Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chef

  • Un chemin de tables – Maylis de Kerangal

    kerangal.jpgL’enthousiasme modéré que j’ai eu pour Réparer les vivants, énorme succès de librairie, est confirmé avec ce petit livre. Il faut préciser qu’un chemin de tables fait partie de la collection Raconter la vie des éditions seuil. Lancée à l’initiative de l’intellectuel Pierre Rosanvallon, cette collection permet d’ouvrir une fenêtre sur la vie, le métier des autres. En l’occurrence, Maylis de Kerangal porte son regard sur la vie dans le milieu de la restauration et plus particulièrement via la trajectoire d’un jeune chef.

    Le cahier des charges de cette collection est parfaitement rempli avec ce chemin de tables. En bonne élève, Maylis de Kerangal restitue plutôt bien les réalités du milieu de la restauration, loin des émissions culinaires qui pullulent à la télé, loin de toute idéalisation et avec une excellente appropriation du vocabulaire, de la matière de ce milieu et du métier de chef ou de restaurateur. Ce n’est pas un métier, ni un monde faciles qu’elle raconte. Il y a quelque chose de dur et d’un peu radical dans ces vies en cuisine.

    Ceci dit, le portrait du jeune chef Mauro faite par son amie la narratrice est un peu trop tendre. C’est un restaurateur un peu trop idéal, pétri de grandes ambitions, qualités et avec un parcours un peu trop lisse d’où ne ressortent pas assez, ou alors trop faiblement, les ombres, les contrastes, les failles, les compromissions. C’est donc très bien de faire cette sorte de reportage qui essaie de rendre quelque chose d’un métier – une spécialité maintenant de Maylis de Kerangal avec Réparer les vivants, Naissance d’un pont ? – mais qu’en ressort-il au final ? Qu’en reste-t-il ?

    Pas grand-chose. Un portrait sympathique, la peinture d’une profession très rapide et vaguement sociale, une petite musique de la cuisine, mais pas beaucoup de littérature.

    Transparent.