Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

perte

  • Les extrêmes – Christopher Priest

    Les-extrêmes-de-Christopher-Priest-chez-Folio-SF.jpgTeresa Simmons, agent du FBI, a perdu son mari Andy, lui aussi agent du bureau, lors d’une tuerie de masse durant laquelle un forcené a assassiné plusieurs personnes dans une ville du Texas. Il se trouve que ce même jour-là, un 3 juin, de l’autre côté de l’Atlantique, dans la petite ville de Bulverton au Royaume-Uni, une autre tuerie de masse a eu lieu. Coïncidence improbable ? Peut-être. Toujours est-il que c’est une Teresa endeuillée mais également intriguée qui se met en congé de son poste pour aller enquêter sur la tuerie de Bulverton.
    Cette enquête pourrait-être relativement banale, confrontant Teresa à sa propre perte, à son propre traumatisme, la montrant qui se heurte à la réticence globale des témoins de Bulverton et à leur volonté de dépasser ou d’oublier la tragédie. C’était sans compter les ExEx, cette technologie nouvelle, réalité virtuelle extrêmement réaliste et puissante qui permet notamment de reconstituer ces tueries de masse à partir des souvenirs du plus grand nombre possible de témoins.
    Multipliant les séances pour tout comprendre et atteindre un maximum de connaissances sur la tuerie de Bulverton, Teresa se rend progressivement compte de certaines incohérences et plus encore de coïncidences entre cette dernière et celle qui a emporté son mari. Plus Teresa s’enfonce dans les ExEx, plus elle croit avancer dans son enquête et plus la réalité semble s’effriter lentement. Ni Teresa, ni le lecteur ne savent finalement ce qui relève de la réalité virtuelle ou du réel, ni dans quel mesure le virtuel n’est pas en train d’affecter le réel. Même le présent et le passé semblent finalement s’emmêler au point qu’on se demande si ce n’est pas la conscience de Teresa qui est en train de s’effondrer et si cette dernière n’est pas finalement perdue dans les ExEx. A moins que ce ne soit le lecteur qui perde le fil au bout du compte…
    Christopher Priest prend vraiment le temps d’installer son histoire pourtant il n’y a pas vraiment de longueurs dans ce livre. L’auteur anglais donne de la chair à son personnage principal, au drame qui la touche et à l’enquête qu’elle mène. Il met un point d’honneur à donner du relief à toutes ces histoires qui se croisent autour de la tuerie de Bulverton et à recréer l’atmosphère d’une ville et de personnes traumatisées, meurtries. C’est profond et très humain avec une immersion lente mais totale. Le lecteur est au plus près de Teresa et de la banale réalité de Bulverton.
    Le temps est aussi pris pour bien installer les ExEx. Au fur et à mesure que le roman progresse, cette réalité virtuelle prend de l’importance. Son développement semble s’accroître et dépasser le simple usage professionnel fait par la police. Sa présence est aussi narrativement plus grande avec une Teresa qui s’y enfonce de plus en plus. Les multiples séances qu’elle a effectuées sont racontées, répétées, sous des jours différents, pour faire saisir l’effet de répétition sans pour autant lasser le lecteur. Au contraire, il y a quelque chose de captivant dans ces séances ExEx car Christopher Priest arrive à rendre cette réalité virtuelle simple, accessible, mais aussi inquiétante et cela sans jargonner.
    Ecrit avant les années 2000, le livre traite de la question des armes à feu, des tueries de masse, de leur origine, de leur impact sur les individus et leurs existences, mais aussi de leur exploitation par les médias. Il parle aussi de la réalité virtuelle, élément central de science-fiction du livre. Captivant, il nous interroge sur la perception de la réalité, un des thèmes fétiches de Chritopher Priest – exploité entre autres dans le monde inverti ou encore dans la séparation. Cette interrogation majeure est particulièrement déroutante pour le lecteur qui est plongé avec Teresa dans des abîmes sans plus savoir où est-ce qu’il est, ce qui est vrai ou faux, ce qu’il est vraiment possible de faire avec ou dans les ExEx. On retrouve également dans ce livre un autre des thèmes favoris de Christopher Priest, la dualité. Un thème qui part de la coïncidence des deux tueries du Texas et de Bulverton pour prendre toute son ampleur dans la confusion entre la réalité et la virtualité, dans la naissance de ce territoire indéfini dans lequel les doubles peuvent se confronter, s'échanger voire fusionner...
    Les extrêmes aurait pu être un chef d’œuvre si Christopher Priest avait mieux maîtrisé la fin du livre. La chute libre de Teresa Simmons est en effet malgré tout un peu brouillonne et surtout Christopher Priest laisse le lecteur en plan en n’apportant pas la réponse à plusieurs questions soulevées tout au long du roman. Comme si à la fin, il était aussi perdu - essouflé un peu aussi - que Teresa et le lecteur. On l’a connu un peu plus inspiré et maîtrisé avec le final de la séparation notamment. Ce bémol n’est néanmoins pas rédhibitoire même s’il laisse un léger goût d’inachevé. Il n’enlève tout de même pas beaucoup de choses à un roman puissant et intéressant.

