Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conformisme

  • La tour des fourmis – Ch’oe Inho

    tour des forumis.jpgIl y a quelque chose de très intrigant dans la tour des fourmis, quelque chose de dérangeant qui ne quitte pas forcément le lecteur après avoir refermé le roman. C’est peut-être du à l’ambiance quelque peu Kafkaïenne de l’œuvre et certainement lié à la multitude d’interprétations possibles d’une histoire qui est livrée sans clés de lecture toutes faites.

    Un jeune publiciste Coréen qui vient d’emménager dans son appartement, le découvre envahi par les fourmis, au réveil d’une soirée visiblement arrosée. Les fourmis font brusquement irruption dans sa vie pour ne plus la quitter, devenant une obsession contre laquelle il s’échine à lutter, en vain. C’est la guerre contre une multitude paraissant infinie, obstinée et disciplinée dans une stratégie d’occupation du territoire et d’épuisement des ressources sucrées. Elle est conclue dans un final saisissant qui en rajoute au caractère marquant de l’œuvre.

    La réflexion que mène Ch’oe Inho dans cette Chungpyon – sorte de nouvelle, de fiction romanesque courte coréenne -  sur l’espèce fourmi et son mode de fonctionnement révèle une symbolique extrêmement forte et multiple. Il faut certainement y voir une critique de la société coréenne  contemporaine profondément marquée par le confucianisme mais aussi par un contexte politique autoritaire depuis le conflit de 1950-53 – le livre est paru en 1963. Ch’oe Inho interroge ses lecteurs sur une vie dévouée au travail, à la collectivité et certainement privée d’individualité, contre laquelle le personnage principal se révolte.

    Sa rébellion semble tout autant orientée à l’encontre d’une société de consommation dont l’image renvoyée est vile, futile et médiocre. Les passages du livre consacrés au métier du personnage principal, à la publicité et aux objets de consommation, méritent une réelle attention – surtout ramenés à l’idéologie communiste du régime Nord Coréen. Ne pouvons-nous aspirer à mieux, à autre chose que la banalité et la pauvreté de ce que nous propose le consumérisme ? Sinon quel destin que celui de devenir des fourmis ou de céder la place à la fourmi, présentée de manière provocante comme peut-être l’espèce de l’avenir ?

    Simple en apparence, la tour des fourmis est une œuvre symbolique, sombre et acide. Critique de la société coréenne, elle ouvre la voie à plusieurs lectures qui la rendent intéressante et mystérieuse même pour ceux qui n’entendent rien au pays du matin calme.