Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

infidélité

  • Intimité – Hanif Kureishi

    intimité.jpgAdapté par Patrice Chéreau au cinéma en 2001, Intimité est un roman de Hanif Kureishi qui a suscité une certaine polémique au Royaume-Uni en 1998 au moment de sa sortie. L'histoire racontée dans le livre se confondait avec la vie de l'auteur. De quoi retourne t-il alors ?

    Intimité raconte la dernière soirée d'un homme qui a décidé de quitter brutalement sa femme et ses 2 enfants le lendemain. Pourquoi ? C'est ce qu'il explique à travers un monologue intérieur sans fioritures. Il a des envies d'ailleurs, une autre vie, il désire d'autres femmes, revivre l'amour, son couple s'est délité dans le quotidien, l'ennui, une sorte d'animosité passive, de ressentiment s'est inséré entre lui et sa femme, il se sent étouffé, il a envie de retrouver Nina une de ses aventures etc. Rien de neuf ? Oui, c'est un peu ça.

    Avec Intimité, on nage en territoire ultra connu et éculé, la disparition de l'amour et les écueils du couple. Rien ne vient surprendre vraiment le lecteur. La situation que décrit le livre est banale et racontée sans réelle originalité. Il y a une désagréable impression de déjà lu. C'est même ennuyeux par moments. Hanif Kureishi introduit pourtant des personnages secondaires, deux de ses amis qui offrent des contrepoints diamétralement opposés par rapport à sa situation. Victor a divorcé et mène une vie de vieux célibataire un peu tristounette, parsemée de rencontres de courtes durées, après avoir dynamité sa famille qui lui en veut. Asif lui est un mari qui s'efforce de faire naviguer son couple dans une certaine harmonie et dans l'intérêt de ses différentes composantes. Ce n'est pas inintéressant même si ça peut sembler un peu binaire.

    Hanif Kureishi a un discours assez direct, sans concession. Il n'est pas forcément tendre avec lui-même, ni avec ses proches. Il ne voile pas le pathétique qui déborde de son fiasco conjugal. Heureusement des pépites émergent dans son discours pour révéler l'écrivain et quelques vérités bien senties: « Le soulagement sexuel est l'ultime forme de mysticisme accessible à la plupart des gens », ou «Je sais que l'amour est un sale boulot ; impossible de garder les mains propres. Quand on reste sur la réserve, il ne se passe rien d'intéressant. En même temps, il faut trouver la bonne distance entre les gens. Trop près, ils vous submergent ; trop loin, ils vous abandonnent. Comment les maintenir dans la bonne relation ?», « il est épuisant de détester quelqu'un; haïr revient à s'étouffer soi-même, interminablement », «Si le malheur vous attire, vous ne manquerez jamais d'amis », et j'en passe.

    Ma première rencontre avec Hanif Kureishi ne restera pas dans mes annales. Intimité est une œuvre assez convenue, quelconque par moments, mais qui a le bénéfice de l'intransigeance de l'auteur vis à vis de lui-même et de ses fulgurances d'écrivain.

    Très Moyen.