Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

déchets

  • Outremonde - Don DeLillo

    outre monde.jpgOutremonde est une entreprise colossale - comme l'indique entre autres le nombre de pages - qui laisse une impression étrange. On hésite réellement entre crier au génie - comme l'a fait une grande partie de la critique - ou clamer une petite déception - sentiment vers lequel je penche plus. Outremonde est clairement une oeuvre ambitieuse qui essaie de saisir, de digérer les bouleversements de la grande histoire, l’Amérique, la modernité, la technique en les incorporant dans les vies de quelques personnages.

    Ce n’est pas toujours réussi, mais Don Delillo explore avec originalité l'histoire post 39-45 à partir de quelques éléments clés: la bombe atomique soviétique ou un match historique de Base-ball par exemple. Il n'hésite pas à intégrer des personnages ayant réellement existé tels Edgar Hoover le tout puissant patron du FBI à la charnière des fifties et des sixties ou encore Lenny Bruce, humoriste à succès. Sa force est de faire de la mémoire collective une richesse pour ses personnages, et vice versa. En suivant le parcours depuis son enfance de Nick Shay le personnage principal, le lecteur est dans cette Amérique dont Don Lelillo triture les entrailles.

    Il faut reconnaître que l’écriture de Don Delillo est un formidable outil pour sa vaste entreprise. Elle est riche de fulgurances, d’épines empoisonnées, incroyablement nourrie de sens, en empoigne avec les êtres et les choses. On sent qu'on est au plus près des faits, des idées avec une sensation de profondeur, d'intelligence et de densité.  Il est juste dommage que parfois Don Delillo se laisse griser par son écriture vers des voies vides, stériles et interminables. Car c'est là le principal défaut d'Outremonde. Le lien est souvent lâche entre les histoires, vis à vis de l’Histoire et on a vraiment envie d’élaguer le texte, parfois noyés, perdus dans des errements, des bavardages et de nombreux moments vides.

    En Outremonde, il est facile de deviner un monument de littérature si quelques furieux coups de serpes sont autorisés. Car force est de reconnaître qu'une fois allé au bout du livre, malgré les longueurs, la structure narrative complexe et chronologiquement torturée est déjouée et révèle des personnages avec une épaisseur rare, des idées fortes, une atmosphère et un style uniques qui récompensent l’effort.

    Outremonde est une oeuvre atypique sur laquelle un avis définitif est difficile. A relire pour les courageux obsessionels. Ce livre mérite attention à défaut d'être un chef d'oeuvre.