Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mort

  • La mer – John Banville

    index.jpgQue vient faire Max dans cette petite pension de la côte irlandaise où il a passé un moment de son enfance des décennies plus tôt ? Est-ce qu’il y vient vraiment pour se souvenir de cet été marquant durant lequel il a rencontré la famille Grace et avec elle, l’amour et le tragique ? Ou alors y vient-il simplement pour échapper à la solitude et pour faire le deuil de sa femme Anna, récemment disparue d’un cancer ? Un peu des deux forcément. Et c’est ainsi que John Banville crée un espace fluide empreint de peine, de douleur et de nostalgie au sein duquel, Max dérive d’un souvenir à l’autre, à la recherche d’une vérité et d’un apaisement qui ne cessent de se dérober.

     La mer est un roman lent dont il faut savoir apprécier la grâce. Celle-ci réside d’abord dans une écriture introspective, fine et poétique qui arrive à dire à la fois les moments intenses et les sentiments troubles qui habitent un Max qui scrute obstinément un passé ancien et récent douloureux. La langue de John Banville embrasse les sensations avec brio et arrive à dérouler progressivement, de concert le récit double de cet été unique avec la famille Grace et celui de l’agonie de sa femme. L’alchimie réside aussi dans cette atmosphère mélancolique, douce-amère, pas du tout larmoyante malgré tout le tragique que contiennent ces deux récits.

     La mer est bien plus qu’un simple roman d’apprentissage.  C’est un roman qui interroge avec délicatesse le sens de la mémoire, de l’existence et de l’expérience humaine en entremêlant l’amour et la mort dans un jeu subtil d’échos et de reflets à travers les années et ces deux récits. Il n’est pas question ici de grandes théories ou de longs développements, juste deux périodes de la vie d’un homme distantes de cinquante années, des silhouettes impressionnistes qui émergent de quelques souvenirs proches ou lointains,  pour finalement se demander en creux, ce qu’il reste de tout ça à la fin.

    Un livre assez beau, simple mais qui demande de prendre son temps, d’écouter la voix de son auteur et de se laisser imprégner par ses interrogations et son atmosphère pour l’apprécier à sa juste valeur.

     Prix Booker 2005

  • L’œil du purgatoire – Jacques Spitz

    L'oeil du purgatoire.jpgPoldonski est un peintre ambitieux et vaniteux qui aimerait toucher au génie mais qui n’entrevoit que la médiocrité. Abîmé dans une aigreur envers son entourage et le monde entier, la jouissance des plaisirs charnels ne suffit plus à l’écarter de l’idée du suicide. C’est à ce moment-là qu’il est l’objet d’une expérience folle qui va radicalement transformer son expérience de la réalité. Son nerf optique, infecté par un bacille lui permet de voir l’avenir des choses périssables, chaque jour un peu plus loin dans le temps. Un monde s’effondre pour le peintre qui voit la pourriture et le néant gangrener un univers de moins en moins tangible et gérable au quotidien pour lui. Partout, des ruines, des cendres, des cadavres, des squelettes et bientôt uniquement de la poussière et du néant. La désintégration totale.
    Le présent vieilli, le concept autour duquel est bâti le roman, est vraiment original et vaut à lui tout seul le détour. C’est un véritable tour de force que de poursuivre jusqu’au bout cette idée d’une perception nouvelle de la réalité. Jacques Spitz en renouvelle l’intérêt et en tire le maximum avec des trouvailles épatantes (l’utilisation de la photographie, la mise en scène d’un monde des idées…). Avec beaucoup d’habileté cette idée est aussi utilisée pour créer une expérience esthétique unique et assez troublante autour des thèmes de la décomposition, de la mort, de l’invisible et du vide.
    Le livre est en effet d’une force visuelle saisissante avec des images remarquables et des descriptions mémorables qui déroulent cet univers qui s’étiole. Une atmosphère de chute, sombre, putride même, exhale de l’aventure d’un Poldonski qui s’enfonce dans le désespoir et dans la marginalité au fur et à mesure que sa vue se dégrade ou plus exactement dégrade le monde. Le lecteur est totalement immergé, happé dans cette illusion optique qui possède une beauté morbide et captivante et qui est également utilisée comme ressort par Jacques Spitz pour mener une réflexion subtile sur différents thèmes.
    L’œil du purgatoire s’interroge ainsi sur l’art, posant des questions sur son évolution (décomposition ?) sur l’essence du génie. Le regard unique que ce dernier peut poser sur le monde, en décalage avec ses contemporains, sa solitude face à son époque, sont illustrés par l’expérience visuelle vécue par Poldonski. La réflexion dépasse largement le thème de l’art pour aborder plus généralement le rapport à autrui: par l’intermédiaire du corps, mais aussi par l’expression d’une misanthropie qui est paroxystique au début du livre ou encore par le dénouement dont il ne faut rien révéler. La mort, omniprésente, est en fait l’opportunité pour Jacques Spitz d’aborder sous un angle original, des thèmes classiques.