    Original et captivant.

  • Réparer les vivants – Maylis de Kerangal

    Réparer les vivants.jpgD’un côté, Simon, jeune homme de 19 ans, passionné de surf, parti avec deux amis pour une très matinale escapade à la rencontre d’une vague mémorable. De l’autre côté, Claire, une quinquagénaire atteinte de myocardite qui attend que l’organe d’un autre vienne suppléer son cœur malade et défaillant. Ce sera donc le cœur de Simon, victime banale d’un accident de van fatal à son cerveau sur le chemin du retour. Réparer les vivants est le roman du transfert de l’organe de Simon vers Claire, un roman sur le don d’organes, sur la chaîne médicale qui permet cette prouesse technique et qui lie à chacun de ses bouts, un chagrin et un espoir immenses.

    Le livre de Maylis de Kerangal a plusieurs mérites. D’abord, un titre superbe tiré d’une citation de Platonov « enterrer les morts et réparer les vivants » qui illustre bien son propos. Ensuite, la mise en lumière d’un sujet peu traité, plutôt technique sur lequel il se montre assez clair et documenté pour le grand public en tout cas. Les pages consacrées à l’histoire et à la technique de la transplantation d’organes sont passionnantes. Maylis de Kerangal n’en oublie pas pour autant les tragédies en cours derrière les actes médicaux et met au centre de son livre, l’aspect humain de cette histoire. Réparer les vivants, c’est avant tout le choc de la mort de Simon pour ses parents, le chagrin et l’incompréhension, la difficile acceptation du processus du don d’organes. C’est aussi l’attente de Claire, sa vie difficile sur la pente déclinante, comme en suspens, les petites histoires de tous ces soignants qui a un moment ou à un autre vont participer à cette course contre la montre qu’est la transplantation.

    En dépit de toutes ces qualités, Réparer les vivants ne m’a pas vraiment séduit. La faute en partie aux personnages secondaires, essentiellement ceux de la chaîne médicale de la transplantation. Intéressants sous un angle purement médical, permettant de développer le récit de l’acte technique et de toutes les procédures autour, ces personnages le sont moins dans leur vie privée, parfois artificiellement développée et même clairement nuisible au récit principal (ex: l’infirmière Cordelia). Censés apporter une respiration par rapport à un récit émotionnellement lourd, ils l’altèrent en réalité et jouent une partition qui peut sonner faux même si elle n’est pas inintéressante quand elle s’attarde par exemple sur la caste des chirurgiens. Les histoires de ces personnages secondaires participent par ailleurs à un essoufflement par intermittences du livre. Il est même possible de le trouver un peu longuet quand de véritables scènes fortes, charnelles, qui insufflent une vitalité et un rythme à la narration (la longue scène d’ouverture jusqu’à l’accident, celle du moment de la transplantation…) cèdent à ces histoires peu passionnantes et parfois un peu convenues.

