Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

brun

  • Matin Brun – Franck Pavloff

     

    matin brun.jpgMatin Brun est une curiosité éditoriale et commerciale. A l’issue du second tour des présidentielles de 2002 qui voient Jean Marie Le Pen accéder au second tour des présidentielles françaises, le texte bénéficie d’un formidable bouche à oreille, de chroniques médiatiques bienveillantes et d’un prix symbolique qui font bondir les ventes alors qu’il est originellement paru en 1998. Alors 1 million de ventes plus tard ?

    Le texte est extrêmement court, à peine une dizaine de pages. Le narrateur et son ami Charlie discutent d’une mesure prise par ce qui semble être le gouvernement en place : interdiction d’avoir un chien d’une autre couleur que brune. Ils s’habituent tant bien que mal à cette mesure qui concernait les chats quelques temps auparavant. Seulement, la mécanique qui se met en place, devient rapidement perverse et le dénouement est tragique.

    De manière brève, il s’agit de parler de la montée du fascisme et de la lâcheté ordinaire qui nous pousse à accepter beaucoup de choses, et céder assez facilement sur nos libertés. C’est très simple, sans aucune spécificité narrative et franchement quelconque, voire pauvre. Pour résumer, sans acidité, ce texte peut se révéler intéressant pour de très jeunes personnes à la limite, pour le reste…

    Mystère et boule de gomme donc devant la pâmoison générale face à ce qui reste quand même un texte plus que banal.