Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

publicité

  • Apex ou le cache blessure – Colson Whitehead

    langage,mots,esclavage,publicité,mémoireLe personnage principal d’Apex est un consultant en nomenclature. En clair, le métier de cet afro américain d’âge mûr est de trouver le nom le plus adéquat aux produits. Apex, c’est par ailleurs son fait de gloire : un pansement multiculturel avec plusieurs coloris de peau. C’est surtout le début d’une dégringolade dont la porte de sortie est peut-être la mission qu’il accepte en indépendant pour son ancienne boîte de consulting : arbitrer le choix du patronyme de la petite ville imaginaire de Winthrop. Doit-elle garder ce nom lié à son histoire, accepter de devenir New Prospera selon les désirs du nouveau magnat qui y règne ou être rebaptisée autrement ?

    Apex est un livre bien plus intéressant que ne pourrait le laisser penser ses intrigues peu sexy et une entrée en matière manquant de souffle. Il faut progresser dans le récit et survoler quelques trous d’air pour pénétrer complètement la profondeur des thématiques exploitées par Colson Whitehead avec un angle de vue peu commun. Le métier de conseiller en nomenclature permet à Colson Whitehead d’initier une réflexion sur le pouvoir des mots par rapport aux choses. Il n’est pas anodin de nommer les choses, comme l’avait perçu Camus qui affirmait que "mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde".

    Colson Whitehead penche sensiblement pour une réflexion sur le langage par rapport à la publicité et au commerce, se montrant très contemporain et en prise avec notre monde dominé par l’économie et le business, lorsqu’il aborde notamment l’histoire personnelle de son personnage principal. Le destin tragico-comique de ce dernier en dit long sur la bouffonnerie de la publicité, la comédie du monde professionnel et une certaine médiocrité ambiante. La chute du personnage principal, intimement liée à sa réussite et à Apex, est un comble d’ironie parfaitement maîtrisée.

    Le livre est également axé sur le langage, la mémoire et l’histoire dans une dimension plus classique donc, lorsque le récit est recentré sur la mission de renommer ou non le village de Winthrop. L’histoire de la création de cette bourgade est déroulée, et avec elle quelque chose de l’Amérique profonde. Celle d’hier et celle d’aujourd’hui. L’Amérique esclavagiste et l’Amérique prospère. La nomenclature n’est pas anodine, la mémoire de ce village cache un secret. Oui mais l’Amérique a toujours vénéré le succès, la modernité, alors pourquoi pas New Prospera comme patronyme ? Tout un symbole si comme Bergson nous croyons que "Nous ne voyons pas les choses mêmes ; nous nous bornons, le plus souvent, à lire des étiquettes collées sur elles".

    Il est aussi question de mémoire et d'histoire en même temps que de publicité. Cette dernière s'empare du langage pour nous vendre Winthrop et son histoire comme un produit. Une ville centrée hier sur le fil de fer barbelé et qui se tourne aujourd'hui vers un autre produit qui lui donne sa nouvelle prospérité et potentiellement un nouveau de nom. Tout cela fait écho à l'histoire personnelle du personnage principal qui est à un carrefour de son existence. Il peut tout reprendre comme avant, adhérer sans réserves à ce qu'il était, à l'époque et à ses valeurs ou entrevoir, essayer autre chose. Il est à un tournant tout comme la ville de Winthrop.

    Colson Whitehead n’est pas forcément aussi drôle que le dit la quatrième de couverture, mais il est habile comme romancier. Sa manière d’aborder la question noire à travers le pansement multiculturel et l’histoire de la ville de Winthrop par exemple est un témoignage des parallèles, liens et jeux subtils qui lui ont permis de donner une réelle épaisseur à son roman. S’il manque un quelque chose de difficile à déterminer dans l’alchimie d'Apex pour en faire une pièce maîtresse, Il n’en demeure pas moins un livre intelligent, teinté d’ironie, construit avec talent et peu commun.

    A découvrir.