Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

identité - Page 9

  • Le marquis de Bolibar - Léo Perutz

    le-marquis.jpgLe marquis de Bolibar est un des chefs d'oeuvre de Léo Perutz. C'est un de ces livres qui peut nécessiter au moins une seconde lecture afin de saisir l'habileté de l'écrivain à dérouler minutieusement une intrigue en jalonnant le chemin de nombreux éléments qui prennent sens dans le dénouement.

    Le marquis de Bolibar est une merveille de construction romanesque qui s'appuie comme souvent chez Léo Perutz sur un contexte historique solide. Pendant les guerres Napoléoniennes, une ville espagnole tenue par les Français et leurs alliés allemands, est cernée par les résistants, soutenue par les anglais. La victoire des assaillants peut-être facilitée par la révolte des habitants de la ville. Et au même moment, courent les rumeurs sur le déclenchement d'une guérilla par un certain Marquis de Bolibar à l'aide de trois signaux.

    Paru au sortir de 1914-1918, Le marquis de Bolibar est empreint d'abord d'une atmosphère de ruine, de guerre. Pourtant très vite, c'est le mystère, le fantastique qui sont progressivement distillés et c'est l'angoisse qui domine. Alors que ledit marquis est arrêté et exécuté, la mécanique est amorcée et les signaux sont lancés, les uns après les autres. La fatalité semble à l'oeuvre et la mécanique qui mène à la boucherie est implacable. Tout le talent de Léo Perutz est là. C'est comme s'il était impossible que le marquis soit arrêté et que les signaux soient déclenchés. Etape par étape, l'évènement tant attendu arrive malgré toutes les tentatives des protagonistes pour l'empêcher.

    Il y a quelque chose d'aliénant pour les personnages et pour le lecteur qui est tenu en haleine dans cette mécanique qui justifie le qualfificatif de Kafka aventureux dont Borges a affublé Léo Perutz. Comment deux régiments allemands ont-ils été anéantis par une guérilla réduite dans une petite ville d’Espagne durant les guerres napoléoniennes ?  La réponse est peut-être dans le fait que le fameux marquis de Bolibar semble pouvoir changer de visage. Mais qui est-il vraiment alors ? Le malin personnalisé ? Le dénouement est d'une force inouïe et surprenant. Les thèmes de l'identité, du démon intérieur sont une fois de plus nichés au coeur de l'oeuvre de Léo Perutz.

    Le marquis de Bolibar est un chef d'oeuvre. 

  • Le cavalier suédois - Léo Perutz

    cavalier-suedois.jpgPeut-être le roman le plus connu de Léo Perutz et qui est à recommander pour ceux qui ne connaissent pas encore cet auteur tchèque et qui ne sont pas encore sous son charme. Le cadre de l'intrigue est la Silésie au XVIIIème siècle. Christian, noble chevalier suédois naif et empreint d’illusions, est obligé de fuir l’armée pour avoir défendu d’un soufflet, l’honneur de son roi adoré devant l’outrage d’un de ses généraux. Sa cavale l’amène à rencontrer un voleur dont il bénéficie de l’entraide et qui accepte d’aller voir son oncle pour lui prendre de l’argent et des vêtements à son nom. Quelle occasion pour le voleur qui échafaude un projet fou pour échapper à sa destinée...

    Il ne faut pas en dire plus, sinon que commence un jeu de faux semblants qui fait la part belle aux thèmes les plus chers à Léo Perutz. Le questionnement sur l'identité et les apparences est implicite, omniprésent en arrière plan des aventures qui s’enchaînent, captivent le lecteur, le conduisent habilement vers un dénouement bluffant. Ainsi est lancée une machine infernale qui dévoile progressivement ses rouages. Comme toujours chez Léo Perutz, la maîtrise de la construction romanesque et la richesse de l’intrigue sont savamment couplées au suspens et à une certaine érudition historique pour le plus grand bonheur du lecteur.

    Les habitués de l'écrivain tchèque ne seront pas surpris par le caractère implacable du destin, de la fatalité qui pousse le personnage principal vers une fin imprévisible mais inéluctable, en faisant un pion pris au piège de ses désirs et de ses sentiments, de ses aventures, de ses actes qui finissent par avoir raison de lui et de son projet fou. Excellent.

  • Le cas étrange du docteur Jekyll et de Mr Hyde - R.L Stevenson

    l-etrange-cas.jpgAprès la lecture, il est aisé de comprendre pourquoi ce livre est devenu un classique incontournable de la littérature qui exerce encore une vive fascination. Le cas étrange est une merveille de science-fiction qui mêle habilement le fantastique au psychologique en pleine ère victorienne. Savant aventureux, le docteur Jekyll découvre une formule qui permet de révéler la dualité de sa personnalité et de le transformer passagèrement en Mr Hyde, un double horrible affranchi de toutes les contraintes morales de cette époque si stricte. Progressivement cette part maléfique de lui-même va phagocyter son être. Mister Hyde, c’est le monstre affreux qui sommeille en chacun de nous, l’autre que l’histoire avec toutes ses horreurs a souvent révélé. Celui qui veut échapper aux contraintes de la société. Avec un sens du non dit, de l’implicite, Stevenson fabrique une figure mythique de la littérature qu’il fait évoluer dans un univers citadin oppressant. L’horreur, le suspens sont encore plus exacerbés par le sens de l’économie d’une écriture discrète en effets. Chef d’œuvre.