Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cinéma

  • Mainstream – Frédéric Martel

    mainstream.jpgMainstream, c’est le récit d’un univers culturel, surtout la musique et le cinéma, dominé par les Etats-Unis depuis plusieurs décennies mais qui se retrouve challengé à la marge par l’émergence de productions culturelles des mondes périphériques (Asie du Sud-Est, Amérique latine, etc.). Frédéric Martel s’attache tout au long de ce gros pavé à démontrer comment la culture, ce soft power, est un enjeu stratégique d’importance majeur qui n’évolue pas librement mais est le fruit de politiques délibérément mises en place par des états. La production culturelle n’est ainsi pas détachée des soubresauts du monde politique et économique globalisé et se retrouve profondément liée aux évolutions de l’histoire.

    Pour étayer son propos, on ne peut pas dire que Frédéric Martel ménage ses efforts. Ce sont des pages et des pages d’entretiens menés aux quatre coins du globe et un interminable travail documentaire révélé par le catalogue de sources qui appuie son livre. 1250 entretiens sur le terrain dans 30 pays et près de 150 villes à travers le monde, c’est un travail qui ne peut que compter pour saisir les stratégies qui déterminent le poids et l’influence de l’industrie culturelle américaine dans le monde malgré son effritement latent et les contre-stratégies des puissances concurrentes (protectionnisme, censure, copie du modèle américain…). Pourtant, Mainstream est un livre qui reste globalement décevant en raison de plusieurs défauts majeurs.

    Le livre de Frédéric Martel est très descriptif et pas assez analytiques. Il n’en paraît que plus long et plus ennuyeux à la longue, étant donné son volume. En effet, l’essayiste se lance dans une accumulation de portraits d’industries culturelles qui relève au final d’un patchwork et d’une succession de chiffres qui finissent par ne pas dire l’essentiel sur ce qu’est la nature profonde de ce mainstream. On passe ainsi un peu à côté des contenus alors que c’est quelque chose de central dans cette guerre culturelle. Il est difficile de faire l’impasse sur les idéologies, les récits, les symboles, les modèles, les tendances, les esthétiques qui sont véhiculées par ce mainstream pour s’en tenir uniquement à l’aspect économique et aux flux.

    Plus grave, le livre de Frédéric Martel semble rater des évolutions cruciales qui sont en cours dans ces industries culturelles qu’il décrit. Les politiques culturelles alternatives mises en œuvre en Europe sont ainsi rapidement éludées en fin d’ouvrage. Quasiment aucune place n’est accordée à la contre-culture qui ne peut qu’essayer de trouver sa place face à ce mainstream et éventuellement l’influencer. Il n’est que peu ou pas assez question finalement de l’impact de la révolution numérique en cours. C’est pourtant un point crucial et c’est bien dommage.  Tout ceci finit par affaiblir l’intérêt du livre de Frédéric Martel qui est déclinant au fil de la lecture. Paradoxalement un peu superficiel…

    Imposant mais pas assez poussé, trop descriptif. Décevant.

  • Le cinéphile – Walker Percy

    9782869303362.jpgCe n’est pas tant que j’accorde une grande importance à ce genre de choses, mais ce livre a quand même obtenu le National Book Award en 1961 et a été inclus dans la liste des 100 meilleurs romans de langue anglaise du Time. Ce qui j’avoue me laisse un peu sceptique après lecture. Le cinéphile ne m’a pas paru être une pièce maîtresse, mais bien une œuvre quelconque, au mieux mineure. Quant aux comparaisons de la quatrième de couverture évoquant l’étranger d’Albert Camus…

    Voici donc les aventures de Binx Bolling, un jeune homme promis à mieux qu’à ses menues activités financières dans son petit cabinet dans la Nouvelle-Orléans des années 50. Il y a peut-être effectivement mieux à faire pour lui que de rêver constamment, d’aller au cinéma ou d’essayer de se taper ses secrétaires successives et toutes sortes de filles ennuyeuses. En tout cas, Binx s’interroge sur l’existence et quel sens il peut bien donner à la sienne, un peu fade, à peine pimentée par l’oscillation entre deux familles complètement différentes et la possibilité…Kate.

    Le cinéphile dispose d’un contexte favorable mais qui n’est pas vraiment exploité. Binx est quand même un jeune homme qui a été au front pendant la guerre de Corée (1950-53), mais cet élément n’a finalement qu’une présence évanescente dans le texte même si on peut déduire que le mal-être ou plutôt le laisser aller du personnage principal en est issu. C’est un peu dommage de ne pas faire de place à un conflit qui est bien moins présent dans la mémoire et la littérature que celui du Vietnam et bien entendu la deuxième guerre mondiale.

    Binx a aussi un contexte familial singulier qui reste sous-exploité. Il y a pourtant un contraste entre sa famille biologique et sa famille d’accueil. La figure de sa tante Emily et celle de sa fille Kate sont effectivement intéressantes et bien présentes dans le récit. Elles apportent quelque chose à l’ambiance mélancolique du livre et révèlent les sentiments et remous intérieurs de Binx. En revanche, il n’y a pas grand-chose de l’autre côté. Difficile de dire à quel point est inintéressante la visite que Binx fait avec sa petite secrétaire à l’autre partie de sa famille.  

    Walker Percy arrive en tout cas à restituer quelque chose de la Nouvelle-Orléans. Le cadre de l’histoire apporte un petit supplément d’âme au texte malgré des passages inintéressants comme ceux sur le carnaval. On dirait le sud chantait Nino Ferrer à propos de tou à fait autre chose. Il ne faut pourtant pas cataloguer Walker Percy à cette étiquette d’auteur du Sud. Son propos est en effet très ambitieux : la quête de sens. Son personnage principal Binx Bolling est tout simplement perdu, quoiqu’il en dise ou pense. Bien entendu, il est rêveur, analytique concernant le comportement et l’existence des personnes qu’il croise, mais  - contrairement au personnage d’Albert Camus, de mémoire – il est en attente de quelque chose. Il hésite. Avec Kate et même avec sa secrétaire, avec sa tante. Binx n’est pas complètement détaché. Ce n’est pas un cynique non plus, attention à ne pas se méprendre.

    Le problème est que là où l’étranger touchait à l’épure, le cinéphile s’embourbe dans le détail, dans le trivial, dans le balbutiement et véhicule un certain ennui. Oui, Binx s’ennuie en fait. Et nous aussi. Quant au cinéma dans l’œuvre…bof.

    Pas mal pour résumer un peu tout ça en fait: bof.