Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

exil - Page 9

  • La petite fille de monsieur Linh – Philippe Claudel

    linh.jpgMonsieur Linh est un réfugié asiatique. Ce vieil homme a fui son pays ravagé par la guerre pour une terre d’accueil occidentale. C’est un voyage douloureux que l’exil pour un homme qui a tragiquement perdu toute sa famille. Il ne lui reste plus que sa petite fille, un nourrisson auquel il s’accroche pour avoir la force de vivre et de supporter le dépaysement et le déracinement qui accompagne son aventure.

    Dans son livre, Philippe Claudel traite le thème de l’exil et du choc des cultures du côté des sentiments. Ce qui peut apparaître touchant par moments mais est surtout à la limite du guimauve et du sentimental la plupart du temps. L’écriture intimiste, le point de vue interne et la tonalité de la narration créent une atmosphère chargée de pathos qui est assez rapidement pénible pour qui n’est pas amateur de grands sentiments à la louche.

    A vrai dire, le livre est assez convenu sur les sujets qu’il traite et est même souvent dans le cliché. Il n’y a pas de véritable réflexion autour de ce que vit Monsieur Linh, seulement de l’émotion assez facile. La complexité de la situation de réfugié est éludée au profit de souvenirs idéalisés de Monsieur Linh, de sa culture, de sa famille et du passé. Le choc des cultures n’est pas réellement exploité ou tangible dans les situations. Philippe Claudel se contente du plus basique et du plus évident pour tous.

    Certains peuvent apprécier l’histoire d’amitié entre Monsieur Linh et cet homme qui a perdu sa femme. Mais là encore c’est très prévisible, assez facile, rapide et une fois de plus gorgé d’une sentimentalité de roman à l’eau de rose. Philippe Claudel n’échappe pas non plus à un dénouement tragique qui est couplé à une surprise qui est un des piliers du livre. Je ne la dévoile pas, mais elle peut se deviner plus ou moins rapidement. Alors le livre perd encore plus d’intérêt et devient interminable. C’est dommage quand on voit toute la peine que se donne Philippe Claudel pour son effet de manche.

    Lecture difficile pour moi. Même en été, dans un hamac, la tête vide. Je dois avoir un cœur de pierre.

  • Un amant de fortune - Nadine Gordimer

    un amant de fortune.jpgJulie est une fille blanche issue d'une famille fortunée d’Afrique du Sud. Elle vit en rébellion contre son milieu d’origine et baigne dans un environnement bohême, désirant avoir un style de vie original. Quand elle s’éprend d’Abdou, un garagiste noir et clandestin - double peine même dans l'Afrique du Sud après la fin de l'apartheid -, elle ne sait pas vraiment dans quoi elle s'embarque. En effet l'histoire devient rapidement folle lorsqu’Abdou est expulsé et que Julie décide de le suivre. Au moment où Julie prend cette décision, difficile de dire, de savoir à quel point elle est vraiment amoureuse d'Abdou. Elle semble plutôt partir sur un coup de tête, un coup de folie. Peut-être voit-elle là l'occasion dont elle a toujours rêvé de bouleverser son univers ? Et Abdou là-dedans ?

    Un amant de fortune est un roman sur le choc des cultures. Il ne s'agit pas ici uniquement de différence de couleur de peau, même si cela joue et plus particulièrement quand il s'agit d'Afrique du Sud. Tellement de choses opposent les deux personnages principaux, plus que l’argent, la couleur, il y a véritablement deux mondes entre eux: leurs cultures.  Les questions d'intégration et d’identité et leurs corollaires, l'exil, l'immigration, l'assimilation sont au coeur de l'oeuvre. Elles sont tout d’abord exploitées sous l’angle d’Abdou que nous connaissons si bien, puis, plus largement sous celui de Julie. C'est une perspective qui est rarement abordée en littérature, l'intégration, l'immigration, l'assimilation de l'homme blanc vers d'autres cultures. L’occidental semble toujours débarrassé des questions d’intégration, son monde est partout, son aisance financière semble éluder la question, l'intégration, c'est toujours pour les autres. Pas selon Nadine Gordimer. Comment Julie peut-elle vivre dans le monde d'Abdou ? Au prix de quels sacrifices ? Pourquoi veut-elle y vivre ? Et si au-delà des mondes, les êtres n'étaient seulement séparés que par leurs rêves, leurs ambitions, leurs désirs profonds ?

    Il est aussi question dans ce livre de fuite, fuite de soi, fuite vers l'ailleurs. Derrière les mots et les aventures, la quête de sens et de soi est brûlante. Nadine Gordimer se sert de cette histoire d’amour peu conventionnelle, des différences entre les personnages et leurs expériences d’émigration pour aborder des situations sociales, identitaires complexes induites par le monde moderne de la mixité. A coup de chapitres courts et tendus, elle explore sous tous les angles ces problématiques, donnant une épaisseur rare à ses personnages, complexes, contrastés, une acuité tranchante à ses réflexions. Le roman est intelligent, envoûtant et surtout très juste.

  • Un cœur de trop - Brina Svit

    svit.jpgUn coeur de trop est-il une simple histoire d’adultère comme les autres ainsi que le pourrait laisser deviner le titre ? Non. Un cœur de trop est un récit un peu plus fort qu'une banale bluette ou une autofiction fadasse à l'eau de rose, loin des platitudes incolores germanopratines.

    Lorsque le père de Lila Server meurt, il lui lègue une maison près du lac de Bled en Slovénie, son pays d'origine et un manuscrit: un coeur de trop. Alors qu'elle n'est censée effectuer qu'un bref voyage de funérailles, Lila va rester plus longtemps que prévu en Slovénie car s’y cache une histoire plus forte qui va l’attirer de nouveau vers son pays, vers son passé. Dans le legs de son père se trouve effectivement une vérité difficile mais en même temps un souffle de vie plus fort. Elle redécouvre son père et réveille en elle l'élan de la passion qui avec énergie et force l'éloigne de la vie parisienne rangée qui l'attend auprès de Pierre son mari et de ses enfants.

    Avec intelligence, Brina Svit établit un parallèle entre l'histoire du manuscrit du père de Lila et la vie de cette dernière. Elle évoque le mystère des aventures, le désir de vivre, de ressentir l’inconnu, à travers un récit plein d’allant, de rythme et de complicité avec le lecteur. Elle parle d'amour et d'amitié en creusant l'histoire entre Lila et son mari Pierre, qu'elle a arraché à une de ses amies vingt ans plus tôt.

    Un coeur de trop est également un récit sur le rapport à l’exil, à la double culture et au recul qui en résulte. Lila Server s'est détachée d'une culture qu'elle retrouve finalement dans des circonstances particulières. Partir, rester, à quoi s'accrocher, renouer, recommencer. Le questionnement sur sa relation à son pays, la Slovénie, est présent. Le style vivant, direct, ne cesse d’interpeller le lecteur. Un coeur de trop est une lecture simple et rythmée qui tire son épingle du jeu grâce à un certain exotisme et à la profondeur du personnage principal, sans oublier qu'un dénouement surprenant lui confère un intérêt supplémentaire.