cette bande d’iconoclastes un peu anarchistes qui doivent faire face aux instincts primaires, aux besoins vitaux de chacun, aux coups durs de toutes sortes, ainsi qu’à l'agressivité d'une société matérialiste, très éloignée d’eux, dans ses ambitions et son fonctionnement.