Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

justice

  • Utopies réalistes – Rutger Bregman

    Utopies réalistes.jpgCe qu’il y a de formidable avec les utopies réalistes de Rutger Bregman, c’est qu’elles viennent nous bousculer dans certaines de nos croyances que nous avons transformées en totems, confortés par leur correspondance avec l’esprit de l’époque, le bruit médiatique dominant et ce qui nous paraît être du bon sens. Nietzsche nous avait pourtant prévenus que le pire ennemi de la vérité n’était pas le mensonge mais bien la conviction. La doxa libérale a profité d’un long travail de sape commencé au cœur même des regrettées trente glorieuses et parvenu à son apogée depuis la crise déclenchée par les chocs pétroliers pour imposer durablement son emprise sur les esprits. Il est pourtant urgent de se défaire de nos à priori libéraux et des idées reçues pour essayer de construire un monde nouveau, d’autant plus que l’actuel semble nous condamner à une impasse écologique qui ne doit pas masquer une impasse sociale protéiforme aux échelons national et international.

    C’est en cela que l’essai de Rutger Bregman est rafraichissant et indispensable. Au-delà de ce qu’on peut penser de son propos et surtout de ses illustrations, il est salutaire dans la mesure où il ne se résigne pas à accepter des idées rebattues et un discours conventionnel et peu inventif. Nous sommes bien en manque d’utopies et de tentatives d’appréhender et de construire un futur positif, à même de saisir les opportunités offertes notamment par le progrès technique et la globalisation. Rutger Bregman refuse le laisser-aller et le pessimisme ambiant pour forger un volontarisme, qu’avec paresse on pourrait qualifier de gauche, qui ambitionne de transformer nos sociétés et toute la richesse qu’elles produisent en un mieux-être général. Cette ambition globalisante est la bienvenue ne serait-ce que parce qu’elle secoue le cocotier et les penseurs endormis.

    Il n’y a dans ce que Rutger Bregman propose rien de forcément nouveau ou d’éléments dont on n’a jamais entendu parler, mais il est intéressant de rassembler le tout, de le vulgariser et de l’illustrer à partir d’exemples solides et argumentés avec l’ambition d’un prosélytisme qui peut influer sur les esprits et les idées. Un autre monde est possible. Si ce n’est la semaine de quinze heures comme il l’affirme, c’est en tout cas la réduction continue du temps de travail. Si ce n’est l’ouverture totale des frontières, c’est une autre politique migratoire que celle qui voit les drames se multiplier aux quatre coins du monde pour ceux qui partent de chez eux. Si ce n’est le revenu de base universel inconditionnel, c’est la marche progressive vers un minimum qui assure au moins la dignité à chacun et qui lui permet d’envisager sereinement ses perspectives futures même en cas de coups durs. Etc.

    La naïveté dont le jeune historien néerlandais fait preuve devrait être appréciée plutôt que raillée car c’est bien l’état d’esprit qui manque à nos sociétés occidentales vieillissantes pour tenter de rendre ces utopies le plus réalistes possibles. Rutger Bregman tient d’ailleurs à sa conviction et à son ton qui lui permettent de dérouler ces idées, de les vulgariser avec beaucoup de pédagogie et de clarté pour toucher le plus grand nombre. La grande force du livre réside dans ses exemples et ses anecdotes qui permettent à ses idées d’avoir plus de poids et de s’imposer comme de vraies possibilités ou alternatives. Qu’il donne des exemples concrets, historiques, documentés ou qu’il s’appuie sur les travaux d’économistes célèbres comme Thomas Piketty ou d’autres, Rutger Bregman s’efforce d’avoir une rigueur qui n’étouffe pas le rêve qu’il porte d’une société autre, meilleure.

    Sans rien révolutionner, un livre didactique, enthousiaste, rafraîchissant, stimulant et bienvenu.

    A lire.

  • Viol, une histoire d’amour – Joyce Carol Oates

    viol - une histoire d'amour.jpgLe 4 juillet, fête d’indépendance des Etats-Unis dans la petite ville de Niagara Falls, Tina Maguire, une trentenaire divorcée, rentre avec Bethie sa fille de treize ans d’une fête un peu arrosée. Pour rentrer plus vite, elles passent par le parc de Rocky Point en plein milieu de la nuit. Mauvais choix. Leur vie est changée à tout jamais. Plus rien ne sera pareil après car Tina subit un viol collectif sous les yeux de sa fille et est laissée pour morte dans un hangar à bateaux situé dans le parc. Les agresseurs ? De petites frappes de la ville sous l’emprise de la drogue à ce moment-là et que Tina connait. Voilà comment deux vies sont détruites.

    Ce récit de Joyce Carol Oates est extrêmement puissant. Il prend le lecteur aux tripes dès les premières lignes et ne le lâche plus jusqu’à la fin. Il raconte à travers des scènes étouffantes, tout long de chapitres incisifs, dans un style direct et préservé de tout excès ou de pathos, une tragédie aux multiples tenants. Le livre est parfois d’une dureté difficile à soutenir, brut, dans l’épure. Il interpelle autant le lecteur que les personnages sur ce drame qu’ils vivent et sur l’impact qu’il a sur leurs corps, leurs psychismes et leurs vies. On est au plus près des personnages, immergés dans le poisseux de ce viol et de ses suites, de ses conséquences.  

