Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Américaine

  • Un thé au Sahara – Paul Bowles

    Paul Bowles.jpgAu milieu des années quarante, trois américains, Port, Kit et Turner partent en voyage dans le nord de l’Afrique. Qui sont-ils ? On le sait vaguement au fur et à mesure qu’ils progressent vers le désert, en territoire inconnu. Port et Kit forment un couple de riches artistes désenchantés, en pleine errance psychologique, qui espère que ce voyage va les sauver d’un ennui profond et mortifère. Ils sont accompagnés par leur ami Turner qui est amoureux de Kit. Ce trio amoureux n’arrive jamais à dégager autre chose que du vide, celui de leurs existences. Finalement sans réelle épaisseur, ils ne suscitent qu’un désintérêt, si ce n’est un agacement grandissant au fil des pages. A l’instar des quelques personnages secondaires qui croisent leur chemin.

    Les pérégrinations de Port et Kit dans une Afrique du Nord au sortir de la deuxième guerre mondiale ne compensent nullement le vide des personnages. Paul Bowles les fait pourtant voyager dans des conditions difficiles et dans un milieu potentiellement hostile, mais rien n’y fait. Tout sonne creux et faux, tant ce voyage vers le Sahara est loin de l’esprit de la découverte, de l’aventure ou de la rencontre. Il est pollué par le néant et les préjugés que véhiculent les personnages. A vrai dire, Paul Bowles ne s’intéresse pas vraiment au monde que traversent ses personnages et réduit ainsi le potentiel de son livre à ces derniers et donc à peau de chagrin.

    L’ensemble reste néanmoins peut-être supportable malgré une pluie de clichés jusqu’à la dernière partie du livre et à la mort de Port. C’est là que tout se gâte irrémédiablement. La chute de Kit qui laisse son mari agonisant pour s’enfoncer dans le désert, pour devenir entre autres l’esclave sexuelle d’un bédouin, est parfaitement ridicule. Pas à tant cause de la réalité que Paul Bowles décrit que de la manière dont il le fait. Est-il encore possible de lire pareilles bêtises soixante après qu’elles aient été écrites ? La mise en scène de la folie de Kit est empreinte d’un racisme et d’un sexisme qui laissent pantois même s’ils sont plus que latents dans tout le livre... Qui peut encore accepter cette vision d’une femme, sexuellement accomplie par un exotisme de pacotille auprès d’un arabe et d’un noir, qui est dans l’acceptation – pas loin de l’exaltation…-  de la pure soumission et du viol ? Pas moi.

    Déconseillé. Mauvais, long et ennuyeux.

    PS: A voir ce que ça a donné devant la caméra de Bernardo Bertolucci…

  • Mille femmes blanches – Jim Fergus

    Fergus.jpgEn 1875, le chef cheyenne Little Wolf se rend à Washington auprès du président américain Ulysses Grant et lui fait une offre de troc bien étrange au premier abord : mille femmes blanches contre mille chevaux. Idée saugrenue ? Pas pour le chef indien qui y voit l’occasion pour son peuple de survivre et de mieux intégrer la civilisation blanche par le biais de cette future descendance métissée. Pour les américains en revanche, c’est officiellement une horreur inacceptable, du moins en façade. En réalité, c’est en secret qu’est montée une opération amenant une centaine de femmes plus ou moins volontaires à accepter l’offre de Little Wolf. Ce sont des raisons peu glorieuses qui poussent chacune d’entre elles à tenter ce saut dans le grand inconnu : femmes emprisonnées ou internées, esclaves, prostituées, sans famille, etc. Parmi elles, l’héroïne, May Dodd, dont les carnets intimes retrouvés des années plus tard racontent la grande aventure.

    Jim Fergus a une idée de génie en inventant totalement cette improbable histoire et cette incroyable tractation à partir de la simple visite historique du chef Little Wolf à Ulysses Grant. C’est un artifice brillant qui lui permet de traiter de la question indienne aux USA. Il dénonce le massacre et l’expropriation des populations indiennes sur lesquels se sont fondés les Etats-Unis. Son livre pointe la barbarie de ceux qui traitaient ces indiens de sauvages et qui se conduisaient pourtant comme tels, n’hésitant pas à user de marchés de dupes, à exploiter la naïveté ou les failles culturelles des indiens pour les perdre. Le destin de peuples déculturés, brisés, livrés à l’alcoolisme et cantonnés dans des réserves est mis en lumière. Tout comme l’incompréhension fondamentale entre deux cultures si opposées, même lorsque des efforts sont entrepris. C’est la force principale de ce récit d’aventures qui développe le point de vue original de May Dodd, cette femme occidentale de la haute société de la fin du XIXème siècle qui a essayé de comprendre et d’aimer les indiens.

    Mille femmes blanches déploie une grande énergie, de l’imagination, multiplie les péripéties, s’offre un cadre naturel grandiose mais ne convainc pas entièrement. Si son sujet est fort et parfois émouvant, il y a d'autres fictions qui appréhendent encore mieux la question des indiens d'Amérique. C’est un bon page-turner  qui souffre néanmoins de quelques défauts. Il y a d’abord un problème de crédibilité globale, même une fois accepté le caractère original de l’intrigue. Certaines situations, certaines réactions de personnages, certains enchaînements d’évènements sont invraisemblables et viennent ébranler un édifice qui fait pourtant montre d’une certaine habileté. Ensuite, le format des carnets intimes, plutôt approprié au début du roman, perd progressivement en pertinence au vu des péripéties développées. Enfin, May Dodd peut apparaître à travers ses écrits comme une caricature d’héroïne vertueuse qui ne lésine pas sur les bons sentiments. Jim Fergus s’est effectivement appliqué à dessiner des femmes un peu trop unidimensionnelles malgré les premières parties du livre un peu longues consacrées à leurs portraits. Plus généralement, un peu plus de finesse psychologique aurait fait du bien au livre.

     Pas essentiel mais divertissant.