Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

consommation

  • Manger l’autre – Ananda Devi

    Manger l'autre.jpgElle n’a pas de nom. Juste un corps obèse et en expansion. Depuis ses dix kilos à la naissance jusqu’à plus de deux cents kilos à l’adolescence. Grosse. Excessivement. A en faire fuir sa mère. A en provoquer la curiosité morbide et le déchaînement de la violence verbale de tout le monde autour d’elle. Phénomène de foire qui nourrit le cyclone des médias sociaux et qui se retrouve quasiment seul. A l’exception d’un père qui ne cesse de nourrir ce corps, d’en nier la réalité derrière d’étranges subterfuges, probablement rongé par un sentiment de culpabilité ? Quel futur pour pareille jeune fille ? Quelle perspective d’amour, d’estime de soi, d’épanouissement ?

    Ananda Devi frappe fort avec ce livre qui est une fable gênante sur notre époque. Son livre dispose de plusieurs niveaux de lecture sans pour autant se perdre dans une inutile complexité. Manger l’autre est un roman clair, limpide et direct qui attaque certaines de nos obsessions contemporaines dans la chair. Avec ce personnage hors normes, Ananda Devi parle bien sûr du corps qui est essentiel dans une société de l’apparence et du spectacle. Elle évoque évidemment la grossophobie et le malaise autour de la question du poids dans une civilisation de l’excès.

    C’est ce que symbolise son personnage principal, notre société de l’opulence, du gaspillage, de la surproduction et de la surconsommation. Le trop plein, le gavage imposé par une société néolibérale, consumériste, hors de contrôle, qui n’a plus rien à faire du bien être, de l’équilibre et de son environnement, devenue ivre de sa mécanique d’excès, d’engloutissement et de débordement. L’image est d’une justesse glaçante et perturbante. Qui peut arrêter cette boulimie dont les sociétés développées sont victimes ? Probablement pas les sociétés en voie de développement, encore sociétés du manque et qui peuvent être symboliquement représentées par la jumelle fantôme de cette héroïne qui est son double inversé, spectre anorexique qui a été dévoré pour initier cette logique de la démesure.

    Cette lecture peut être doublée d’une autre liée à l’inflation des égos et au culte du narcissisme (Christopher Lasch) qui ont trouvé une nouvelle dynamique avec l’apparition des réseaux sociaux. Le désir excessif de plaire, de se mettre en scène tout comme les comportements grégaires et la logique du lynchage sont parfaitement mis en scène par la romancière mauricienne. Cette dernière souligne les effets pervers des réseaux sociaux tout en insistant sur notre complicité et notre passivité qui nourrissent ces nouvelles divinités avides de boucs émissaires, de victimes sacrificielles.

    Une fable moderne, percutante et perturbante, servie par une langue richen charnelle, incarnée.

    Bien.

  • Fahrenheit 451 - Ray Bradbury

    f451.jpgC’est grâce à des œuvres comme celles-ci que la science-fiction a acquis ses lettres de noblesse et a démontré qu’elle n’avait rien à envier à la littérature générale. C’est avec une écriture recherchée, riche en images que Ray Bradbury dessine une puissante dystopie.

    Cette société aseptisée, envahie par les loisirs, la distraction, la futilité et la publicité est une vision terrifiante, extrême de la société de consommation et de loisir contemporaine. Ray Bradbury a perçu avec une sensibilité hors du commun, le malaise des glorieuses années de la croissance et de la société de consommation. Il a senti ce vide qui menaçait la culture classique autant que la barbarie pouvait le faire, mais d'une façon plus sournoise.

    Guy Montag, son héros, est un pompier, ce qui signifie dans le futur qu'il est chargé de brûler tous les livres afin de réduire à néant leur pouvoir de subversion sur une société trop lisse, trop plate, aseptisée, toute entière tournée vers la distraction et la recherche de l'adrénaline. Mais que devient un agent de ce pouvoir en place quand il commence à douter et en arrive à lire ? Il devient un personnage mythique qui porte cette œuvre jusqu’à une grandiose apothéose: les hommes-livres. 

    Fahrenheit 451 est le symbole d’une menace toujours présente, une épée de Damoclès toujours au-dessus de la civilisation: on peut recommencer à brûler les livres du jour au lendemain comme aux pires heures d’hier. La culture peut s'effondrer et laisser place à l'obscurité.

    Brûlant et poétique.