Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

drôle

  • Une parfaite journée parfaite – Martin Page

    mp.jpgLa citation du groupe Pulp en exergue de ce livre peut résumer la vie du personnage principal : « I must have died a thousand times, the next day I was still alive ». Pour être plus exact quelques instants suffisent à cet homme pour revenir à la vie alors que tout au long des pages, il s’évertue à mettre fin à ses jours, avec un magnum 357, un rasoir, un cocktail d’anxiolytiques etc. Essayer de mourir à tout prix, mais pourquoi ? Parce qu’il ne le peut sans doute, mais surtout parce qu’il semble complètement inadapté à la vie moderne et en complet décalage avec un environnement somme toute banal dans lequel chacun pourrait voir quelque chose du sien.

    Ceux qui ont déjà lu quelques livres de Martin Page, notamment Comment j’ai failli devenir stupide, reconnaîtront l’inventivité et la loufoquerie de cet écrivain singulier. C’est un univers dans lequel la bizarrerie a toute sa place et qui séduit par sa douce et mélancolique folie. Il ne faut pas s’étonner de rencontrer une marmotte géante, de découvrir des toilettes hantées directement connectées avec celles du président des Etats-Unis, de savoir qu’un grand requin blanc se promène dans le corps d’un adulte ou encore qu’un quator de mariachis mexicains apparaisse de manière irrégulière pour entonner des chansons pops de grands groupes avec un accent épouvantable. Et que dire de cette géniale analogie entre les sentiments et les insectes ?

    C’est ça le meilleur de Martin Page, un univers original qui est au service du décalage, de la mélancolie d’un personnage principal quelque part entre la douleur d’exister et l’appréciation des petits plaisirs du quotidien. C’est un jeu d’adaptation permanent, à la recherche des accommodements les plus raisonnables possibles pour s’en sortir et arriver à vivre. Personne ne le dit mieux que Martin Page lui-même dans sa postface : « c’est un roman sur le désespoir mais aussi sur les mécanismes compensatoires à mettre en œuvre pour ne pas sombrer ». Un désespoir qui suinte du livre et qui touche le lecteur sans pour autant l’enfoncer dans la déprime en raison d’une légèreté, d’une dose subtile d’humour et de petites trouvailles.

    Autant d’éléments qui s’associent à une critique subtile du monde du travail et de notre société contemporaine. Un aspect que Martin Page minore dans la postface déjà citée mais qui ne me semble pas superficiel. Si l’inadaptation du personnage principal peut se passer de ce contexte et avoir une réalité indépendante, sa résonance avec le monde moderne mérite d’être soulignée. Quelque chose d’essentiel est dit de manière subtile sur la solitude et la violence contenue du monde moderne, sur la banalité et le conformisme ambiants, sur le vide existentiel qui menace de s’ouvrir à tous moments sous nos pieds.

    Inventif, subtil, léger et mélancolique.

    Du bon Martin Page. 

  • Touriste – Julien Blanc-gras

    T9782253164517-T[1].jpgouriste ? Le narrateur l’est un peu comme près d’un milliard d’individus, à l’heure du tourisme de masse.  Un peu seulement, parce que lui est un véritable obsédé du voyage, un homme hanté par le globe terrestre qu’il a reçu en cadeau dans sa petite enfance. Résultat des courses, il souffre d’une pathologie plutôt rare, l’obsession de voyager et de voir tous les pays. Une ambition, une passion au-delà du simple dada du fan de géographie ou même de l’indéfectible nomade, qui le pousse à sans cesse partir et pas forcément dans les conditions qu’il juge idéales. Peu lui importe. De l’année Erasmus en mode étudiant fauché, aux voyages professionnels en tant que journaliste presse en passant par des expériences de tourisme extrême, tout y passe. Les pays défilent (Brésil, Tunisie, Chine, Madagascar, la Colombie, l’Angleterre, etc.), les situations hétéroclites et insolites aussi (la classique visite des monuments incontournables, l’hôtel all inclusive en solitaire, le séjour organisé par un tour opérateur local, etc.)