    Chef d’œuvre élégant et dérangeant.

  • Tristano meurt – Antonio Tabucchi

    tristano-meurt---une-vie-11163-250-400.jpgLa lecture de Tristano meurt d’Antonio Tabucchi terminée, je fais un rapide tour sur le net. Quelle n’est pas ma surprise de ne voir que des articles généralement dithyrambiques au sujet de cette œuvre. Mon avis est nettement plus mitigé, pour faire dans l’euphémisme. Alors de quoi s’agit-il ?

    Tristano, sur le point de mourir, fait venir à son chevet un écrivain qui a écrit un roman dont il est le héros. Il souhaite raconter à ce dernier sa vie et plus précisément donner sa version des faits qui ont fait de lui un homme qu’on peut utiliser comme personnage principal d’une fiction. Gangrené à la jambe, sous morphine, en plein délire, Tristano revient donc sur les épisodes qui ont fait de lui un héros. Il part dans un monologue halluciné dans lequel se mélangent visages, noms, faits, émotions dans une chronologie totalement embrouillée.

    Ce que tente de faire Antonio Tabucchi, c’est de nous plonger dans l’esprit embrumé d’un Tristano complètement shooté. Il essaie de nous faire entendre sa voix et celle de tous ceux qui le hantent, fantômes du passé qui ne le lâchent plus. Si au début et par moments, il y a une réelle dimension tragique dans les errances de cet homme dans son labyrinthe intérieur, il faut avouer qu’à la longue, tout ça est juste lassant, embrouillé et abscons. Difficile de démêler les fils de ce que raconte Tristano, entre rêves, visions et souvenirs. C’est d’autant plus frustrant que ce que ce dernier veut raconter tient surtout en deux ou trois épisodes autour desquels il brode indéfiniment sans pouvoir apporter grand-chose de nouveau malgré les pages qui s’égrènent.

    Mais alors y a-t-il quelque chose à tirer de tout ça ? Vaguement dirais-je, tant l’ensemble est flou et le discours parfois pompeux quand il est un peu structuré. C’est dommage car en fait, Antonio Tabucchi avait des choses essentielles à dire. Il souhaitait d’abord questionner l’histoire officielle telle qu’elle est construite et le témoignage. Où est la vérité demande Tristano ? Comment dépasser la subjectivité, approcher au plus près du réel, des vrais actes, des vraies intentions, loin des récits que peuvent tisser l’historien, le romancier ou plus radicalement, n’importe quel témoin. Pourtant que reste-t-il à la fin, sinon ces récits ? Ainsi peut-on faire de Tristano un héros alors que lui-même se voit un peu comme un lâche et finalement seul ?

    Le problème est qu’Antonio Tabucchi n’a pas réussi à écrire une fiction à créer de la chair autour de ses idées. Il ne suffit pas d’une voix, ni de mettre un peu d’Histoire, quelques souvenirs épars autour de ces idées.

    Brouillon et ennuyeux.