    Après, il y a l’écriture de Maylis de Kerangal : des phrases longues, en circonvolution autour des émotions et de ses personnages. Elle fait mouche lorsqu’elle est aérienne, tenant la juste distance par rapport au processus de la transplantation, tourbillonnant autour des actes des différents protagonistes. Elle est néanmoins parfois un peu trop emmêlée, à des moments cruciaux, pour porter plus justement, plus fortement certaines émotions ou certaines attitudes de ses personnages.

    Ceci n’est pas le chef d’œuvre annoncé un peu partout.

    Avis mesuré pour un livre qui croule sous les prix littéraires.

  • Jérusalem – Gonçalo M. Tavares

    9782757830840.jpgPourquoi Jérusalem comme titre alors que de la cité sainte il n’est pas vraiment question dans ce livre ? A cause du psaume 137 ci-dessous :

    Sur les bords des fleuves de Babylone, nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de Sion. 
    Aux saules de la contrée nous avions suspendu nos harpes.
    Là, nos vainqueurs nous demandaient des chants, et nos oppresseurs de la joie : Chantez-nous quelques-uns des cantiques de Sion !             
    Comment chanterions-nous les cantiques de l’Éternel sur une terre étrangère?             
    Si je t’oublie, Jérusalem, que ma droite se dessèche !    
    Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens de toi, si je ne fais de Jérusalem le principal sujet de ma joie !               
    Éternel, souviens-toi des enfants d’Édom, qui, dans la journée de Jérusalem, disaient : Rasez, rasez jusqu’à ses fondements!             
    Fille de Babel, la dévastée, heureux qui te rend la pareille, le mal que tu nous as fait!  
    Heureux qui saisit tes enfants, et les écrase sur le roc!  

    Comme le psaume, Jérusalem est un livre sombre, dur et âpre, d’une beauté noire et mystérieuse. Comme le psaume, il parle, à sa manière, de la détresse de la perte, non pas d’une terre en l'occurrence, mais de l’amour, du bonheur et de l’innocence. Il parle également de la malédiction et de la folie de ceux qui subissent cette perte; il porte un souffle de colère, de violence, de haine et de vengeance.

    Il y a dans Jérusalem quelque chose d’envoûtant qui ne quitte pas le lecteur. La présence continue, l’obsession du mal et de la folie suintent du livre et de ses personnages habités par des pulsions mortifères et en équilibre instable au-dessus du gouffre. Voici donc le docteur Busbeck spécialiste de la folie qui travaille sur une grande œuvre théorique sur l’histoire de l’humanité et la terreur, Mylia et Ernst, deux amants schizophrènes, Hinnerk l’ancien soldat hanté par la peur qui ne quitte jamais son arme, Hannah la prostituée défraichie, Kaas le petit handicapé physique et mental, le docteur Gomperz, rival de Busbeck et directeur d’hôpital psychiatrique.

    « Le fou n'est l'homme qui a perdu la raison. Le fou est celui qui a tout perdu, excepté la raison » a écrit Chesterton. Les personnages de Gonçalo M. Tavares ont effectivement tous perdu quelque chose qui leur est essentiel, sinon tout perdu. Et ils errent, âmes en peine, dans la nuit, dans cette cité sans nom, cette Babylone.  Ils se dévoilent dans un ballet maîtrisé, avancent vers l’abîme en montrant les liens qui les unissent, croisant le fer de leurs obsessions, de leurs folies respectives, le long des chapitres courts, incisifs.

    Gonçalvo M. Tavares installe rapidement une atmosphère pesante dans ce Jérusalem. Son écriture acérée et saisissante marque autant que son propos. Se jouant de la chronologie et de certaines conventions narratives avec une structure romanesque légèrement complexe, il délivre une œuvre dense et rythmée qui n’hésite pas à flirter avec un lyrisme obscur et à développer une théorie philosophique du mal. On ne sort pas complètement indemne de Jérusalem qui fait écho au dérangeant et fascinant apprendre à prier à l’ère de la technique du même romancier.

    Une œuvre singulière, torturée et marquante.