Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Française

  • Tristesse de la terre : une histoire de Buffalo Bill Cody – Eric Vuillard

    Tristesse de la terre.jpgBuffalo Bill. C’est le type même de noms qui appartiennent à la mémoire collective, qui évoquent vaguement un cadre historique, sans qu’on ne sache la réalité qu’ils recouvrent vraiment. En l’occurrence, s’agissant de Buffalo Bill, ce sont des images de western, de cow-Boy, d’indiens et de Grand-Ouest américain qui émergent. Assez loin du triste récit que livre Eric Vuillard : la vie de Bill Cody, ancien employé des chemins de fer, redoutable chasseur de bisons devenu célèbre surtout pour son spectacle itinérant, le Wild West Show.

    Le Wild West Show, c’est une immense machinerie digne des spectacles les plus délirants de l’ère actuelle : des figurants à la pelle, des tonnes de matériel, du son et lumière de l’époque, du storytelling et des stars. Pendant près de deux décennies à la fin du XIXème siècle, ce sont des millions de spectateurs qui viennent assister à cette grande messe qui ne raconte rien d’autre que l’extermination des indiens d’Amérique. Sur le mode fun, société du spectacle et réécriture de l’histoire… Tragique.

    C’est l’intérêt de ce bref ouvrage. Raconter le travestissement de l’histoire et l’immense toile de kitsch qui a été jetée par le Wild West Show sur le génocide des indiens et de leur culture. A travers cette histoire, Eric Vuillard critique la folklorisation des indiens et le mensonge d’une histoire écrite par les vainqueurs… et les saltimbanques. C’est le règne du faux et du carton-pâte qui progressivement prend le pas sur la réalité, « éduque » ou « informe » les masses. Le spectacle de Buffalo Bill invente les célèbres cris d’indiens que nous avons tous imités dans notre enfance en frappant nos bouches sur nos paumes ; il transforme le massacre de Wounded Knee en bataille et fait des figurants indiens, des parodies d’eux-mêmes.

    L’histoire de Buffalo Bill telle que racontée par Eric Vuillard est d’autant plus intéressante que la légende américaine est dépeinte finalement comme elle aussi victime de son propre show. Triste destin que celui de ce héros de pacotille qui est en fait passé à côté de la grande histoire pour finalement être rattrapé par celle du show-business et du spectacle. C’est un portrait qui révèle le kitsch qui s’est abattu sur un homme qui finit par être prisonnier du monde de pacotille qu’il a créé.

    Plus inspiré que Congo, sans doute parce que plus centré sur un personnage, le finalement méconnu Buffalo Bill, et sur son show, Tristesse de la terre est aussi plus juste dans le ton adopté. Le récit paraît moins chétif face à la grande histoire et le propos plus saillant quand il évoque l’agonie des indiens, la folklorisation de leur culture à travers le spectacle du Wild West Show.

    Bon petit moment de lecture.

    PS : S’inscrit dans une petite mode du récit biographique ces dernières années dans la production littéraire française (Jean Echenoz …). Facilité pour éviter de se coltiner au défi de la pure fiction ?

  • Nagasaki - Eric Faye

    nagasaki-913549.jpgNagasaki est un récit simple et linéaire. Shimura-San, un vieux garçon d’une cinquantaine d’années, un peu maniaque, englué dans un quotidien morne et triste, se rend compte que quelque chose cloche dans son petit pavillon de province dans la ville de Nagasaki. Des objets sont déplacés, de la nourriture disparaît. Rien de bien significatif mais tout de même de quoi le rendre méfiant. Et si quelqu’un s’introduisait chez lui pendant ses heures de travail ? L’installation d’une webcam dévoile un fait improbable : une femme, finalement arrêtée, a vécu pendant une année chez lui sans qu’il ne s’en rende compte.

    Inspiré d’un fait divers survenu en 2008 au Japon, ce bref récit d’Eric Faye est bâti sur une histoire assez incroyable qui ne peut qu’interpeller. Eric Faye arrive d’abord à instaurer un certain climat d’étrangeté et un suspens relatif qui nourrissent le mystère autour de la présence de l’intruse. Il se concentre ensuite sur le bouleversement ressenti par Shimura-San : comment accepter le fait d’avoir eu une intruse pendant un an à son domicile ? Comment désormais se sentir chez soi dans sa propre demeure ? Le sentiment de viol que ressent Shimura-San, son malaise, sont assez compréhensibles.