    Julien Blanc-Gras a écrit un livre très drôle. Les pages défilent rapidement et on ne cesse de sourire quand on n’éclate pas carrément de rire. Le comique de situation est accompagné d’un sens de la formule et d’une écriture mordante, piquante qui fait quasi systématiquement mouche. Il y a un réel plaisir, une certaine jubilation à la lecture de Touriste. Si c’est une des principales forces  de ce livre, son caractère comique ne doit pas pour autant occulter les autres qualités de Touriste. C’est un livre habilement construit, qui arrive à agripper son lecteur en dévoilant progressivement son propos, chapitre après chapitre, à coup d’anecdotes et d’aventures savoureuses, dans un mélange de genres réussi, entre comédie, carnet de voyages, autobiographie, reportage.

    Touriste est également brillant car il porte un regard et une réflexion, tous deux d’une justesse remarquable sur un phénomène significatif de notre époque. Le tourisme est partout, avec ses travers, ses dérives, avec également ses fanatiques et ses ayatollahs, avec ses richesses et ses opportunités. Si ce peut-être une activité sans intérêt, c’est aussi une possibilité d’étreindre le vaste monde. Ce que Julien Blanc-Gras essaie de nous montrer avec talent, c’est la boule multifacettes que peut-être le tourisme et que nous pouvons tous reconnaître. Avec subtilité et intelligence et une bonne dose d’humour et de distanciation, il nous raconte ces situations communes du touriste moderne parfois inconfortable dans sa confrontation à son semblable, à autrui ou à la misère, habité du désir de voir, de comprendre, de creuser, de découvrir quand il ne s’agit pas de la recherche  du simple exotisme toc, du repos, de la fuite loin de son morne quotidien, des prestations tarifées à un coût plus abordable en raison des écarts de développement, etc. Il peut y avoir du noble comme de la vulgarité dans le tourisme, souvent même les deux ensembles et toutes ces anecdotes, tous ces voyages que Julien Blanc-Gras compile, contribuent à nous montrer ces facettes du tourisme.

    Touriste est un livre très moderne, écrit par un écrivain voyageur original, très drôle et bien plus fin et pertinent qu’il pourrait paraître au premier abord.

    Recommandé.

  • L’écologie en bas de chez moi – Iegor Gran

    drôle,humour,écologie,amitiéJ’étais resté sur une bonne impression et quelques rires après la lecture d’ONG! d’Iegor Gran, il y a quelques années de cela, alors c’est avec un à priori positif que je me suis lancé dans l’écologie en bas de chez moi.

    Il a suffi d’une affiche placardée sur le tableau d’affichage de son immeuble l’invitant à regarder le documentaire de Yann-Arthus Bertrand, Home, pour faire sortir Iegor Gran de sa retenue et se lancer dans une croisade, non pas contre l’écologie, mais contre les idées reçues sur l’écologie, ses contradictions idéologiques, sa récupération politique, commerciale, sa veine apocalyptique et anti-culturelle. Souvenons-nous déjà que dans ONG, l’une des associations tournées en ridicule par leur guéguerre était une association écolo, la foulée verte…

    Iegor Gran n’y va pas de main morte dans son réquisitoire. Il démonte les idoles et les raisonnements faciles à coups de démonstrations et de notes de bas de pages qui prouvent qu’il y a du travail de recherche derrière chacun de ses arguments. Il faut lire ses passages sur le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), sa critique des ouvrages de différentes figures écologiques incontournables (Al Gore, Nicolas Hulot…), entre autres pour se convaincre d’une certaine justesse de son propos et de son regard.

    Ce livre aurait pu être pénible, lourd s’il avait été écrit par quelqu’un d’autre qu’Iegor Gran. Celui-ci arrive à articuler son argumentation autour de situations concrètes, bassement quotidiennes et d’observations simples qui allègent l’ensemble. Par ailleurs, il intègre son propos à un récit autofictionnel marqué par la rupture d’une amitié et permet au livre de ne pas être unidimensionnel. Et puis surtout, il écrit dans un style direct - avec une verve quasi-pamphlétaire - qui est réjouissant tant il ne lésine pas sur l’humour, grinçant de préférence, l’exagération, l’ironie et le cynisme. Il y a à chaque page ou note de fin de page, un amour de la punchline ravageuse qui doit être savouré.

    Moins drôle et enlevé qu’ONG, l’écologie en bas de chez moi est en fait un plaidoyer pour la culture et l’histoire de l’évolution de l’humanité, qui ne doit pas nous faire nier l’intérêt et la pertinence d’une réflexion et d’une action écologique débarrassées de certains écueils actuels.  

    Note : A mettre en relation avec 2 essais: Le fanatisme de l’Apocalypse de Pascal Bruckner ou Le nouvel ordre écologique de Luc Ferry.