Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

destin

  • Tehila – J.S. Agnon

    C_Tehila_8908.jpegJe ne connaissais pas le prix Nobel de littérature 1966, l’israélien J.S Agnon. C’est chose faite avec Tehila, un texte très court sur le testament d’une vie, le personnage éponyme à la destinée marquée du sceau de la fatalité et de la tragédie. C’est ce qu’on découvre progressivement par le biais de personnages intermédiaires et plus particulièrement lors du dénouement du livre alors même que le portrait de cette vieille femme de 104 ans fait par le narrateur est solaire et épatant.

    Tehila est un beau portrait de femme qui sent néanmoins un peu la naphtaline. C’est un texte qui est émouvant en même temps qu’il est un tout petit peu mièvre. Le destin de cette vieille femme est long à accoucher en dépit de la brièveté du texte. Il faut dire qu’il partage un peu la vedette avec les flâneries de ce narrateur, double de J.S. Agnon, dans la vieille ville de Jérusalem. A noter aussi que Tehila est un texte très empreint d’une religiosité qui lui confère un aspect parfois poétique quand il n’est pas rébarbatif.

    Le contexte historique est à peine effleuré dans le récit, or il est celui d’une Palestine encore sous mandat britannique, avant la création de l’état d’Israël et avec des tensions déjà omniprésentes avec les arabes. Le sujet principal étant plutôt les différences entre certains courants du judaïsme qui influent négativement sur la destinée de Tehila.

    Je suis passé à côté de ce texte qui ne m’a en fait pas donné envie d’aller plus loin avec J.S. Agnon.

    Plutôt insipide.

  • La chambre n°12 et autres nouvelles – Naguib Mahfouz

    Chambre 12.jpgCe recueil est une création composée à partir de 18 nouvelles issues de d’autres recueils de l’écrivain égyptien prix Nobel de littérature 1988. L’ensemble dégage néanmoins une certaine unité, la plupart des nouvelles sont ainsi construites autour des thèmes récurrents de la vengeance, du meurtre, de la malédiction et de la déchéance.

    Elles dégagent toutes également une certaine atmosphère qui mêle chaleur, poussière, désert, ambiance de quartiers populaires et qui est empreinte d’un certain mysticisme. Elles constituent une vision kaléidoscopique de l’Egypte de la date de parution des différents recueils, entre 1962 et 1984.

    L’ensemble est varié et met en valeur le talent de Naguib Mahfouz pour aborder une multitude de thèmes, généralement autour de la vie de la cité et des valeurs traditionnelles, tout en se renouvelant dans les nouvelles. Celles-ci sont néanmoins plutôt inégales même si plusieurs d’entre elles sortent du lot et font montre d’un art recherché de la chute.

    Certaines nouvelles marquent par leur absurde, leur mise en lumière de la vanité des choses (La mosquée du quartier, Le seigneur et le maître, Handhal et le policier, une parole mal comprise, le désert…), d’autres par leur drôlerie ou leur caractère intrigant (La lettre, la rencontre, la chambre n°12…) alors qu’un peu moins de la moitié tombent à plat (le tueur, contre X, le rêve de minuit, la peur, vague de chaleur…).

    Possible porte d’entrée sur l’œuvre de Naguib Mahfouz.

    OK.

  • Ravel – Jean Echenoz

    ravel.jpgRavel fait partie du « cycle des vies imaginaires », des biographies libres que Jean Echenoz a écrites entre 2006 et 2010, qui comprend également Des éclairs sur Nikola Tesla et Courir sur Emil Zatopek.

    Autant j’avais passé un agréable petit moment de lecture sans prétention avec le léger Courir, autant je suis passé à côté de ce Ravel qui m’est apparu transparent, manquant de densité et d’intérêt. La faute sans doute au parti-pris de Jean Echenoz de se concentrer uniquement sur les dix dernières années de la vie de l’illustre compositeur. La perspective d’ensemble de l’existence d’Emil Zatopek choisie pour Courir me semble plus appropriée pour permettre de saisir la destinée de ces personnages illustres qui est souvent fascinante par l’oscillation entre des périodes de grandeur et de décadence.

    Ce parti pris est d’autant plus dommageable que Jean Echenoz ne se fixe pas vraiment sur des moments-clés qui interviennent durant ces dix dernières années de la vie de Ravel. C’est la période de la tournée américaine à succès de Ravel. Celle durant laquelle il compose le Boléro, une des œuvres les plus jouées au monde depuis sa création. Celle aussi de son déclin cérébral. Tout cela est bien présent dans la petite centaine de pages du livre mais sans qu’on en garde grand-chose. Il n’y a pas de focus, pas d’accroches, rien qui marque. Comme si le livre coulait, insipide vers la mort de son sujet.

    Qu’est-ce que Jean Echenoz veut nous dire sur Ravel ? Sur son œuvre ? Le portrait d’un homme assez solitaire mais paradoxalement mondain à sa façon et souffrant d’insomnie n’est pas assez abouti. La mise en scène du génie qui perd sa tête et sa musique tombe également à plat. Le tout étant probablement noyé dans des détails, des anecdotes sans intérêt qui semblent surtout servir à meubler les pages entre les différents moments de vie empilés du compositeur.

    Reste alors l’écriture de Jean Echenoz ? Légère, dotée de sa propre petite musique, celle-ci n’arrive néanmoins pas à envoler le récit et à faire passer un certain ennui. Le souffle du romancier, qui est si bien calé sur celui du champion olympique Zatopek dans Courir, a ici du mal à faire revivre les dernières années de Ravel ou sa musique.

    Plutôt raté.