Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

occupation

  • Un pedigree- Patrick Modiano

    pedigree.jpgLa quatrième de couverture du livre illustre particulièrement bien la quintessence d'un pedigree: "J'écris ces pages comme on rédige un constat ou un curriculum vitae, à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n'était pas la mienne. Les événements que j'évoquerai jusqu'à ma vingt et unième année, je les ai vécus en transparence -ce procédé qui consiste à faire défiler en arrière-plan des paysages, alors que les acteurs restent immobiles sur un plateau de studio. Je voulais traduire cette impression que beaucoup d'autres ont ressentie avant moi: tout défilait en transparence et je ne pouvais pas encore vivre ma vie." 
    Voici donc les vingt et une premières années de la vie de Patrick Modiano racontées de manière froide et distanciée, comme un procès-verbal. Pas d'émotions donc, à quelques exceptions près - la mort de son frère par exemple -, un enchaînement d’événements, d'anecdotes pas forcément importantes, racontés de manière lapidaire, un empilement de personnes plus ou moins de passage, d'adresses provisoires, dans une existence qui ressemble à un interminable tunnel gris vaguement semé d'embûches. Patrick Modiano est, semble-t-il, passé à côté de son enfance et de son adolescence, dans une attitude qui ressemble plus à un moyen de protection et de survie face à un parcours chaotique, à des parents à la dérive et, à la fin, à un certain dénuement. Une citation de Léon Bloy, lue dans le livre, illustre bien ce parcours de peine: "L'homme a des endroits de son pauvre cœur qui n'existent pas encore et où la douleur entre afin qu'ils soient."
    Pour pouvoir apprécier ce livre, il faut supporter cette distance que Patrick Modiano met avec sa vie, ce ton monocorde et plat, ce côté très factuel, ainsi que cet incessant name-dropping - il croise des personnes plus ou moins connues. Surtout, il faut avoir lu d'autres livres de Patrick Modiano afin de saisir l'éclairage qu'un pedigree apporte sur l'oeuvre de celui qui a été prix Nobel de littérature en 2014. La première partie sur son père explique son obsession pour la période de l'occupation. Les milieux troubles que fréquentait ce dernier, le mystère et le caractère mal défini de ses activités sont également des indices sur l'atmosphère des livres de Modiano et les contours flous de ses personnages. La solitude, le manque d'amour dont semble avoir été victime l'écrivain sont également des traits marquants d'une oeuvre dont les figures féminines - et autres - peuvent éventuellement renvoyer à l'absence de la mère.
    Je ne suis pas un grand fan des autres livres de Patrick Modiano que j'ai lus, assez similaires les uns aux autres. Si un pedigree échappe quelque peu à cette appréciation, c'est justement du fait de l'éclairage qu'il apporte sur l'oeuvre de l'écrivain. Sinon, pris individuellement, je ne suis pas sûr qu'un pedigree soit réellement un ouvrage marquant en dépit de sa dernière partie plus touchante, qui cristallise l'essence d'une enfance et d'une famille déchirées et erratiques.