Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

frontière

  • Utopies réalistes – Rutger Bregman

    Utopies réalistes.jpgCe qu’il y a de formidable avec les utopies réalistes de Rutger Bregman, c’est qu’elles viennent nous bousculer dans certaines de nos croyances que nous avons transformées en totems, confortés par leur correspondance avec l’esprit de l’époque, le bruit médiatique dominant et ce qui nous paraît être du bon sens. Nietzsche nous avait pourtant prévenus que le pire ennemi de la vérité n’était pas le mensonge mais bien la conviction. La doxa libérale a profité d’un long travail de sape commencé au cœur même des regrettées trente glorieuses et parvenu à son apogée depuis la crise déclenchée par les chocs pétroliers pour imposer durablement son emprise sur les esprits. Il est pourtant urgent de se défaire de nos à priori libéraux et des idées reçues pour essayer de construire un monde nouveau, d’autant plus que l’actuel semble nous condamner à une impasse écologique qui ne doit pas masquer une impasse sociale protéiforme aux échelons national et international.

    C’est en cela que l’essai de Rutger Bregman est rafraichissant et indispensable. Au-delà de ce qu’on peut penser de son propos et surtout de ses illustrations, il est salutaire dans la mesure où il ne se résigne pas à accepter des idées rebattues et un discours conventionnel et peu inventif. Nous sommes bien en manque d’utopies et de tentatives d’appréhender et de construire un futur positif, à même de saisir les opportunités offertes notamment par le progrès technique et la globalisation. Rutger Bregman refuse le laisser-aller et le pessimisme ambiant pour forger un volontarisme, qu’avec paresse on pourrait qualifier de gauche, qui ambitionne de transformer nos sociétés et toute la richesse qu’elles produisent en un mieux-être général. Cette ambition globalisante est la bienvenue ne serait-ce que parce qu’elle secoue le cocotier et les penseurs endormis.

    Il n’y a dans ce que Rutger Bregman propose rien de forcément nouveau ou d’éléments dont on n’a jamais entendu parler, mais il est intéressant de rassembler le tout, de le vulgariser et de l’illustrer à partir d’exemples solides et argumentés avec l’ambition d’un prosélytisme qui peut influer sur les esprits et les idées. Un autre monde est possible. Si ce n’est la semaine de quinze heures comme il l’affirme, c’est en tout cas la réduction continue du temps de travail. Si ce n’est l’ouverture totale des frontières, c’est une autre politique migratoire que celle qui voit les drames se multiplier aux quatre coins du monde pour ceux qui partent de chez eux. Si ce n’est le revenu de base universel inconditionnel, c’est la marche progressive vers un minimum qui assure au moins la dignité à chacun et qui lui permet d’envisager sereinement ses perspectives futures même en cas de coups durs. Etc.

    La naïveté dont le jeune historien néerlandais fait preuve devrait être appréciée plutôt que raillée car c’est bien l’état d’esprit qui manque à nos sociétés occidentales vieillissantes pour tenter de rendre ces utopies le plus réalistes possibles. Rutger Bregman tient d’ailleurs à sa conviction et à son ton qui lui permettent de dérouler ces idées, de les vulgariser avec beaucoup de pédagogie et de clarté pour toucher le plus grand nombre. La grande force du livre réside dans ses exemples et ses anecdotes qui permettent à ses idées d’avoir plus de poids et de s’imposer comme de vraies possibilités ou alternatives. Qu’il donne des exemples concrets, historiques, documentés ou qu’il s’appuie sur les travaux d’économistes célèbres comme Thomas Piketty ou d’autres, Rutger Bregman s’efforce d’avoir une rigueur qui n’étouffe pas le rêve qu’il porte d’une société autre, meilleure.

    Sans rien révolutionner, un livre didactique, enthousiaste, rafraîchissant, stimulant et bienvenu.

    A lire.

