Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

clandestinité

  • Clandestin - Eliette Abecassis

    clandestin.jpgUn roman de gare sans intérêt. Un homme et une femme dans un wagon, une rencontre inespérée de deux opposés pour un instant d’amour bref et inattendu. L’homme est un clandestin dans une situation très inconfortable, il n’a pas payé le train et suite à un contrôle de billets va être arrêté à la descente du train. La femme est un énarque un peu mal dans sa peau, incertaine sur l’homme présent dans sa vie, sur l'orientation qu'elle veut donner à son existence, à son couple. Ces deux là, qui se sont déjà croisés dans le passé – ô destin capricieux! - ont besoin l’un de l’autre en ces instants.

    C’est beau, plein de bonnes intentions, de clichés mais ça ne marche pas. Ca sent l’eau de rose à des kilomètres. Tout est trop lisse, rapide, léger. La clandestinité n’est ici qu’un prétexte pour un ersatz d'histoire d'amour impossible, façon Harlequin, à peine esquissé et peu crédible. La dimension tragique de cette situation (la clandestinité), les pistes de réflexion, les possibilités qu’elle recèle, rien n’est vraiment exploité. On flotte autour du sujet, on le frôle au mieux, mais jamais on ne le traite en profondeur. C’est en fait une histoire sucrée comme une autre qui essaie de créer une certaine tension, un faux suspens et s'appuie sur un dénouement qui se veut bouleversant alors qu'il n'est que prévisible et facile. On ne peut malheureusement pas se laisser abuser par la gentillesse de ce livre.

    Les bonnes intentions ne suffisent pas à faire de bonnes oeuvres.