Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

militaire

  • Qui a tué Palomino Molero ? - Mario Vargas Llosa

    palomino.jpgPalomino Molero, jeune soldat, est retrouvé pendu, le corps atrocement mutilé, mais qui a donc pu commettre ce meurtre ? Et pourquoi ? Voilà les questions que se posent tout le village et les enquêteurs, le rusé et salace lieutenant Villa toujours chaussé de ses lunettes noires accompagné par son fidèle et sentimental adjoint, Lituma. Tous les regards se tournent évidemment vers la base des aviateurs à proximité du village qui est dirigée par l’austère colonel Mindreau. Crime passionnel, machination militaire secrète, affaire de gros sous, scandale familial ?

    Avec Mario Vargas Llosa, la passion n'est jamais loin. Les rumeurs courent bon train et l'auteur déroule son intrigue policière. Le suspens est omniprésent et l’incertitude aussi alors que les enquêteurs progressent, levant progressivement le voile sur la tragédie. Le climat chaud et oppressant de ce village péruvien, les manies des personnages plongent le lecteur dans une histoire qui est bien plus qu’une simple enquête policière. Les révélations dessinent progressivement, par touches, un portrait du Pérou profond. Partant de la mort de Palomino Molero et de l’obsession du lieutenant Villa pour la grosse tenancière de sa gargote favorite, Mario Vargas Llosa parle des mœurs, amour et sexualité, du racisme et des différences de couleurs de peau, mais aussi de l’impunité de l’armée et des travers des pouvoirs en place, de la force de la rumeur.

    De terribles tragédies personnelles autour de l’amour, des personnages sympathiques et vivants avec beaucoup de présence, une langue truculente et riche, une structure narrative simple et du suspens, la recette du roman est efficace. Qui a tué Palomino Malero est un roman policier original et une comédie de moeurs, à la fois drôle et tragique dans le Pérou profond. Réussi.