    Joyce Carol Oates ne s’en tient pas uniquement au viol et aux traumatismes qui y sont liés. Elle interroge le regard de la société sur ce crime et sur la liberté des femmes. C’est ainsi qu’à son procès, Tina Maguire est victime de sa réputation : une femme attirante, mère mais libre, qui aime les hommes n’est-elle pas un peu coupable de ce qui lui est arrivé ? Le poids du cadre du drame prend ainsi un peu plus d’importance. Dans cette petite ville de l’Amérique profonde, il n’est peut-être pas si facile d’être une femme comme Tina Maguire. Tout comme il n’est pas si facile de manquer de moyens. Ce que comprennent ses agresseurs qui s’offrent le meilleur avocat, à prix exorbitant, pour s’assurer d’être acquitté par cette justice quasiment à deux vitesses que Joyce Carol Oates pointe du doigt.

    La critique de la société américaine est féroce en même temps que Joyce Carol Oates démontre une maîtrise de la narration. Elle n’hésite pas à parfois pencher du côté du polar dans le style, dans la conduite de son intrigue et dans son dénouement pour emporter son lecteur. Elle ne laisse pas vraiment la parole à ses personnages mais c’est pour mieux suggérer l’indicible et appréhender l’épreuve du viol. Le titre, provocateur, est aussi révélateur de la volonté critique de Joyce Carol Oates tout comme de la noirceur du roman qui n’épargne rien au lecteur.

    Dur, maîtrisé, efficace. Très bien.

  • Corpus Delicti, un procès – Juli Zeh

    CD zeh.jpgDans un futur proche (2057), la société est régie par un régime totalitaire du nom de la Méthode. Son crédo ? La préservation de la santé à tout prix et donc un hygiénisme absolutiste qui redéfinit totalement le concept des libertés. Comment s’opposer à une dictature qui ne veut que votre bien, pensant avant tout à prolonger votre vie ? Tant pis si cela veut dire que nos droits sont restreints, si nous sommes constamment sous une surveillance qui se veut surtout médicale, si toute notre existence est strictement régulée et encadrée afin que nos constantes de santé soient optimales. Plus question de prendre des risques qui nuisent à sa propre santé, ni à plus forte raison à celle des autres. Adieu bien sûr le tabac, alcool, les excès en tout genre, mais pas seulement…Après tout avez-vous vraiment envie de tomber malade ?

    Comme dans toute dystopie qui se respecte, puisque c’en est une, il existe une résistance à la Méthode, qui s’appelle ici le DAM, le mouvement du droit à la maladie. C’est la résistance à cette dictature que Juli Zeh met en scène par l’intermédiaire de son héroïne principale Mia. Cette dernière dont le frère s’est suicidé en prison devient le symbole de cette résistance d’abord à insu, puis volontairement. Elle refuse de se plier à la Méthode, d’envoyer ses comptes rendus de sommeil, d’activité physique, etc. Son frère accusé de meurtre s’est farouchement proclamé innocent en dépit des preuves brandies par la machine judiciaire de la Méthode. Et si le moyen de faire tomber la Méthode consistait à montrer sa faillibilité ? Justement, il se trouve que le frère de Mia a été malade…

    Juli Zeh reprend les codes classiques de la science-fiction et de la dystopie dans le domaine de la santé. Cette dictature hygiéniste est bien entendu un moyen de critiquer le penchant hygiéniste qui peut menacer nos sociétés à la recherche d’un idéal sanitaire et humain, d’une perfection corporelle qui semble relever de la fiction (ou de l’utopie). C’est un avertissement par rapport aux promesses que peuvent laisser entrevoir les progrès récents de la médecine, à travers la génétique mais aussi le numérique avec le big data. Quelles libertés sommes-nous prêts à troquer contre une meilleure santé ? Le mérite du livre est de rappeler que cette aspiration à une meilleure santé peut être exploitée par des forces idéologiques totalitaires pour dessiner un paradis factice dont le tribut à payer est bien trop lourd.

    Intéressant dans son propos, Corpus Delicti se veut aussi original dans sa forme. Juli zeh, juriste de formation, a choisi de développer son roman sous l’angle du droit et de dérouler donc le procès de Mia ainsi que l’indique le titre du livre. Celui-ci constitue l’essentiel du roman, même s’il est entrecoupé de souvenirs de Mia ou de scènes dans son appartement où celle-ci échange avec différents protagonistes. Si cet angle donne une certaine spécificité au livre par rapport à d’autres illustres dystopies, il constitue une de ses faiblesses. Le livre est ainsi beaucoup trop théâtral et dans une logique de démonstration par rapport à la faillibilité de la méthode. Ce « mode prétoire » finit par donner une certaine lourdeur à la narration et un côté plutôt bavard qui peut être agaçant sinon faire paraître l’ensemble un peu long.

    Juli Zeh ne cède pas pour autant entièrement à la tentation du roman à thèse. Son livre est également tourné vers la relation frère et sœur et le deuil difficile que doit faire Mia. Il est dommage que ce thème du deuil tout comme l’humour que s’attache à déployer l’auteur allemand pâtissent de l’artifice de « la fiancée idéale », une amie imaginaire avec qui Mia ne cesse de dialoguer. Les personnages secondaires, eux permettent d’intégrer d’autres problématiques comme les liens entre la sphère médiatique et le monde judiciaire, mais se montrent finalement assez fades. Reste malgré tout la pirouette qui démontre la faillibilité de la méthode qui est plutôt réussie et qui n’est pas sans rappeler celle de Minority Report.

    Au final, un livre assez intelligent sur une dystopie hygiéniste, handicapé par son exécution littéraire qui le fait paraître lourd, long, bavard et désincarné par moments.

    Je m’attendais à mieux.