Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mémoire - Page 5

  • Small World - Martin Suter

    small world.jpgLe premier livre de Martin Suter porte sur le thème de la mémoire et de l'identité et constitue une peinture critique de la haute société suisse. Martin Suter emprunte un chemin original et peu évident pour développer son intrigue et ses thèmes: la maladie d’Alzheimer.

    Conrad Lang, la soixantaine, est atteint du mal incurable. Cet homme qui a été toute sa vie au service de la puissante et riche famille Koch, dans laquelle il a également grandi au côté du fils héritier, est trahi par sa mémoire. Elle s'effiloche, s'effrite de manière imprévisible juste au moment où le bonheur semble lui tendre les bras. Des souvenirs enfouis, lointains, remontent depuis son enfance jusqu'à la surface. Et ils semblent ne pas être du goût d'Elvira Senn, la doyenne de la famille qui veille d'une main de fer à la réputation et à la prospérité des Koch.

    Martin Suter a un art consommé du suspens, digne des maîtres du polar. Le lecteur est captivé et progressivement, les mystères qui entourent la famille Koch et Conrad Lang sont dévoilés en même temps qu'évolue la maladie d'Alzheimer de ce dernier. Le livre est très bien documenté sur cette pathologie et se révèle très instructif, intéressant car détaillé et précis, sans asphyxier le lecteur, en s'intégrant bien à l'histoire dont il est un moteur. La poursuite des souvenirs de Conrad Lang est le fil conducteur qui mène vers un final retentissant. Tout au long du livre, la bienveillance d'Elvira Senn envers Conrad Lang apparaît suspecte. Quels secrets cache la puissante Famille Koch - et son impitoyable matriarche - dissimulée derrière sa vitrine dorée ?

    Le destin de Conrad Lang et celui de la famille Koch et d'Elvira Senn sont loin de ce qu'ils paraissent et offrent à Martin Suter l'occasion de réaliser un portrait sans concession de la haute société suisse et de son univers glacial, opressant et mortifère. L’auteur la démaquille habilement, lentement. "Nous en avons peut-être fini avec le passé mais lui n'en n'a pas fini avec nous" (cf.Magnolia, Paul Thomas Anderson.

    Réussi et prenant.