  • Aux frontières de l’Europe – Paolo Rumiz

    poster_178913.jpgPour écrire ce livre, Paolo Rumiz a entrepris un périple original de 33 jours sur plus de 6000 km, à travers 10 pays, en bus, en train, en auto-stop, à pied, simplement muni d’un sac à dos de 6 kilos contenant le strict minimum : de quoi se vêtir et de quoi écrire. Pourquoi alors traverser l’Europe à la verticale, depuis le cap Nord en Norvège jusqu’à Odessa en Ukraine ? Né en 1947 à Trieste, ville carrefour, à cheval entre l’occident et l’orient, aux premières loges des bouleversements géopolitiques des confins de l’Europe, Paolo Rumiz est parti à la recherche de la frontière, cette ligne d'ombre que l’on franchit avec le sentiment de l'interdit,  mais aussi à la poursuite de l’âme slave, cette chimère disséminée toujours plus à l’Est.

    C’est donc un voyage intéressant qui nous conduit dans ces terres oubliées du tourisme, aux noms exotiques disparus dans le grand chambardement géopolitique du siècle dernier, voire bien avant (Botnie, Livonie, Latgale, Polésie, Carélie, Courlande, Mazurie, Volhynie, Ruthénie, Podolie, Bucovine, Bessarabie, Dobrogée). Tous ces noms à la magie incertaine sont de formidables lieux de rencontres diverses et marquantes qui dessinent par petites touches, par micro récits du quotidien ou du passé, une autre Europe. Voici, les Samis, les  derniers pasteurs de rennes dans la péninsule de Kola, le jeune Alexandre, un orphelin au grand coeur qui rentre chez lui après 2 ans de prison, les pélerins ou les moines des  îles Solovki et encore tant d’autres.

    Il y a dans l’écriture de Paolo Rumiz beaucoup de tendresse et de mélancolie par rapport à ces endroits qu’il traverse et ces personnages qu’il rencontre. On sent qu’il a un amour profond pour cette région du monde, pour le style de vie des personnes qu’il rencontre et pour ce qu’il appelle l'âme slave. Il a envie de montrer à quel point cette âme slave est partie intégrante de l’Europe alors même que cette dernière ne cesse de prendre ses distances avec elle et de la maintenir plus ou moins à l’écart, à sa périphérie. Mais qu’est-ce que cette âme slave au juste ? Difficile à dire exactement. Et c’est peut-être là où le bât blesse avec le livre de Paolo Rumiz.

    Ce voyage à la marge de l’Europe finit par être un voyage chez des gens plus ou moins en marge. Paolo Rumiz fait-il l’éloge de la rusticité, de la simplicité, voire du dénuement – pour ne pas utiliser le terme pauvreté? Serait-ce alors ça la fameuse âme slave ? L’âme du pauvre ? Certainement pas, et j’exagère sans doute un peu mais il est clair qu’un certain dégoût de l’Europe occidentale et de son développement est présent de manière plus que diffuse dans le livre. S’il ne s’agissait seulement que de la détestation de l’Europe bureaucratique et de sa  forme institutionnelle (UE), passe encore, mais il s’agit de quelque chose de plus viscéral et qui présente le monde ouest-européen comme faux, artificiel, superficiel, chronophage, loin de la nature etc.

    Alors quoi, la solution, ce serait pour les autres parties de l’Europe de rester dans cette marge, ce dénuement que Paolo Rumiz décrit durant son périple ? Alors quoi, on ne rencontre pas de gens simples, authentiques, partageant des valeurs de partage, d’empathie en Europe occidentale, admirateurs de la nature (ok, peut-être un peu moins) ? Alors quoi la solution, c’est juste ça ; aller à l’Est, l’âme slave ? Paolo Rumiz n’est certes pas dans une totale idéalisation de cette partie du monde (un peu quand même), mais clairement la violence, le racisme latent, le myticisme inquiétant, le culte de l’argent ou de la fraude ou encore les ravages de l’alcoolisme - pour citer en vrac quelques éléments – ne sont qu’à la périphérie de son propos. Le livre n’avait pas vraiment besoin d’être accompagné de cette sourde antipathie – qui n’est pas une véritable critique – de l’Europe occidentale.

    Malgré cet aspect parfois irritant, le livre de paolo Rumiz est intéressant en nous faisant découvrir des contrées peu courues et en revenant sur l’existence de frontières dures, de leurs logiques de mur, de périphérie et d’exclusion dont l’Européen lambda peut avoir de nos jours perdu la notion, la tangibilité.