Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

métamorphose

  • Truismes - Marie Darrieussecq

    truismes.jpgC'est un livre qui commence plutot bien. Un récit à la première personne assez alerte, accrocheur, celui d'une jeune fille simple et naïve qui travaille dans une parfumerie un peu étrange dans laquelle semblent se passer de drôles d'évènements. Entrainé dans un jeu de sensations, on devine aussi que quelque chose de pas net se passe avec le corps de cette fille, qu'elle est en train de subir une transformation. Impossible de ne pas penser à Grégoire Samsa et à la métamorphose de kafka.

    C'est un signe qui pourrait apparaître positif, mais assez vite, on se rend compte qu'une debauche de sexe est utilisée pour masquer des longueurs et que cette étrange parfumerie est agaçante. S'accrocher à la transformation du personnage, à la tension psychologique qui y est liée, à l'inquiétude pour son emploi et son couple avec honoré ne suffit pas. Force est de reconnaître que tout ca se gâte assez rapidement et dégénère même dans un improbable et imbuvable scénario de série Z.

    Oublié le coté kafkaien, l'aspect transformation est lassant, on rentre dans une mécanique complètement idiote et folle qui fait de cette femme-truie l'égérie involontaire d'un homme politique extrémiste qui arrive au pouvoir et en même temps l'amante d'un loup-garou. Quoi ? Oui rien de moins que ça, à mi parcours, ce livre devient un grand n'importe quoi et encore j'en garde sous la semelle devant ces pages débordantes d'inepties.

    Je m'épargne la description d'une pseudo idylle amoureuse entre les 2 monstres dans un contexte politique apocalyptique que certains audacieux ont pu percevoir comme une dystopie visionnaire avec en filigrane, sorti de nulle part un semblant de revanche sur une histoire familiale traumatisante (tout peut arriver). Il faut vraiment du courage pour avaler cette mélasse lénifiante. Incroyable mais vrai, tout le monde s'est pâmé devant ce navet.

    Nul.