Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fahrenheit 451 - Page 6

  • Des milliards de tapis de cheveux – Andreas Eschbach

    Des-milliards-de-tapis-de-cheveux.jpgDes milliards de tapis de cheveux est un super page-turner qui arrive à tenir son lecteur en haleine au sujet d’un étonnant mystère qui est au centre de son intrigue. Pourquoi depuis plusieurs siècles, des hommes tissent-ils de père en fils des tapis de cheveux pour orner le palais d’un empereur dont les rumeurs annoncent la chute ? Pour le savoir, il faut aller au bout de ce roman de facture très classique qui fait néanmoins preuve d’une certaine habileté dans sa construction.

     Chacun des chapitres est une brique savamment rajoutée à l’édifice de ce mystère. D’abord pour le mettre en place puis pour le dévoiler progressivement. A chaque chapitre, un nouveau personnage est introduit : un rouage de cette planète ou de l’empire, une facette de ce monde imaginé et dessiné par Andreas Eschbach. Chaque chapitre est ainsi presqu’une petite histoire autonome qui entretient pourtant des liens avec le chapitre précédent et toute l’œuvre.

    Jolie petite mécanique de suspens dotée d’un certain sense of wonder qui fait mouche, des milliards de tapis de cheveux ne s’embarrasse pas des personnages qui passent comme des étoiles filantes. Pas la place pour de la psychologie ou pour leur donner un peu plus d’épaisseur que cela. Ils sont au service du mystère des tapis de cheveux. Pas non plus vraiment de la place pour l’écriture, on est plutôt à la recherche d’une certaine efficacité. Pour le reste on repassera. Andreas Eschbach ne fait pas non plus dans la finesse en ce qui concerne l’enchaînement de son histoire qui avance à coups de sabots pas toujours très fins et avec des ficelles parfois trop visibles.

    Au final ? Un petit clin d’œil, un peu d’humour pour conclure ce grand mystère difficile à deviner. Des milliards de tapis de cheveux n’a en fait pas grand-chose à nous dire mais c’est un ouvrage assez imaginatif, avec une idée plutôt originale et qui est assez bien ficelé pour qu’on ne voie pas passer le temps.

    Gros succès de librairie.

    Divertissant sans plus.

  • Chère Ijeawele, un manifeste pour une éducation féministe - Chimamanda Ngozi Adichie

    Chere ijeawele.jpgComment donner une éducation féministe à une petite fille ? C’est pour répondre à cette question qui lui a été posée par une de ses amies d’enfance que Chimamanda Ngozi Adichie a écrit Chère Ijeawele. En une longue lettre et quinzaine de suggestions, elle essaie donc de donner des conseils à cette amie pour y arriver. C’est donc le moyen pour elle de donner sa vision du féminisme et de s’attaquer à un combat qui lui tient à cœur et qu’elle traite avec une intelligence et une distance salutaires. Toujours avec ce mordant qui est également sa marque de fabrique.

    A l’heure des mouvements #metoo et #balanceton porc qui semblent revivifier le mouvement féministe, ce livre se montre très à propos. Il est d’une mesure, d’une justesse et d’une lucidité qui ne peuvent que pousser à s’interroger sur son propre féminisme et convaincre sur la voie à emprunter. Loin des excès qui pourraient effrayer certains, le discours de Chimamanda Ngozi Adichie n’en demeure pas moins ferme, déterminé. Il est incitatif à la pro activité en faveur du féminisme tout simplement parce qu’il y a « une certaine urgence morale (…) à nous atteler à imaginer ensemble une éducation différente pour nos enfants, pour tenter de créer un monde plus juste à l’égard des femmes et des hommes ».  Tout simplement.

    Le plus important qui doit être gardé à l’esprit et que Chimamanda Ngozi Adichie rappelle avant de dérouler ces quinze suggestions, c’est que « le féminisme est toujours affaire de contexte. Je n’ai pas de règles gravées dans le marbre ». Elle part néanmoins de deux préalables qui ne doivent pas être discutés. Premièrement : « Je compte. Je compte autant. Pas « à condition que ». Pas « tant que ». Je compte autant. Un point c’est tout. ». Deuxièmement, au sujet des femmes : « Peut-on inverser une proposition X et obtenir le même résultat ? ».

    Sans revenir en détail sur chacune des quinze suggestions, il faut en signaler la simplicité et l’évidence qui les rendent peu discutables. Ne pas se définir uniquement par le fait d’être mère, gagner sa vie, pousser le père à faire tout ce qu’il est biologiquement capable de faire, refuser le carcan des rôles de genres ou que l’égalité des sexes soit soumise à des conditions, apprendre à lire et à questionner les mots qui contiennent et diffusent les préjugés, ne pas faire  du mariage un accomplissement, ne pas se soucier de plaire, avoir un sentiment d’identité, questionner l’utilisation de la biologie pour justifier des normes sociales, ne pas faire des opprimés des saints, être éduqué à la différence, comprendre l’importance de l’apparence physique, du sexe et de l’amour.

    Ce sur quoi insiste le plus Chimamanda, c’est l’importance des normes sociales et la construction ainsi que la justification artificielles de l’inégalité des sexes. Ses exemples sont précis et font mouche. Ils mettent en évidence le chemin à parcourir. Ce qui ne se fera qu’à travers l’éducation, un combat quotidien dans l’intimité comme en public et le développement de personnalités féminines affirmées, pleinement conscientes d’elles-mêmes, de leur identité, de leurs corps et de leurs envies. C’est un message fort et universel même si Chimamanda Ngozi Adichie s’inscrit dans un contexte africain où le combat pour le féministe est sans doute encore plus urgent.

    Tout en discernement, en justesse et en pertinence. Percutant.

  • La chambre n°12 et autres nouvelles – Naguib Mahfouz

    Chambre 12.jpgCe recueil est une création composée à partir de 18 nouvelles issues de d’autres recueils de l’écrivain égyptien prix Nobel de littérature 1988. L’ensemble dégage néanmoins une certaine unité, la plupart des nouvelles sont ainsi construites autour des thèmes récurrents de la vengeance, du meurtre, de la malédiction et de la déchéance.

    Elles dégagent toutes également une certaine atmosphère qui mêle chaleur, poussière, désert, ambiance de quartiers populaires et qui est empreinte d’un certain mysticisme. Elles constituent une vision kaléidoscopique de l’Egypte de la date de parution des différents recueils, entre 1962 et 1984.

    L’ensemble est varié et met en valeur le talent de Naguib Mahfouz pour aborder une multitude de thèmes, généralement autour de la vie de la cité et des valeurs traditionnelles, tout en se renouvelant dans les nouvelles. Celles-ci sont néanmoins plutôt inégales même si plusieurs d’entre elles sortent du lot et font montre d’un art recherché de la chute.

    Certaines nouvelles marquent par leur absurde, leur mise en lumière de la vanité des choses (La mosquée du quartier, Le seigneur et le maître, Handhal et le policier, une parole mal comprise, le désert…), d’autres par leur drôlerie ou leur caractère intrigant (La lettre, la rencontre, la chambre n°12…) alors qu’un peu moins de la moitié tombent à plat (le tueur, contre X, le rêve de minuit, la peur, vague de chaleur…).

    Possible porte d’entrée sur l’œuvre de Naguib Mahfouz.

    OK.