Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

intolérance

  • Blessés - Percival Everett

    blessés.jpgJohn Hunt est un noir qui a décidé de vivre à l’écart du monde. Il s’occupe de dresser et d’élever des chevaux dans son ranch perdu dans l’arrière pays américain froid, dur et sauvage. Pour toute compagnie humaine, il a un vieil oncle sage qui a connu la prison pour meurtre et sa voisine avec qui il essaie de construire une histoire d’amour maladroite.

    Les passages sur la vie de John, son quotidien, sont lents mais beaux, ordinaires mais dotés d’une certaine force. Percival Everett trace le portrait d’un homme qui refuse d’une certaine façon de s’impliquer trop loin dans la vie et dans les inévitables compromissions. Le portrait d’un homme brisé aussi par le chagrin avec la perte de sa femme. Chagrin présent ou à venir dans la vie de ceux qui l’accompagnent. Dans ce trio qu’ils forment –John, l’oncle Gus et la voisine Morgan – ils ont tous besoin les uns des autres en un sens, un peu secoués, un peu seuls, un peu à l’écart.

    Pas si loin pourtant, il y a une petite ville de l’Amérique profonde et raciste. Les vieux démons rodent toujours. Et lorsqu’un homicide à nature homophobe est commis, c’est un roman critique contre l’intolérance qui se dessine. Une intolérance en cachant une autre, le racisme pointe. Le drame pénètre plus profondément l’univers de John Hunt lorsque le fils d’un de ses amis d’université vient le voir pour manifester contre ce crime homophobe. L’intolérance toujours, mais au sein d’une famille, et puis aussi entre communautés. Progressivement, le ton monte, la violence aussi et les personnages brûlent de l’intérieur.

    Blessés est un roman simple et bon qui arrive à faire vivre des personnages denses, à les immiscer dans des situations banales et intenses à la fois. Percival Everett a un talent certain pour créer une atmosphère d’intimité entre ses personnages et le lecteur et une grande habileté à livrer les méandres complexes de ses personnages à partir d’évènements parfois microscopiques.

    Blessés est un livre subtil, agréable à lire.