Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marché

  • La conjuration – Philippe Vasset

    La conjuration.jpgLes livres de Philippe Vasset dénotent de la production contemporaine française. Ils n’ont rien de classique et ne cherchent pas vraiment à plaire. Ils ont le mérite de se confronter à la réalité de notre monde moderne et d’accorder une grande importance à la géographie et à la matière documentaire qui les nourrit. Ils essaient avec discrétion et intelligence, une bienvenue distance et un zeste d’humour parfois, de dire quelque chose de notre époque. La conjuration n’y déroge pas.

    C’est un livre assez déroutant dont il faut dépasser l’aspect errant et le parti pris narratif un peu rigide pour en savourer la force et en apprécier l’intérêt. Il faut d’abord saluer l’idée de départ dans ce qu’elle a de corrosif. Il s’agit de construire une secte comme une entreprise marchande. Dans une démarche purement business et marketing dans la droite lignée de l’esprit économique dominant. Le benchmarking du marché de la secte et des possibilités d’y trouver une place libre est savoureux. Si la mise en œuvre de cette entreprise n’est pas toujours excitante dans son exécution littéraire par Philippe Vasset, sa force est incontestable. Philippe Vasset se joue autant de la religion – et des sectes – tout comme de l’économique.

    La conjuration est encore plus saisissant et réussi dans l’aboutissement du roman avec la création effective de cette secte. Il s’agit à ce moment-là presque d’une geste révolutionnaire, d’un manifeste contestataire contre notre mode de vie contemporain. Le dénouement est hautement subversif avec la création d’une idéologie de la transparence, de l’effacement, de la disparition, de la négation de soi qui vient heurter les idées d’identité, d’autorité, d’affirmation de soi, de consumérisme, mais aussi d’occupation de l’espace public et privé. C’est à ce moment-là qu’on se rend compte qu’on a bien fait de dépasser les passages un peu longuets, la progression narrative qui patine un peu dans l’avènement de cette nouvelle religion et le ton volontairement professionnel.

    La conjuration, c’est aussi un livre sur Paris et les interstices urbains en général. Ces espaces dans la ville ou dans sa proximité qui échappent aux règles administratives, urbanistiques, etc. Le livre est une errance dans un Paris alternatif qui réjouira les connaisseurs de la capitale. C’est aussi un éloge de la marche et un précis très riche et très documenté des espaces vides et des marges d’une cité toujours plus dense, qui repousse ce qu’elle ne peut digérer dans ces zones grises.

    Original, déroutant, intelligent, subversif.

    Bien.

  • Misère de la prospérité – Pascal Bruckner

    misère.jpgQu’est ce que l’économisme ? : « La glorification, par tous les camps d’une discipline qui prétend régir la société entière, nous transformer en hamsters laborieux réduits au simple rôle de producteurs, consommateurs, actionnaires » dixit Pascal Bruckner. Mais comment en est-on arrivé là ? C’est ce que s’attache d’abord à expliquer misère de la prospérité.

    La première partie de cet essai, intitulée « L’ennemi utile », dresse un (trop ?) rapide constat des failles du capitalisme (creusement des inégalités, dysfonctionnements financiers, etc.) depuis la chute du mur de Berlin. Il s’agit de montrer que la disparition de l’ennemi communiste a privé le capitalisme d’un rival stimulant, qui a pourtant joué un rôle crucial dans ses mutations positives. Les familiers de l’œuvre de Pascal Bruckner reconnaîtront l’idée phare de la mélancolie démocratique que l’auteur a transposé dans le domaine de l’économie avec pertinence.

    La disparition de cet ennemi est d’abord un challenge pour les contempteurs du capitalisme qui se retrouvent dans un certain désarroi intellectuel. Quelle voie maintenant pour la contestation ? Et Pascal Bruckner de dénoncer les écueils de l’anti-américanisme primaire, du rêve de Grand soir ou encore de l’alter-mondialisme, la facilité, la paresse de la contestation stérile et de la figure narcissique du rebelle. Il explique comment les ennemis du capitalisme restent enchaînés à ce dernier dans une réflexion et une logique purement économiques et ne nous proposent donc pas vraiment de portes de sortie viables hors de l’économisme.

    Il ne se jette par pour autant dans les bras des zélotes de l’ordre nouveau régnant. Il démasque ainsi dans la deuxième partie, « le nouveau messianisme commercial », issu du champ de ruines de la disparition de l’ennemi utile. Non, le marché ne peut pas tout, n’est pas tout, n’a pas la solution à tout, « n’est pas profondément conforme à l’ordre naturel » (Jacques Garello). Il ne va pas apporter le bonheur et la démocratie à tous. Loin de là. Pis, faire du marché et de sa logique le deus ex machina de l’ensemble des activités humaines, c’est ouvrir sous nos pieds un abîme.

    Le marché n’a pour horizon que l’accumulation et l’abondance. C’est une immense machine de récupération qui « accompagne la définition de l’homme comme un être essentiellement désirant ». En cela, il s’allie à l’individualisme contemporain dont il accélère les tendances narcissiques, solipsistes, et les inévitables écueils. Le moi est pitoyable lorsqu’il se réduit au face à face avec soi-même, et le consumérisme ne peut servir que de moyen de consolation voué à l’échec

    En fait, ce que Pascal Bruckner dénonce, c’est la transformation du capitalisme et du marché en ce qu’il appelle la dernière utopie. Il en appelle à un désenchantement de l’économie comme il en a été d’autres activités humaines. Cela lui semble bien plus raisonnable que les illusions dont on nous rabâche les oreilles sur les certitudes économiques et les miracles à venir de la main invisible, du marché.

    Ce qu’il nous propose, c’est de délimiter le champ d’intervention de la logique économique dans nos existences (notamment par le politique), de ne pas la laisser s’infiltrer dans tous les interstices des institutions défaillantes pour être l’unique grille de lecture et ne faire de l’individu qu’un consommateur. La solution n’est pas nécessairement d’être contre le marché, mais peut-être à côté, afin de le remettre à sa juste place, de se ménager la possibilité d’être aussi par exemple un citoyen et surtout d’ouvrir un champ de possibles autres que l’univers étriqué du consumérisme qui nous est proposé.

    Un essai mesuré, loin des imprécations anticapitalistes donc, d’une certaine justesse et comme toujours avec Pascal Bruckner accessible, teinté d’humour. Les familiers de son œuvre ne seront pas surpris et inscriront facilement misère de la prospérité dans la filiation de la tentation de l’innocence ou encore la mélancolie démocratique.