    Nagasaki n’en demeure pas moins un récit quelconque. Le décor japonais relève à peine de l’esquisse, cadre qui permet aux personnages de ne pas être complètement évanescents. Le portrait de Shimura-San, axé sur la solitude et la banalité est sans relief. Celui de son intruse, qui pourrait mettre en lumière les phénomènes d’exclusion dans la société japonaise, n’évoque le sujet que de bien loin et préfère de pseudos révélations finales sur son passé qui restent finalement exploitées.

    Un livre facile à lire, légèrement troublant, mais plutôt pauvre. Le parti pris de la grande sobriété narrative et stylistique accouche d’une œuvre qui n’arrive pas à dépasser le simple fait divers et s’avère sans impact. Grand prix du roman de l’académie française en 2010 pour ceux que ça intéresse.

    Vite lu, vite oublié.

  • L’impasse-temps – Dominique Douay

    impasse temps.jpgEt si vous pouviez figer le temps ? Si vous aviez le pouvoir d’arrêter l’horloge, de geler le monde entier, les personnes et les choses ? Si vous pouviez ensuite évoluer dans cet univers de statues et agir comme bon vous semble, que feriez-vous vraiment ? C’est en tout cas le pouvoir qui tombe sans aucune explication dans les mains de Serge Grivat, un obscur et médiocre auteur de BD de province qui est de passage à Paris. Le soir même où il se fait plaquer par sa jeune maîtresse parisienne, il découvre une sorte de briquet qui lui donne donc ce pouvoir quasi absolu. Or depuis au moins Lord Acton, nous savons que « Le pouvoir tend à corrompre et le pouvoir absolu corrompt absolument »…

    Serge commence par une phase d’exploration et d’apprentissage de son pouvoir avant de rapidement céder à ses vils et bas instincts. Et c’est peu de dire que la pente qu’il emprunte est raide. Il ne fige le temps que pour son bon plaisir, pour voler et accumuler une somme astronomique, pour profiter et abuser des filles, pour s’en donner à cœur joie dans les plus bonnes adresses de Paris, pour dégrader les biens publics ou privés dans un esprit de vengeance, etc. En bref, rapidement, Serge ne s’autorise plus aucune limite. Ce briquet est une aubaine pour un individu qui était en fait un loser et qui n’y voit là que le moyen de prendre sa revanche sur la vie.

    Mais aurions-nous vraiment fait mieux ? Qui ne plierait pas le monde à sa volonté s’il en avait la possibilité ? L’impasse-temps est un roman grinçant qui met à nu notre combat permanent contre les pulsions les plus obscures de nos personnalités. Il y a quelque chose de fascinant et de gênant à la fois à suivre Serge dans ce qui ressemble à une fuite en avant. Jusqu’où peut-il aller, peut-il s’enfoncer ? Cette allégorie du pouvoir nous captive autant qu’elle nous révulse parce que nous voyons notre face sombre révélée et c’est assez subversif. «  Les incorruptibles sont peut-être ceux que personne n’a essayé de corrompre ». C’est un gros coup de pied dans la bienséance.

    Dominique Douay arrive à entraîner le lecteur dans la roue de Serge et à ne pas le perdre en route jusqu’au bout du livre. Il ne s’essouffle pas et dépasse une exposition classique pour atteindre son rythme de croisière. Il se passe à raison d’explications sur le pouvoir du briquet et ce n’est pas si dommageable qu’il emprunte une piste peu heureuse au sujet du prix « physique » à payer par Serge pour l’utilisation du briquet. L’essentiel est en effet ailleurs, pas nécessairement dans cet épilogue qui n’est pas forcément à la hauteur – mais quel dénouement aurait vraiment pu convenir ceci-dit ?

    Le plus important, c’est que Serge découvre que la revanche que lui offre ce pouvoir est une voie sans issue. Il ne lui donne pas la reconnaissance qu’il souhaite. Au contraire, il découvre au fur et à mesure l’usure du pouvoir, la lassitude d’une débauche devenue sa normalité. Il lui faut aller plus loin, toujours plus loin et c’est glauque. Surtout, il finit par s’enfermer dans l’immobilité, comprenant que celle-ci constitue le refuge vers lequel il a toujours eu envie de courir face aux incertitudes, lorsque les changements s’enchaînent, que les épreuves surviennent… Serge, ce perdant ordinaire, réalise en fait qu’il a besoin de ce pouvoir pour échapper à la vie. Triste.

    De la bonne S.F.

    Efficace.